Billet de blog 9 nov. 2011

Eva Joly: Mes quatre questions en réponse à Eric Besson

Le Père Vert Pépère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les récentes attaques du ministre Besson sur ma supposée incompétence en matière de nucléaire relèvent du domaine du dérisoire. Cependant, une telle charge donne un aperçu de la difficulté à obtenir un débat public raisonnable sur la sortie du nucléaire. La pédagogie de la réforme étant métier de Sisyphe, qu’il me soit ici permis, au risque de me répéter, de répondre aux fausses assertions des partisans du statu quo atomique.

1 Pourquoi vouloir continuer à gaspiller notre argent et notre énergie ?

Certains se demandent combien va coûter la sortie du nucléaire. Mais la vraie question c’est : combien coûterait le scénario catastrophe de poursuite et renouvellement du parc nucléaire ? Environ 470 milliards d’investissements selon des experts indépendants. Plus que les investissements dans le plan de sortie du nucléaire que nous proposons.

Un plan qui repose sur deux piliers :

  • les économies d’énergie,
  • le développement des énergies renouvelables.

Un plan rentable : la seule réduction de 20% des consommations d’énergie dans l’Union européenne réduirait de mille euros annuels les factures des ménages, dont plus de 10 millions de français vivant dans la précarité énergétique !

2 Pourquoi laisser nos citoyens démunis face à l’explosion de leurs factures ?

De l’aveu même des industriels du secteur, le prix de vente de l’électricité ne permet pas de couvrir les coûts réels du nucléaire.

EDF souhaite augmenter le prix de l’électricité de 30% sur cinq ans pour pouvoir investir dans le nucléaire ! Et le démantèlement des vieilles centrales ou les exigences croissantes de sécurité vont encore alourdir la facture.

L’électricité nucléaire coûte donc cher. A l’opposé, le prix de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables ne cesse de baisser. Notre plan s’attachera à réduire les factures d’électricité.

3 Ne savez-vous pas que l’indépendance énergétique de la France passe d’abord par l’indépendance du Ministre de l’Industrie vis-à-vis des lobbies ?

Loin de nous rendre indépendants, les choix énergétiques passés nous ont rendus dépendants et vulnérables. L’uranium nécessaire pour faire tourner nos réacteurs est importé, notamment du Niger où les conditions d’exploitation – et de sécurité – sont indignes d’une industrie prétendument responsable.

L’indépendance énergétique ne sera acquise que grâce à des énergies produites localement et à la chasse au gaspillage énergétique.

4 Comment pouvez-vous sacrifier l’emploi, les PME et l’excellence française au profit d’une impasse industrielle ?

La sortie du nucléaire donne au contraire de l’avenir à notre excellence. Ces dernières années, en Europe, les énergies renouvelables ont représenté la grande majorité des investissements dans la production électrique, quand la part du nucléaire est infime.

L’exemple allemand démontre que la sortie du nucléaire est un formidable levier de développement industriel et d’aménagement du territoire, avec la création de milliers de PME. La transition énergétique que nous proposons permet la création d’au moins 500 000 emplois. Sans compter l’héritage nucléaire qui nous impose de former et d’embaucher des personnels compétents, de développer une filière de démantèlement capable de satisfaire les besoins mondiaux en la matière.

Mais le gouvernement français préfère créer une instabilité autour des énergies renouvelables afin de casser leur perspective de développement. Il préfère mentir aux travailleurs du nucléaire en leur faisant croire que tout va continuer comme avant, alors même que le monde change. C’est une incroyable lâcheté. C’est en agissant ainsi qu’on détruit l’excellence française.

Chacun doit comprendre que l’élection présidentielle de 2012 est une occasion unique de changer la donne énergétique française. Notre plan de sortie du nucléaire prévoit une échéance à vingt ans. Tout report de l’échéance conduirait soit à prolonger de manière très risquée la durée de vie des réacteurs, soit à renouveler une partie du parc et mettre un terme définitif à la perspective de sortie. C’est pourquoi nous attendons de nos partenaires qu’ils soient volontaires et de nos adversaires qu’ils soient responsables.

La voie que nous proposons, c’est en définitive une voie d’excellence pour la France : l’excellence écologique. Il s’agit de mobiliser le meilleur de notre génie pour saisir l’occasion de passer du statut de pays le plus nucléarisé du monde à celui de nation pionnière de la transition énergétique. En d’autres termes, la France doit prendre la tête du peloton des pays qui anticipent les défis du monde qui vient. En réalité, aucun argument de ceux qui refusent la sortie du nucléaire ne résiste à l’examen des faits. Depuis de nombreuses années, nous avons fait connaître nos propositions pour conjurer le risque nucléaire.

Au delà des contrevérités et des approximations, quelles sont les vôtres, monsieur le ministre Besson ?

Lien article original: http://evajoly2012.fr/2011/11/08/mes-quatre-questions-en-reponse-a-eric-besson/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux