Charybde 2
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La Voie des Indés

Suivi par 15 abonnés

Billet de blog 24 sept. 2014

Réchauffement climatique et cynisme marchand, une étrange poésie désenchantée

Après le remarquable Autopsie des ombres, le deuxième roman de Xavier Boissel nous propose une autre errance étrangement poétique d’un homme en perte et en quête, face à une réalité et à des discours rationnels qui ne parviennent plus à masquer leur faible épaisseur et leur vide, profond et intime.

Charybde 2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Après le remarquable Autopsie des ombres, le deuxième roman de Xavier Boissel nous propose une autre errance étrangement poétique d’un homme en perte et en quête, face à une réalité et à des discours rationnels qui ne parviennent plus à masquer leur faible épaisseur et leur vide, profond et intime.

Là où Pierre Narval, le héros du roman précédent, semblait se dissoudre progressivement dans les confins des banlieues françaises marchandisées, après qu’il ait perçu en ex-Yougoslavie le vide radical derrière l’injonction libérale feutrée et raisonnable, le narrateur principal des "Rivières de la nuit" assure le gardiennage routinier d’un sanctuaire souterrain et polaire, créé, organisé et blindé par la Fondation, émanation aux airs non lucratifs d’un grand consortium économique tentaculaire, pour – certes – préserver un échantillonnage mondial des semences existantes des affres à venir, une fois l’irréversibilité du réchauffement climatique dûment constatée, en une moderne arche de Noé végétale, enfouie sous les glaces en fonte et les océans en hausse, mais aussi – au moins autant, si ce n’est davantage – pour recenser, décoder, breveter et marchandiser le moment venu la diversité offerte par la nature.

Longtemps ils avaient cherché le confort – modèle indépassable adopté par tous et que tous s’évertuaient à perpétuer –, et longtemps le confort fut leur but ; plus ils tendaient vers ce but, plus les échanges s’intensifiaient – ils marchaient sur la même ligne, frontières et latitudes abolies. Sur le dos énorme de la vie matérielle, ils avaient greffé leur rêve d’infini ; ils avaient réduit les espaces pour nourrir ce rêve – un sommeil de cendres. Entre-temps, le spectacle du monde s’était incorporé à toutes leurs qualités, renvoyant chacun à sa redondance mutilée.
Certains avaient depuis longtemps pressenti le déluge ; ils avaient attentivement écouté les élucubrations des prophètes et discerné subtilement tout le bénéfice qu’il y avait à en tirer – car le désastre est l’issue du désastre. Plus la situation empirait, plus ils cherchaient à la rendre pérenne ; ils dansaient sur les ruines de leur économie circulaire, ils prenaient le poison pour le remède – dans le pire, il n’y a pas de fin. Toujours le calcul s’alignait sur le confort, tandis que la grosse panse de l’humanisme ne cessait de se gonfler.
Au quotidien, c’était le fait que les choses suivent leur cours qui faisait la substance de la catastrophe. Non l’imminence de sa menace, mais ce qui leur était donné, dans l’instant. Ils avaient domestiqué tous leurs désirs ; au fond des gouffres, ils continuaient à se divertir.

Là où Pierre Narval ne rencontrait en lui et autour de lui que l’écho assourdi de ses propres spirales de pensée en voie de déliquescence par doute radical et impossible à exprimer, notre gardien de jour et de nuit offre au lecteur un saisissant contrepoint permanent et rythmique : l’émerveillement vertigineux de sa mission biblique et bétonnée, de draisines huilées en portes blindées et de chambres fortes en verrières glacées, dégageant une redoutable poésie faussement naïve – où un Arthur Rimbaud reconnaîtrait certainement à l’occasion, autour de ce bateau ivre résolument immobile, "ce que l’homme a cru voir" -, est ici confronté en permanence à l’écho des documents, directives ou notes de direction de la Fondation ayant accompagné et guidé la mise en place du projet, avec des accents de conviction opportuniste, technique et financière qui évoquent joyeusement les discours extraordinaires du "Journal intime d’une prédatrice" de Philippe Vasset.

Et puis il arriva ceci : un matin, les eaux s’étaient fendues et retirées, mettant à sec le dôme de la verrière. Des vaguelettes venaient ricocher sur les plaques de plexiglas, accrochaient quelque étendue sablonneuse, mais refluaient aussi vite qu’elles étaient venues. Comme l’estran après le retrait de la marée, une multitude d’anémones de mer, de moules, de berniques, de crabes, étoilait la verrière et, au milieu de cette constellation qui brillait dans l’aube naissante – rose poussière, mémoire des écumes -, trônait, terrible, lugubre, prisonnier de la vase, comme un fantôme, un chariot métallique de supermarché. Les longs tentacules verdâtres des algues enserraient ses tiges de fer rouillées, moussues, sur lesquelles s’était fixé un essaim de coquillages. L’ombre portée par une des roues tordues faisait comme une tête humaine réduite, objet rituel, trophée dressé vers le ciel.

Maniant à merveille l’enchâssement qui provoque silencieusement et la juxtaposition qui heurte insidieusement, Xavier Boissel nous offre de saisissantes lueurs de poésie crépusculaire, inextricablement mêlées au discours cynique, calculatoire et jusqu’au-boutiste d’un certain capitalisme libéral toujours en voie de déchaînement, grâce à un agencement de phrases polies, testées devant des panels d’actionnaires et de consommateurs pour lisser et rassurer, ne laissant échapper leur venin que par l’inadvertance de deux ou trois mots malheureusement sincères.

Un très beau roman, à compter parmi les pièces les plus intéressantes de cette rentrée littéraire, et bien au-delà.

Les guerres nucléaires, les désastres naturels et les réductions budgétaires figurent notamment sur notre liste des cataclysmes à même de menacer les ressources génétiques végétales.

Xavier Boissel sera à la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris) en compagnie de Jean-Yves Jouannais ce jeudi 25 septembre.

Xavier Boissel, Rivières de la nuit,  éditions Inculte, 128 pages, 13,90 €.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis