Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 251 abonnés

Billet de blog 9 déc. 2019

Prix de la laïcité de la République française

Ce 9 décembre 2019 l'Observatoire de la Laïcité organise la "Journée nationale de la laïcité 2019 Les territoires vivants de la laïcité". Présentation des lauréats du Prix de la laïcité de la République française et de leurs actions.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’instauration de la Journée nationale de la laïcité le 9 décembre de chaque année (depuis 2015) a suivi l'Avis de l'Observatoire de la Laïcité du 19 novembre 2013.Depuis, à cette occasion, l’Observatoire de la laïcité remet le Prix de la laïcité de la République française. Le montant du Prix est de 5000 euros. L’attribution du Prix s’accompagne d’un parrainage officiel de l’Observatoire de la laïcité (ce qui est également le cas pour les mentions).

Lauréat 2019- Le Prix de la laïcité de la République française 2019 est attribué aux élèves des classes de 4ème du collège Les Iris à Villeurbanne (69)

Ces élèves ont réalisé eux-mêmes à la fois les dessins et le codage d'un serious game sur la laïcité en ligne. On y retrouve des jeux de labyrinthes en forme de lettres de chaque valeur de la devise Républicaine à laquelle est ajoutée le principe de laïcité. Une fois " gagné" les premiers jeux du "labyrinthes", un quizz permet d'évaluer les connaissances des joueurs (en l'espèce, des élèves des 6ème) sur les valeurs de la République et le principe de laïcité. Le Prix servirait à améliorer le jeu et de pouvoir le généraliser le plus largement possible, afin de mesurer le niveau de connaissance des élèves sur la laïcité et les valeurs Républicaines.

Mention spéciale : Le C.C.A.S de Ploufragan remporte cette année la mention spéciale du Prix de la laïcité de la République française :

Le centre communal d'action sociale et des enfants du primaire ont réalisé deux vidéos sur la laïcité. La première en format « sketch » sur la liberté de croire ou de ne pas croire (1 minute) ; suivie d’une vidéo au format « reportage » (5 minutes) auprès des services municipaux et d’habitants de la commune. Ces enfants sensibilisent également les habitants à la laïcité en utilisant l’exposition sur le sujet de la BNF. Ce sont les financements du CGET qui ont permis ces réalisations.

5 minutes LaiStudioTV 1 © Ligue 22

Un reportage sur le CCAS de Ploufragan

Le jury a décidé cette année de décerner trois mentions à trois projets qu’ils souhaitent encouragés:

La première mention est décernée au travaux de la Protection Judiciaire de la Jeunesse de Marseille et leur projet « Du haut de ma tour » : Ce projet est un court-métrage, à mi-chemin entre le reportage et le documentaire, de 30 minutes sur la laïcité telle qu’elle est comprise et vécue dans les quartiers nord de la ville, et sur la vie collective du secteur. Ce projet regroupe des femmes habitantes du quartier, des jeunes suivis par la PJJ et des collégiens.

La deuxième mention est décernée au Conseil départemental des Landes et aux archives départementales : Pour leurs interventions devant les élèves de tout le département, du CM1 au lycée, afin de leur présenter l'exposition de la BNF, mais en y ajoutant de nombreux documents propres au département, des livrets adaptés pour chaque niveau des élèves, comprenant des « quizz », des « frises » mais aussi des archives départementales expliquées et commentées. L’ensemble est complété par des conférences publiques assurées par des personnalités reconnues sur le sujet, gratuites et ouvertes à tous.

La troisième mention est décernée à l'agence de conseil "Convivencia" : Elle a réalisé un e-module de qualité sur la laicité visant à évaluer les connaissances du grand public, et à faire connaitre les travaux de l'Observatoire de la laicité. Cet e-module, ouvert à tous, en ligne et gratuit, comprend des parties "apprentissages" ainsi que des parties "quizz" "animations".

NB Les Cercles Condorcet, affiliés à la Ligue de l'enseignement, animent une édition sur Médiapart Ne manquez pas de la consulter !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica