Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 14 nov. 2016

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

A propos du « Génie de la laïcité » de Caroline Fourest

Les éditions Grasset viennent de publier un nouveau livre de Caroline Fourest « Génie de la laïcité ». Malgré le clin d’œil au « Génie du christianisme » de Chateaubriand, nous ne sommes pas ici dans le registre apologétique littéraire romantique.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Caroline Fourest est journaliste. Son objectif est « d’expliquer la laïcité ». Les deux tiers de l’ouvrage (200 pages sur 300) proposent une comparaison entre le modèle anglo-saxon, plus particulièrement américain, et le modèle français. La réflexion sur cette  « guerre des modèles » est bienvenue. D’une part parce que l’auteure a un indéniable talent d’écriture. D’autre part parce le sujet est important.  Les USA comme la France ont mis sur pied une séparation des Eglises et de l’Etat. Il faudrait d’ailleurs écrire « des séparations » tant les deux révolutions fondatrices,  les paysages religieux, les cultures au sens le plus général, sont différentes. Deux panoramas se succèdent ainsi. S’il eut été possible de présenter autrement certains faits, l’ensemble a le mérite de poser la comparaison de façon claire, tout en penchant, bien évidement et à juste titre, pour le modèle français.

L’interventionnisme étasunien est également traité. Il est fondé sur une conception de la « liberté religieuse », fort différente de la « liberté de conscience » affirmée par notre loi de 1905. De façon générale, la liberté religieuse ne concerne que les croyants et est susceptible de s’affirmer contre les lois communes. La liberté de conscience concerne tout le monde, athées et agnostiques compris, et s’inscrit dans le cadre des lois de la République. Depuis 1998 l’International Religious Freedom Act (IRFA) oblige le département d’Etat (équivalent de notre Ministère des Affaires étrangères) à s’investir sur la question. Non seulement en produisant un rapport annuel, mais en établissant une liste de sanctions éventuelles certes peu utilisées pour l’instant. C’est la condamnation publique des Etats étrangers qui est à l’ordre du jour. La France étant pointée pour la loi de 2001 sur les dérives sectaires et la loi de 2004 sur le port de signes religieux à l’école. Ces actions du Département d’Etat sont soutenues par une Commission on international Religious Freedom (USCIRF) bipartisane et semi-indépendante.

Cette prétention à régenter les autres pays fait effectivement problème. Des sources documentaires sont données. En particulier l’indispensable ouvrage de Denis Lacorne « De la religion en Amérique. Essai d'histoire politique » paru chez Gallimard. On peut y ajouter les livres de Sébastien Fath « Dieu bénisse l’Amérique, la religion de la Maison Blanche » (Seuil) et « Militants de la Bible aux États-Unis, Évangéliques et fondamentalistes du Sud » (Autrement). Le rôle de l’ambassade des Etats-Unis en France sur ce sujet est abordé. On reste ici un peu sur notre faim. Il y a eu d’autres révélations de Wikileaks que celle mentionnée. L’action de l’ambassadeur Robert A. Seiple est évoquée. Mais pas celle de l’ambassadeur Charles Rivkin, assisté par le diplomate Marc Taplin, qui fut au moins aussi efficace dans sa stratégie de séduction des jeunes issus de l’immigration. Une application du « soft power » étudié de manière générale par Frédéric Martel, mais que nous connaissons peu dans sa déclinaison « défense la liberté religieuse » et promotion d’un certain multiculturalisme. Mais la question de fond sur les deux modèles est bien posée.

Caroline Fourest consacre ensuite un chapitre aux « lignes de fractures » internes au mouvement laïque. Le ton change. Nous passons de l’analyse à la dénonciation tout azimut de ceux avec lesquels l’auteure est en désaccord. Nous les laisserons répondre.  La Ligue de l’enseignement a ainsi droit pour sa part à deux mentions de sa « fameuse dérive » résultant d’un noyautage par Tariq Ramadan et ses proches et de l’influence délétère de Jean Baubérot. Si Caroline Fourest avait simplement fait son métier de journaliste, elle aurait contacté la Ligue pour s’informer des faits  et  enregistrer ses arguments, fût-ce pour les contester. Ce travail élémentaire n’a pas été fait. Les lecteurs de « Génie de la laïcité » ne sauront rien de la Commission Islam et Laïcité qui de 1997 à 2001 a réuni une centaine de personnes, dont Tariq Ramadan au même titre que les autres, pour un effort de réflexion critique sur son sujet. Ils ne sauront rien sur l’important travail de publications, de rencontres, de colloques incluant des chercheurs en sciences humaines, mené par la Ligue depuis trente ans. Ils ne sauront rien non plus des guides sur les séjours de vacances, la restauration collective… élaborés  collectivement sur plusieurs années à partir du vécu concret quotidien de militantes et militants. Celles-ci et ceux-ci, bénévoles et salariés, apprécieront à sa juste valeur l’allusion aux subventions publiques dans ce cadre polémique.

Sans contact avec la Ligue, sans collecte de faits, sans discussion ni réfutation… peut-être avec une promenade sur internet, cette dénonciation réitérative, péremptoire et non argumentée tombe à plat. Elle reste au niveau d’une rumeur. Or les travaux et les orientations de la Ligue de l’enseignement peuvent et même doivent faire l’objet de discussions et de débats. Une Commission nationale de travail s’y emploie, ouverte à tous les courants de pensée laïques. Elle compte une soixantaine de membres. Les travaux de Caroline Fourest y sont régulièrement présentés et discutés. Est-ce trop demander que de vouloir un débat dans les règles de l’art plutôt que d’être exécutés d’un trait de plume non informé ? N’est-ce pas aussi cela « expliquer la laïcité » ? La paresse argumentative ne peut tenir lieu d’explication. Elle ne sert, finalement, que les seuls adversaires de la fonction émancipatrice de la laïcité.

Dans le dernier chapitre de « Génie de la laïcité » intitulé « Pour une véritable politique laïque » Caroline Fourest mentionne quelques débats. Elle prend notamment position sur le port de signes religieux à l’Université, les cantines publiques, les dates d’examen, les sorties scolaires, les entreprises, les hôpitaux et les prisons… Positions globalement fondées sur la laïcité conçue comme assurant la liberté de conscience de tous. Et globalement semblables, sur ces sujets, à celles de la Ligue. Notre divergence, réelle, porte plutôt sur la stratégie à adopter pour faire aimer la République et ses lois. Faut-il participer au cœur politico-médiatique ou faut-il s’investir chaque jour, partout, avec tous les publics, pour convaincre ? Cette deuxième tâche, certes ingrate, certes difficile, est celle que nous avons choisie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac