Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 1 mai 2015

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Premier Mai: Fête des Travailleurs !

Parmi les jours fériés officiels qui scandent le calendrier, le premier Mai est emblématique. La Fête des Travailleurs, fête laïque par exellence, a été arrachée de haute lutte.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parmi les jours fériés officiels qui scandent le calendrier, le premier Mai est emblématique. La Fête des Travailleurs, fête laïque par excellence, a été arrachée de haute lutte. C'est une longue histoire évoquée en images sur le blog du Cercle Condorcet-Viollette d'Eure-et-Loir

Tourné vers l'avenir, internationaliste, profondément laïque, le premier Mai se distingue particulièrement dans le calendrier. Alors que la plupart des fêtes comme Noël et le Jour de l'An, s'inscrivent dans des cycles, le premier Mai est résolument ancré dans la construction volontariste d'un avenir. Au delà des revendications et de la diversité des engagements, c'est, pourrait-on dire, une commémoration du futur. L'idée de réduire le temps de travail est née avec le travail salarié lui-même. C'est sur la revendication des huit heures maximales de travail quotidien que s'est imposée la date du premier Mai. Cette revendication était commune au mouvement ouvrier européen comme américain. Le premier Mai se caractérise d'emblée par sa dimension internationale. Des fêtes du travail très diverses existaient depuis le XVIII° siècle. La célèbre grande grève de Chicago en 1886 est devenue emblématique. Le 3 mai, trois des grévistes employés de la société McCormick Harvester meurent dans une manifestation. En 1890 le premier Mai est l'occasion d'immenses manifestations dans de nombreux pays. Cette fête s'est imposée dans le monde entier, même s'il n'existe pas de "journée mondiale officielle", elle est un jour férié dans plus de 150 pays. 

Le premier Mai est laïque au sens le plus profond. C'est le peuple (laïos en grec, origine du mot laïcité) qui parle et qui lutte. Il affirme en dernier ressort sa souveraineté, source de la Révolution française confisquée ensuite.  La puissance symbolique du premier Mai lui permet de s'agréger un vieil usage. Quelle est la relation entre la Fête des travailleurs et la vente de muguet devenue traditionnelle ?  C'est en 1561 que le roi de France Charles IX, à qui du muguet avait offert à cette date, décide de faire de même pour toutes les dames de la cour. La coincidence de dates créa l'opportunité.  Le but des manifestations n'est-il pas la conquête du bonheur ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier