Une minute quarante-neuf secondes, un livre témoignage de Riss

Rémy-Charles Sirvent, secrétaire national "Laïcité, école et société" du SE-Unsa et secrétaire général du CNAL, a lu le livre de Riss. Voici sa recension...

Sur "Une minute quarante-neuf secondes" livre de Riss publié aux Editions Actes Sud. 

« La liberté, ça n’existe pas. La liberté est une pure invention de l’esprit humain qui ne prend forme que si on décide de l’exercer et de la revendiquer en la brandissant à la face du monde ». Dans Une minute quarante-neuf secondes, Riss suit une ligne de crête entre la vie large d’avant,  l’impératif de vivre et le mal de continuer d’exister, impartageable avec le monde des autres. Alors, il faut reprendre possession du temps, face a cette poignée de secondes qui a englouti Cabu, l’éponge à détails de vie, l’incisive Elsa Cayat, le paradoxal Wolinski, Tignous la pagaille, Mustapha le docte, Bernard le caméléon, le placide Honoré, Franck le bouclier et tous ceux dont la vie a été volée par la folie du fanatisme religieux des 7, 8 et 9 janvier 2015. Reprendre possession du temps pour garantir les conditions de la pérennité de Charlie ; protéger le titre des carriéristes opportuns et des lorgneurs de magot. Reprendre possession du temps de vivre, avec et malgré la calcination consécutive au foudroiement.

Reprendre le dessus face aux Je ne suis pas Charlie de tout horizon, des musulmans  réactionnaires pour lesquels les lois religieuses s’imposent à celles des hommes, aux « trotsko-staliniens » pour lesquels la critique de l’islam revient à critiquer les immigrés des classes laborieuses, dont ils pensent qu’ils pratiquent cette religion. Coup double pour ces derniers : ébranler la social-démocratie en soutenant toutes les idéologies qui la combattent. Les lâches, qui défendent la liberté d’expression à condition qu’on ne s’en serve pas. Les tenants de la laïcité « apaisée » qui ne demandent jamais l’apaisement des dogmes religieux. Enfin, les zélateurs de l’islamophobie, terme disqualifiant et planant comme une menace envers ceux qui oseraient critiquer la religion musulmane.

Riss conjugue le sourire des amis perdus au punch des convictions dans un livre bouleversant, une feuille de route pour ceux qui veulent faire vivre les libertés de conscience et d’expression.

Rémy-Charles Sirvent
Secrétaire national "Laïcité, école et société" du SE-Unsa
Secrétaire général du Comité National d'Action Laïque

riss

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.