Charybde 2
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La Voie des Indés

Suivi par 15 abonnés

Billet de blog 12 févr. 2014

"Cru" : Onze incroyables nouvelles des confins où des mondes se frôlent.

Chez luvan (sans majuscule), tout se passe aux confins, réels ou imaginés, dans un silence organique où la chair devine pourquoi elle souffre, dans une exploration lucide d’une limite arctique de l’existence, dans une communion avec des éléments glacés ou brûlants que l’on sent confusément liés à un au-delà du réel.

Charybde 2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chez luvan (sans majuscule), tout se passe aux confins, réels ou imaginés, dans un silence organique où la chair devine pourquoi elle souffre, dans une exploration lucide d’une limite arctique de l’existence, dans une communion avec des éléments glacés ou brûlants que l’on sent confusément liés à un au-delà du réel. Du feu qui couve sous la cendre, du cataclysme qui attend, de la violence prête à exploser dans sa nudité : la crudité de la chair à vif et de la mémoire qui peut surgir et déborder impose ici son omniprésence.

luvan associe toutefois à cette magnifique brutalité poétique une impressionnante maîtrise de la lente distillation d’éléments renvoyant à toute une pop culture et à une signalétique de genre, métamorphosés dans un creuset très personnel. Les résonances subtiles y sont belles et innombrables.

Le navire chassant son ombre dans le golfe de Botnie, au moment de l’embâcle (« Brise-glace »), suggère du mythe séculaire sans lourdeur explicite, et renvoie au « Chalut » de B.S. Johnson, à « L’étoile polaire » de Martin Cruz Smith, voire aux meilleurs épisodes en haute mer des « X-Files », l’écriture en plus.

Une ville minière entrée en déréliction dans le grand Nord suédois (« Kiruna »), un tragique accident de patinage suivi beaucoup plus tard d’une panne de motoneige (« Le pacte »), une montagne samoyède résolument hostile mais inexorable (« Mange moi »), un abyssal fjord accueillant sur sa rive un festival de « musiques du monde » (« Le courbe »), un chien laconique mais néanmoins doué de parole (Agrati surgissant bien ainsi au détour d’une page) annonçant Ragnarok à un groupe de métal symphonique (« Reprise ») : autant d’occasions aussitôt saisies et sublimées de glisser dans les interstices du codage d’une littérature du grand Nord les bribes plus ou moins directes d’un chamanisme revendiqué ou non, les échos des failles du monde où peuvent se glisser indicible et surnaturel, comme les eût chantées le Scott Baker de « Kyborash », de la « Danse du feu », ou surtout de l’impérissable nouvelle « Variqueux sont les ténias ».

Comme les auteurs de la grande anthologie « Last & Lost (Atlas d’une Europe fantôme) », luvan sait aussi que les marges mystérieuses où tout peut se produire ne sont pas à proprement parler géographiques, même si la glace et la neige y dominent le plus souvent : la jungle (« La femme verte »), le désert (« Carmina »), mais aussi un recoin isolé de sur-civilisation (« Le tunnel ») ou encore un surgissement de légende au profond de la Roumanie (« Moroï ») peuvent parfaitement se prêter à l’irruption du cru dans nos vies.

Ces univers juxtaposés, suggérés, évoqués par les brèves et secrètes crevasses où ils communiquent et se touchent, « Le rapt » et ses 80 pages les mettent en scène d’une manière étoffée, appelant un outre-monde féérique dont les enjeux politiques sont soigneusement dissimulés dans les doutes de l’amnésie et du rêve d’une intrigue d’apparence policière entre France et Suède. Avec une magnifique économie de propos, luvan en suggère ici autant sinon davantage que les 10 tomes et les 3 000 pages pourtant dans l’ensemble captivantes du cycle des « Princes d’Ambre » de Roger Zelazny.

En prime, une élégante postface de Léo Henry, qui nous dit notamment: « Ce qui compte chez elle, bien plus que la main, c’est l’œil. luvan raconte ce qu’elle perçoit du monde, ce qu’elle en imagine, et son regard dote chaque chose d’une beauté singulière. On revient aux textes, dont la surface étincelle. Devine, par en-dessous, des courants et des jeux de lumière, des profondeurs. Des noirceurs. Certaines tournures forcent à nous arrêter, nous étonner, avant de réaliser à quel point elles sont exactes. Le style paraît un masque ; il est un dévoilement. »

Publié à l’automne 2013 aux singulières éditions associatives Dystopia Workshop, ce premier recueil de nouvelles frappe donc fort. Il est bien rare que l’univers d’un auteur s’impose avec autant de puissance et de mystérieuse justesse en dix courtes nouvelles et une longue (« Le rapt ») qui est déjà presque un roman : les 10 nouvelles du « Serpentine » de Mélanie Fazi, les 21 du « Yama Loka Terminus » de Léo Henry & Jacques Mucchielli et les 24 du « Chien a des choses à dire » de Jean-Marc Agrati sont les trois ensembles qui  viennent spontanément à l’esprit pour référencer un tel choc cohérent.

Un grand recueil et une révélation majeure.

Cru, de luvan, éditions Dystopia Workshop - novembre 2013 - 9791091146050 - 192 pages - 10,00 €

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua