Billet de blog 2 mars 2015

La Revue du projet
Abonné·e de Mediapart

Modèle allemand, une imposture

 

La Revue du projet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Le Temps des cerises, 2014 (2e éd.)

Bruno Odent

Par Igor Martinache

Les premiers de la classe ont toujours un côté énervant, mais quand en plus leurs « performances » sont obtenues par des procédés malhonnêtes et qu’ils prétendent prendre la place du maître, il y a de quoi se révolter. Telle est en substance la position allemande actuellement vis-à-vis de l’Union européenne, comme le montre de manière éclairante Bruno Odent dans ce petit essai paru en 2013 et déjà réédité. Fin connaisseur de notre voisin d’outre-Rhin, il revient sur son histoire récente en embrassant les dimensions politiques et sociales afin de montrer en quoi le fameux « modèle allemand » tant vanté par certains dirigeants et journalistes paresseux ou mal intentionnés (les deux n’étant pas incompatibles) repose sur du sable. Tout d’abord, de quel modèle parle-t-on ? Du « capitalisme rhénan » fondé sur un certain sens du compromis social, incarné notamment par un système pionnier de protection sociale dit bismarckien puis par la codétermination des entreprises, et un ordolibéralisme favorisant notamment le rapprochement entre banques et industrie, qui a notamment contribué au « miracle » économique de l’après-guerre en RFA (non sans l’aide – intéressée – déterminante du Plan Marshall également) ? Ou de la conjonction entre casse des droits sociaux et politique monétaire restrictive favorisant un véritable système de sous-traitance dans les pays voisins de l’Est, mis en vigueur à partir des années 2000 par le gouvernement de Gerhard Schröder ? Car, comme le note Bruno Odent, les piliers de la « société anonyme Allemagne » (Deutschland AG) qui ont permis le développement d’un tissu de PME sans pareil (le Mittelstand), une qualité élevée de la formation des travailleurs et de leurs produits ont ironiquement été systématiquement abattus par les réformes de l’Agenda 2010 porté par l’ex-chancelier social-démocrate… Ainsi, contrairement à ce qui est souvent avancé, ce n’est pas l’Allemagne qui paie pour les autres, mais inversement le reste de l’UE, et plus encore de la zone euro, de même que les travailleurs allemands les plus précaires qui soldent la facture d’une monnaie forte et d’un excédent commercial artificiellement dopé. Sauf qu’aujourd’hui, ce système atteint lui-même ses limites, et l’Allemagne est à son tour rattrapée par la crise depuis 2012. Avec un vrai sens de la pédagogie, Bruno Odent développe donc ces différents enjeux, dressant un bilan nettement moins favorable de la décennie Schröder-Merkel qui méritent ainsi plus qu’un bonnet d’ânes. Reste la question des débouchés politiques : pourquoi là-bas comme ici, la casse sociale n’amène-t-elle pas à un réveil des classes sociales se tournant vers une véritable gauche ? Pour tenter de le comprendre, l’auteur revient également sur les transformations du champ politique et l’espoir – pour l’instant – déçu constitué par la constitution de Die Linke, et les grandes coalitions « droite-gauche » favorisées par le système électoral proportionnel que certains souhaiteraient là aussi importer dans l’Hexagone. Là aussi, s’il est intéressant de s’inspirer de l’expérience allemande, ce n’est surtout pas pour l’imiter, mais au contraire pour ne pas reproduire les mêmes erreurs… 

La Revue du projet n°44, février 2015.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère