Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 14 févr. 2017

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

La revue « Raison Présente » fête ses 50 ans

Fondée en 1966, nourrie du travail de l’Union Rationaliste, « Raison présente » est une revue trimestrielle qui traite de tous les champs de l’activité humaine. Son n° 200 est justement sous-titré « 1966-2016. Aventures et combats de la raison ».

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Raison Présente »  décrit ainsi son projet « Affirmer pour notre temps le rôle de la raison dans l’aventure humaine, inventorier et stimuler les exigences d’une raison militante, qui s’engage dans les combats pour l’émancipation des femmes et des hommes. Sa fonction critique ne cède à aucun tabou, ne s’assigne d’avance aucune limite. Raison et liberté sont indissociables. Elles ont pour corollaire l’attachement à la laïcité, qui établit le cadre le plus approprié à l’exercice libre de la raison… ».

C’est peu dire, qu’en 200 numéros le pari a été gagné. Une impressionnante liste d’auteurs est à mettre en perspective d’une tout aussi impressionnante liste de thèmes. Un grand nombre d’anciens numéros sont d’ailleurs toujours disponibles auprès de l’Union Rationaliste. Nous nous contenterons, pour cette fois de parcourir le dernier.

Sept grands articles y sont publiés, suivis d’une série de chroniques intitulées « Trimestrielles » dans lesquelles l’actualité culturelle (théâtre, musique, livres…) est passée au peigne fin. Le premier article, de Fabienne Bock, évoque les dix premières années de l’Union Rationaliste (19030-1940). Elles furent animées par un groupe d’intellectuels se retrouvant par ailleurs à la Libre Pensée, à la Ligue des Droits de l’Homme ou à la Ligue de l’enseignement : Henri Roger, doyen de la Faculté de médecine et historien des religions, Albert Bayet, professeur de morale à la Sorbonne, dirigeant du parti radical-socialiste, Paul Langevin, professeur de physique générale au Collège de France et proche du Parti communiste… La diversité des appartenances politiques éventuelles et le choix d’une ligne éditoriale indépendante déterminent une position « Notre association n’aura jamais de caractère politique ». Publications, conférences, sections locales… L’aventure est entamée.

Dans un deuxième article Guy Bruit présente la naissance de la revue « Raison Présente ». En 1964 (année du bicentenaire du « Dictionnaire philosophique » de Voltaire), l’Union Rationaliste publie un « Dictionnaire rationaliste » particulièrement étoffé grâce à de nombreuses contributions. Cet ouvrage est devenu un « collector » dans les milieux laïques. Dans la foulée, si on ose écrire, deux intellectuels, déjà investis, Ernest Kahane et Victor Leduc, estiment que le moment est venu d’une revue portant haut les couleurs du rationalisme. Tous deux se réfèrent au marxisme, non pas comme à une dogmatique telle que le stalinisme triomphant l’imposait, mais comme à une école de pensée et d’action.

Cette approche se traduira par la publication d’un long article, véritable plan de campagne, de Maurice Caveing, philosophe et historien des mathématiques : « Le rationalisme aujourd’hui » (dans les « Cahiers Rationalistes », publication de l’Union Rationaliste). Un autre texte de Maurice Caveing est entièrement reproduit dans le présent numéro de Raison Présente « Réflexions sur le marxisme et les sciences sociales ». Cet article de 1991 fait le point sur un sujet qui a fait l’objet de nombreux débats.  

C’est Jean-Michel Besnier, philosophe spécialiste des technologies d’information et de communication, collaborateur régulier de la revue, qui met en perspective dans un autre article la contribution de Maurice Caveing et les combats de « Raison présente ». Il relève que la première génération d’auteurs avait bien identifié « ce qui dans la démarche de Marx relevait de la science et de ses méthodes (et donc en quoi il était rationaliste) ». Le contraire d’une scholastique. Jean-Michel Besnier identifie dans la conception de monde de Karl Marx trois théories : sur la structure sociale, sur le fonctionnement économique et sur le système juridico-politique qui l’accompagne.  Pour lui « le contrat rationaliste a tenu… Raison Présente n’a pas démérité, loin de là ». Son texte est significativement intitulé « Le rationalisme toujours sur la brèche ».

Trois autres articles abordent la question du rationalisme sous des angles spécifiques. Gabriel Gohau sur « Le cheminement de la rationalité dans le développement de la géologie », Gilles-Gaston Granger « Sur l’épistémologie comparative » (texte extrait de sa leçon inaugurale au Collège de France) et Michel Paty avec des « Remarques sur les rapports entre les sciences et la société, la raison et l’histoire ».

Un très beau numéro anniversaire, avec des textes de belle tenue… La revue « Raison Présente » est à la hauteur de son histoire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon