La Ligue de l’enseignement, la laïcité et la diversité.

Tout au long de son histoire la Ligue de l'enseignement, mouvement d'éducation populaire laïque, s'est investie, sous de nombreuses formes, dans la diversité culturelle.

Mouvement d’éducation populaire laïque, la Ligue de l’enseignement est fondée en 1866. Elle est la plus vaste des organisations culturelles sous la III° République. Période décisive durant laquelle les Français deviennent républicains. La Ligue, fer de lance de la laïcité, joue un rôle déterminant dans cette mutation en défendant et illustrant la liberté de conscience de chaque citoyen. Quoique masculine, elle s’investit dans l’éducation des filles. La confrontation avec l’Eglise catholique fut une forme de rivalité mimétique. Chaque protagoniste s’inspirait des initiatives de l’autre. C’est dans un cadre culturel commun que s’est déroulée la lutte pour le pouvoir politique entre ceux qui s’inspiraient des droits de l’Homme et du Citoyen et ceux qui voulaient la soumission à un pouvoir divin et donc le retour à l’Ancien Régime. Chaque camp rivalisait de patriotisme en mobilisant références à l’histoire et œuvres d’art, discours et symboles… Le conflit portait sur l’identité de la France, « fille aînée de l’Église » ou «héritière de la Révolution ».

Le livre de référence de JF Chanet Le livre de référence de JF Chanet
La République prend corps dans chaque village. Contrairement à une idée reçue, l’œuvre des instituteurs n’est pas caractérisée par une volonté d’éradication. Même si maladresses et incompréhensions ne furent pas absentes. L’idée centrale était que chaque citoyen maîtrise la langue française. Il y a un lien entre l’école républicaine et les « petites patries ». C’est par l’enracinement local qu’on adhère à la grande patrie républicaine. Ce n’est qu’en passant par les cultures particulières qu’on accède aux idées universelles. « Que la France se nomme diversité… ». Cette phrase de l’historien  Fernand Braudel est justement célèbre. Cette diversité de la culture populaire est reconnue et valorisée par le Front Populaire qui mandate la Ligue pour faire vivre le folklore, dénommé ensuite arts et traditions populaires. Lors de son congrès de 1947, la Ligue réaffirme : « Ce que nous entendons par « Culture Populaire », c’est à la fois la culture pour le peuple et la culture du peuple ». Définissant ainsi l’éducation populaire.

Dans les années 70 la Ligue s’implique dans l’engagement associatif des femmes et en faveur des droits sexuels et reproductifs. Elle s’intéresse à la construction européenne et s’inspire de sa devise « Unie dans la diversité ». Elle revisite le pluralisme culturel comme un état de fait, une donnée de la dignité humaine et un élément constitutif du développement de la démocratie. La Ligue affirme d’une part la légitimité de la diversité culturelle dans un cadre républicain, en particulier associatif. Ce n’est pas la diversité culturelle en tant que telle qui menace l’unité de la société. C’est surtout l’inégalité persistante et croissante des conditions sociales. Ceci implique une lutte contre toutes les discriminations et contre tous les racismes. D’autre part, la liberté de conscience de chacune et chacun prohibe toute assignation à résidence identitaire par les autres ou par les proches. La laïcité interdit de même les prétentions religieuses à régir la vie des personnes contre leur gré. Contre les forces centrifuges, un dialogue exigeant  entre les cultures et les convictions philosophiques et religieuses est une nécessité de tous les jours. Il n’y a pas de liberté de conscience sans liberté d’expression.

tampon-sans-barre
Depuis 2008 la Ligue apporte son soutien à la rédaction de la revue européenne dédiée au dialogue interculturel « Diasporiques. Cultures en mouvement ». En 2011 la Ligue adopte un document de référence « Une politique de la culture ».  La même année le Conseil international des organisations de festivals de folklore et d'arts traditionnels (CIOFF France) s’affilie à la Ligue en tant qu’association nationale. En 2015, la Ligue consacre deux journées à l’inventaire de ses positions et actes sur la pluralité culturelle. Sa vision de la diversité, selon un terme devenu usuel, est positive. Elle est aussi inclusive. Réduire la diversité aux personnes originaires des anciennes colonies et/ou d’Afrique ou d’Asie est aussi faux que dangereux. Cela incite à penser la société en termes de races. Quelles que soient nos origines, nous participons toutes et tous de la diversité. C’est tout le sens de la Charte pour la diversité, conçue au sein du mouvement, et contresignée par des centaines de personnes et d’associations. Cette conception de la diversité renvoie à l’histoire populaire de la France. Elle a reçu une dimension internationale grâce à la « Déclaration sur la diversité culturelle » et à la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles » adoptées en 2001 et en 2005 par l’Unesco. En 2017 la Ligue reprend l’ensemble de ces réflexions dans le document « La laïcité. Une émancipation en actes ».

Ressources

Bibliographie

  • « Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880 » Maurice Agulhon. Editions Flammarion.
  • « L’école républicaine et les petites patries » Jean-François Chanet Editions Aubier.
  • « L’identité de la France » Fernand Braudel ; Editions Flammarion Collection Champs
  • « Histoire populaire de la France » Gérard Noiriel Editions Agone.

Publications de la Ligue

  • Manifeste Faire société. 2010.
  • Une politique de la culture. 2011.
  • La laïcité pour faire société. 2012.
  • Laïcité. Une émancipation en actes. 2017.

disponibles sur https://laligue.org/nos-textes-de-reference/

Colloque « La Ligue de l’enseignement et la pluralité culturelle »

Site de la Charte pour la diversité 

Revue « Diasporiques. Cultures en mouvement »

UNESCO Sur la diversité culturelle 

 

_______________________________________________________________________________________

Une autre édition de la Ligue de l'enseignement sur Médiapart:

cercles-condorcet-cmjn-couleur
Les Cercles Condorcet accompagnent la vie intellectuelle et militante des fédérations départementales de la Ligue de l'enseignement, grand mouvement d'éducation populaire laïque. Une cinquante de Cercles rassemblent environ 2.000 personnes. 
Ils animent une édition sur Médiapart  Ne manquez pas de la consulter !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.