Lucie Eple
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La Voie des Indés

Suivi par 15 abonnés

Billet de blog 29 janv. 2014

Lucie Eple
Abonné·e de Mediapart

«Moscow», bagarre générale

Moscow fait l’effet d’un violant ressac qu’on se prendrait sur l’arrière du crâne en pensant avoir échappé au pire. Une main ferme qui nous rejetterait illico dans le tourbillon. Et c’est reparti pour un tour d’errances nocturnes en compagnie des vampires de Mosqueiro, l’île brésilienne que les autochtones surnomment « Moscow ».

Lucie Eple
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Moscow fait l’effet d’un violant ressac qu’on se prendrait sur l’arrière du crâne en pensant avoir échappé au pire. Une main ferme qui nous rejetterait illico dans le tourbillon. Et c’est reparti pour un tour d’errances nocturnes en compagnie des vampires de Mosqueiro, l’île brésilienne que les autochtones surnomment « Moscow ». La peau de Tinho Santos (le narrateur) et celle de sa bande ont la couleur lunaire des nuits qu’ils écument, pillant, violant, tabassant, buvant, jouant : la horde exige et prend, elle ne sait même faire que cela. Les culs des fils à papa qui brillent le jour sous des shorts de plage à la mode, les sourires aux dents blanches, les promesses toutes formatées d’avenir radieux… elle les défonce salement, avec l’assurance d’une meute en chasse, maître du territoire et du temps.

« On aurait dit que l’air sentait l’absence de bruit. Du brouhaha des estivants. Dimanche soir. Ils se cassent. C’est trop tôt. Tout est sale après leur passage. Partout. Cette brise avait une saveur spéciale. On faisait toujours ça. Ça marchait pas toujours comme on voulait. Mais aujourd’hui, ça allait le faire. »

La topographie des lieux, elle la connaît par cœur : ce qu’elle évoque aux touristes, l’île des Amours et ses replis où ils tenteront de serrer la donzelle, la plage lumineuse qu’elle  ne fréquente jamais, où ils pavaneront pour lui voler ses filles, l’asphalte qu’useront leurs roues de Jeeps clinquantes. C’est les vacances et les désirs étrangers infestent Mosqueiro. Une sacrée aubaine et autant d’occasions de jouissances effrénées et d’orgies fraternelles.

Moscow est  une espèce de Grande bouffe à l’envers. L’érotisme et le morbide y sont dispendieux : ils répandent, ils souillent, ils tâchent, ils gavent, usant Tinho, qui regagne son quasi taudis à chaque aube vidé de sa substance, exsangue mais pourtant repu.

« Quand le jeu s’est éloigné de nous, il m’a cogné. J’ai vu rouge . J’allais pas me laisser faire, même pour moins que ça. Fini de jouer. Je l’ai mis à terre et je lui ai frappé la tête contre le ciment, sans m’arrêter. Ça pissait le sang quand ils m’ont écarté. Bagarre générale. (…) Le petit attaquant a atterri à l’hôpital avec le crâne fracturé. (…) Dans ces moment-là, c’est dur de discuter avec moi. Le temps s’arrête, la pensée aussi. Les gars de la bande, ils savent. Ils ont fait un cercle autour de moi. Ils ont laissé personne s’approcher. »

La voix de Tinho est une respiration saccadée : quelque chose pousse profondément en lui, l’excite, l’énerve et finalement, l’envahit. Le rythme du livre scande ce danger permanent d’un bouillonnement sanguin qui le fera sortir de lui, comme possédé par son démon nocturne. Et si les autres membres de la bande participent à ces rites avec la même fougue, quelque chose d’imprévisible, de permanent et de fondamentalement morbide distingue Tinho, au-delà de la sauvagerie de ses comparses.

Moscow est un livre ultra violent. Me trouvée fascinée par les démonstrations de la barbarie est une chose absolument banale, si tant est que l’auteur ait le talent de vous tenir à la gorge, ce qui est le cas d’Edyr Augusto. L’intérêt de Moscow réside certainement plus dans le choix du mode narratif, qui creuse au sein même du personnage la distance entre les manifestations du mal et ses origines, faisant sombrer Tinho dans l’ombre la plus opaque. C’est quand pointe le soupçon de gratuité des actes les plus odieux que Moscow vous fait perdre pied.

Moscow – Edyr Augusto

Traduction du portugais (Brésil) : Diniz Gahos.

Editions Asphalte – Février 2014

9782918767367 – 12 euros

Pour explorer le catalogue de la maison d'édition, vous pouvez visionner la soirée de la petite édition, animée par Julien Delorme, qui lui fut consacrée le 19 avril 2013, à la librairie du MK2 quai de Loire.

Une présentation des Soirées mensuelles de la petite édition en vidéo est visible sur Mediapart par ici.

D'autres chroniques de lecture et un extrait audio à découvrir sur Libfly.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial