La poésie c'est emmerdant !

La poésie c'est vieux, c'est mièvre, c'est ridicule, c'est "emmerdant ", on n'y comprend rien. Je préfère le Slam, diront certains. Je préfère le Rap, diront d'autres. Ce sont eux, les poètes, ils me parlent, ils manient la rime et la punchline, et ils ont un putain de flow !

 

Arthur Rimbaud, jeune.  DR Arthur Rimbaud, jeune. DR
La poésie c'est vieux, c'est mièvre, c'est ridicule, c'est  "emmerdant ", on n'y comprend rien. Je préfère le Slam, diront certains. Je préfère le Rap, diront d'autres. Ce sont eux, les poètes, ils me parlent, ils manient la rime et la punchline, et ils ont un putain de flow !

 

 

   La poésie c'est moderne, toujours, c'est fort, c'est juste, c'est toujours intéressant, ça parle au coeur. C'est de l'émotion partagée ! Mais comme c'est toujours ou presque un travail sur la langue et sur le langage, il faut en faire une lecture attentive, active. Bref, il faut faire bouger sa matière grise parfois, mais on le fait bien quand on lit un roman, en essayant de comprendre l'intrigue et/ ou l'atmosphère psychologique, de cerner les personnages, leurs caractéristiques, leurs aspirations etc. Rien n'est donné de prime abord dans la poésie ! Ce n'est pas une succession de mots, de vers, d'images ! Lecture et relectures sont indispensables pour bien saisir l'aura d'un poème. Poésie, rap, slam, chanson peuvent cohabiter, chacun a sa spécifité, sa manière d'agir sur le public. La poésie souffre des clichés comme le rap et le slam. Il y a de vrais libertaires, de vrais révoltés dans la poésie ( Bukowski,  Ginsberg, Ghérasim Luca, Christophe Tarkos, certes disparus mais toujours actuels et il y en a encore parmi nos contemporains ) comme dans un passé plus lointain  ( Rimbaud, Jarry, les Surréalistes... ).

 

 

 

                  La poésie ce n'est pas donc vieux, ce n'est ni mièvre, ni ridicule, ni "emmerdant" ni hermétique. Il y a des rimes, des vers libres et de la prose dans la poésie. Il y a aussi des figures de style, du rythme ! Et du sens !

 

 

 

Tout appartient à une histoire, passé, présent et futur. Du conte oral à la fable, au poème et à la chanson. C'est l'histoire de la manière dont on s'est approprié les mots, griots, troubadours, trouvères, conteurs, poètes, rappeurs, slameurs et autres chanteurs. Dans quelques décennies étudiera-t-on en Première, au Lycée et dans les Facs,  Booba ou Rohff  ( c'est peut-être déjà fait ? ) comme on étudie les poètes contemporains et les poètes plus anciens?  Booba ou Rohff:  bientôt des classiques  ?

 

 

 

 

 

 

 

ERIC DUBOIS

 

Poète.

Dernier livre paru : "Chaque pas est une séquence" ( Editions Unicité, 2016 )

Initiateur de Dis un poème ! sur Facebook.


Responsable de la revue de poésie en ligne et association « Le Capital des Mots ». Blogueur : « Les tribulations d'Eric Dubois ». Chroniqueur dans l'émission « Le lire et le dire » sur Fréquence Paris Plurielle (106.3 fm Paris) depuis 2010. Attaché de presse du webmagazine Levure Littéraire. Membre de l'Union des Poètes & co.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.