Des ombres à l'aube de Karl Jacoby, par Julien Baudoin

Dans le cadre de La Voie des indés 2013, Julien Baudoin, bouquiniste et contributeur féru sur Libfly a reçu Des ombres à l'aube, des éditions Anacharsis. Il avait déjà participé l'année passée en recevant un titre des mêmes éditions : L'Empire comanche.

Dans le cadre de La Voie des indés 2013, Julien Baudoin, bouquiniste et contributeur féru sur Libfly a reçu Des ombres à l'aube, des éditions Anacharsis. Il avait déjà participé l'année passée en recevant un titre des mêmes éditions : L'Empire comanche.

Vous pouvez encore participer à la Voie des indés en vous rendant sur Libfly : n'hésitez pas !

De la violence dans l'histoire

Tout excité à l'idée de me cogner un nouveau pavé traitant de l'Histoire des autochtones d'Amérique du Nord après le magistral Empire Comanche paru l'an dernier chez le même éditeur, c'est avec enthousiasme que j'ai levé le doigt pour lire "Des Ombres à l'Aube" dans le cadre de La Voie des Indés.

Conçu à partir de très nombeuses archives glanées dans toute la zone des borderlands entre les Etats-Unis et le Mexique, l'oeuvre de Karl Jacoby tente de faire l'histoire de cette région dans laquelle deux empires d'origine européenne se sont heurtés à la résistance farouche mais franchement désespérée des Apaches, l'affrontement culminant dans le Massacre de Camp Grant en 1871.

Le livre est découpé en chapitres qui adoptent chacun le point de vue de l'un des peuples protagonistes (les Mexicains, les Américains et les indiens Tohono O'odham qui leur servent de supplétifs). Le lecteur peut ainsi suivre l'évolution des relations entre ces populations qui ne cessera jamais d'être violente entre l'expansionnisme nord-américain, l'histoire tourmentée du Mexique espagnol puis indépendant et les nombreuses divisions entre bandes apaches. Déroutante parfois, puisque les lieux comme les groupes changent d'appellation en fonction des points de vue, cette approche permet de donner de la chair à un événement tragique dont la genèse est patiemment tricotée.

Le récit fait le détail des errements des rapports entre chacun des groupes, dse traités de paix partiels dont chacun considère que l'adversaire l'a rompu, des politiques "conciliantes" et assimilatrices aux stratégies d'extermination, des logiques individuelles des colons locaux à celles des pouvoirs centraux.

Il s'agit non seulement d'une oeuvre d'Histoire mais également d'un travail sur la mémoire. En effet, bien que numériquement moins important que d'autres tueries, le "Massacre de Camp Grant" sera l'objet d'une puissante polémique aux Etats-Unis et l'opinion publique sera prise à témoin par les défenseurs des droits de ceux que l'on appelle encore les Indiens d'Amérique, alors que ses principaux instigateurs en feront un argument pour asseoir leurs carrières politiques locales. Si l'événement est un marqueur important dans l'histoire de la politique indienne des Etats-Unis, les Apaches n'en cultiveront guère la mémoire pendant longtemps.

Ce n'est qu'il y a quelques années que les Apaches de la région réinvestissent la mémoire du massacre en organisant des commémorations et en créant un musée qui lui est consacré, alors que le théâtre des événements semblait enseveli sous un oubli volontaire.

L'ouvrage de Karl Jacoby participe grandement à ce travail de mémoire. Si son parti pris consiste d'abord à raconter et expliquer la violence permanente de ces relations dans les borderlands à partir d'une étude précise et poussée de celles-ci, il constitue également et surtout un outil précieux de réflexion afin d'approcher les mécanismes de déshumanishation à l'oeuvre dans un génocide comme le vingtième siècle en produira par la suite.

1v2.jpg

Des ombres à l'aube de Karl Jacoby - éditions Anacharsis - mai 2013 - 9782914777988 - 416 pages - 26 euros.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.