Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 264 abonnés

Billet de blog 3 oct. 2022

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

L’Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés fête ses soixante ans !

Mouvement citoyen, mouvement laïque, fédération gestionnaire, l’APAJH mène depuis soixante ans un combat pour les personnes en situation de handicap.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France compte douze millions de personnes handicapées, dont 500.000 sont accueillies dans des établissements spécialisés. Le rapport annuel du défenseur des droits relève, pour la cinquième année consécutive, que le handicap est la première cause de discrimination. Depuis soixante ans, l’Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés se bat contre cette situation. L’APAJ se définit comme un mouvement citoyen. Elle considère que le handicap relève de la société tout entière, et inscrit ses combats dans le projet d’une société du vivre-ensemble, fondé sur les valeurs de la République: Liberté, Egalité, Fraternité. L’APAJ se définit également comme un mouvement laïque. Elle est engagée dans la construction d’un espace public, commun à tous les citoyens, ouvert à tous, indépendamment des origines, des religions, des convictions.

Le 21 novembre prochain aura lieu la 17ème édition des Trophées APAJH qui sera placée sous le thème du Petit Prince.

En 1962, Lucie Nouet et Robert Seguy, enseignants et syndicalistes, se mobilisent pour que chaque enfant, en situation de handicap ou non, puisse avoir le droit d’aller à l’école de son quartier. A une époque où la politique consiste à considérer les personnes en situation de handicap comme une catégorie distincte de citoyens, ils se battent déjà pour leur assurer des conditions d’existence au plus proche de la vie dite ordinaire. Un combat de longue haleine est entrepris pour rendre effectifs des droits humains. Cinquante ans plus tard, la Fédération APAJH compte 93 associations en métropole et en outre-mer. Ses 14 000 collaborateurs accompagnent 32 000 personnes en situation de handicap, dans 700 établissements et services (sociaux, médico-sociaux et sanitaires). Elle est à la fois une association militante, qui représente des personnes en situation de handicap, et une association gestionnaire, qui gère des établissements et des services. L’expertise s’est mise au service de l’humanisme. Le 13 septembre dernier, au studio 104 de la Maison de la Radio et de la Musique à Paris, s’est déroulé « Le Grand Direct » à l'occasion des 60 ans de l'APAJH.

L’APAJ est un mouvement laïque. En 2016, un texte au titre explicite est adopté au congrès de Guéret « Combat pour la laïcité ». Le sens de ce combat est clairement exposé : « Restaurer, se réapproprier l’essence même de ce principe républicain constitutionnel, socle de la devise : Liberté, Egalité, Fraternité, telle est la tâche collective entreprise par le mouvement APAJH, militants, professionnels et personnes accompagnées. La laïcité, principe fondateur, permet à chacun avec ses différences de prendre sa place dans la communauté nationale. La laïcité suppose le respect des règles définies dans le cadre républicain. C’est notre modèle de « vivre et de faire ensemble » que nous affirmons et défendons avec vigueur et détermination ». L’APAJH propose en ligne plusieurs versions de la Charte de la Laïcité à l’Ecole   : une version traduite en Langue des Signes Française, une version codée en Langage Parlé Complété et une version imprimable en braille.

Président de l’APAHJ depuis 2008, Jean-Louis Garcia souligne : « Notre démarche, engagée, est citoyenne. En luttant pour le droit des personnes en situation de handicap, nous combattons pour les plus faibles d’entre nous, et ce que nous obtenons, est utile à la société tout entière ». Cet engagement est mis en relief dans la vidéo ci-dessous :

Présentation de l'APAJH, mouvement citoyen, tout handicap et tout âge de la vie. © Fédération APAJH

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey