Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 1 déc. 2015

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Grand meeting national laïcité à Paris le 5 décembre

Le samedi 5 décembre. Un meeting de défense et illustration de la loi du 9 décembre 1905 séparant l'Etat et les cultes est organisé de 14H30 à 17H30 au Gymnase Japy – 2 rue Japy – 75011 Paris.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce meeting est organisé à l’initiative de la Fédération Nationale de la Libre Pensée.    La Ligue de l'enseignement est partenaire de l'initiative. Pierre tournemire, vice-président en charge des questions de laïcité, explique les raisons de cet engagement dans "La raison" le mensuel de la FNLP. Entretien reproduit ci-dessous:

Peux-tu présenter la Ligue de l’enseignement ?

La Ligue de l’enseignement est une association laïque d’éducation populaire qui est née à l’automne 1866  suite à l’appel lancé par Jean Macé pour le rassemblement de tous ceux qui souhaitaient contribuer à l’enseignement du peuple. Derrière cet appel anodin se cachait une ambition beaucoup plus vaste : c’est en fait l’exigence de la formation des citoyens que réclamait Jean Macé, journaliste républicain devenu professeur en Alsace depuis que le coup d’Etat du futur Napoléon III l’avait contraint à quitter la capitale. Il considérait que pour exercer le pouvoir, le citoyen devait disposer du savoir et que le devoir des républicains était de l’assurer. Cet appel a eu rapidement un large écho car il a rencontré l’adhésion de nombreuses personnes qui croyaient au progrès, à la raison et à la science et qui voulaient « chasser l’obscurantisme pour ouvrir les esprits à la lumière ». Mouvement républicain ayant eu un rôle essentiel dans l’instauration des lois scolaires, promouvant, protégeant et prolongeant l’Ecole Laïque, la Ligue a aussi contribué aux lois laïques sur les associations et pour la Séparation des Eglises et de l’Etat à une époque où l’Association Nationale de la Libre Pensée et la Ligue de l’enseignement avaient en commun Ferdinand Buisson comme président.
Aujourd’hui, la Ligue de l’enseignement regroupe plus de 1,6 million de membres. Des centaines de milliers de bénévoles et plusieurs milliers de professionnels agissent au sein de près de 30 000 associations pour l’accès à l’éducation, à la culture, aux sports et aux loisirs. Pour cela, la Ligue de l’enseignement invite les citoyens à s’associer pour la laïcité, à lutter contre les inégalités et les discriminations, à débattre et agir afin de construite une société plus juste, plus libre et plus solidaire pour l’émancipation de tous.
Au cours de cette longue histoire la Libre Pensée et la Ligue de l’enseignement ont toujours eu des contacts, mais elles n’ont pas toujours été d’accord ! Il y a même eu des périodes où des propos aigres doux – c’est un euphémisme – ont été échangés. Heureusement, depuis quelques années, nous avons, en commun, estimé que le dialogue était préférable à l’invective, d’autant que ces divergences ne portaient que sur les conditions de mise en œuvre de principes qui nous étaient communs. Si nous n’avons pas toujours emprunté les mêmes chemins et si nous ne sommes pas allé à la même vitesse, la direction était la même et chaque fois que les fondements laïques ont été menacés nous nous sommes retrouvés dans le même camp pour les défendre.

A l’initiative de la Libre Pensée, la Ligue de l'enseignement, la Ligue des Droits de l'Homme et l’Union Rationaliste ont, en commun, fait un colloque sur « Laïcité et libertés ». Pourquoi ?

Parce qu’aujourd’hui des forces politiques et sociales tentent d’instrumentaliser la laïcité à des fins liberticides et de ségrégation, il était essentiel que des militants de nos quatre organisations aient une réflexion collective, avec la contribution d’intervenants très divers, sur les fondements de la laïcité et sur les conditions de sa mise en œuvre. Le succès de ce Colloque, tant pour la forte participation que pour la qualité des travaux est réconfortant. Je ne doute pas que les actes qui ont rapidement été publiés permettront de poursuivre utilement la réflexion.

Du point de vue des questions actuelles de la laïcité, comment vois-tu les choses ?

Dans l’actualité récente abondent des discours visant à « normer » des comportements afin de préserver une incertaine « identité française » ou une tradition républicaine fantasmée, émanant de ceux qui se prétendent les meilleurs défenseurs de la laïcité, qu’ils soient des fraîchement convertis à l’idée ou non. Pour eux, la laïcité ne serait plus essentiellement la garantie d’un droit de liberté, mais l’exigence d’une manière d’être. La coexistence pacifique des libertés individuelles compterait moins que leur soumission à des valeurs morales déclarées indiscutables, et donc devant s’imposer indistinctement à tous indépendamment du libre examen de chacun. Il n’est pas étonnant dès lors que, s’appuyant sur ces discours, se développe le hold-up de l’extrême droite qui instrumentalise la laïcité pour conduire une « croisade » contre les citoyens de confession musulmane.
Même s’ils s’en réclament de façon incantatoire, ces discours sont tous en contradiction avec la loi de 1905. Aussi, la vigilance, la réflexion et l’action communes de nos deux organisations sont plus que jamais indispensables pour défendre et promouvoir notre tradition laïque conciliant la liberté d'expression et le refus de comportements inacceptables. Ensemble, nous devons contribuer à ce que la laïcité soit plus encore l’outil privilégié pour concilier les chemins de la liberté et de l’émancipation dans le cadre de la justice sociale pour tous.

La Ligue de l’Enseignement appelle à la manifestation du 5 décembre 2015 avec la Libre Pensée, à l’occasion du 110e anniversaire de la loi de 1905. Pour quelles raisons ?

C’est 110 ans après, l’esprit et la lettre de cette loi que nous souhaitons promouvoir, c’est-à-dire le principe d’organisation assurant la liberté de conscience et garantissant la liberté d’expression des convictions de chacun de manière compatible avec les libertés de tous dans un cadre pacifié. C’est le sens de notre participation à la manifestation malgré des nuances sur l’ensemble des mots d’ordre. Ainsi, si nous restons de fervents partisans d’un financement public réservé à l’enseignement public et si nous considérons que l’existence du dualisme scolaire est facteur de ségrégation culturelle et sociale, nous pensons que la priorité aujourd’hui est de restaurer la crédibilité de l’enseignement public en s’attaquant à la ségrégation scolaire qui existe aussi en son sein. Il est pour nous essentiel d’agir pour que soit mis en œuvre, réellement, complètement et partout, la loi de refondation de l’École.
Mais, dans le contexte actuel nous estimons que ces nuances d’appréciations ne doivent pas nuire à l’unité d’action pour préserver l’essentiel.
 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt