Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 17 avr. 2014

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Laïcité chérie

"Laïcité chérie" Un texte de Cynthia Fleury. Il a été d'abord publié dans la chronique philosophique qu'elle tient dans l'Humanité sous le titre "La laïcité n’a pas encore dit son dernier mot".

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Laïcité chérie" Un texte de Cynthia Fleury. Il a été d'abord publié dans la chronique philosophique qu'elle tient dans l'Humanité sous le titre "La laïcité n’a pas encore dit son dernier mot".


La laïcité à la française est loin d’être majoritaire en Europe, entend-on souvent dire, à juste titre… Il existe pourtant un autre territoire, francophone d’ailleurs, qui revendique une laïcité plus normative que permissive : le Québec. Récemment encore, sortant de la crise des « accommodements raisonnables », et en pleine campagne législative, le Québec est au cœur d’une controverse sur la laïcité, via la possible adoption d’une charte des valeurs dans laquelle il s’agit de modifier la Charte québécoise des droits et libertés de la personne pour inscrire la neutralité religieuse de l'État, ainsi que le caractère laïque des institutions publiques, et de s’assurer que les demandes d’accommodement respectent l’égalité entre les hommes et les femmes. Le texte évoque aussi un devoir de réserve et de neutralité pour le personnel de l'État, la prestation des services de l’Etat à visage découvert, le port des signes ostentatoires de religion interdit pour les employés d’Etat dans les écoles publiques ou subventionnées, les organismes publics, les universités, les municipalités, les établissements de santé. Concernant le crucifix de l’Assemblée Nationale, le projet de loi donne aux députés le pouvoir d'approuver ou non la présence d'un symbole religieux dans leurs locaux.

Le numéro 25 de la revue Diasporiques. Cultures en mouvement consacré à la notion de laïcité (mars 2014) revient, en amont de l’anniversaire des 150 ans de la Ligue de l’Enseignement (2016), sur les enjeux d’un tel débat, en France et en Europe, où les situations sont multiples. Pour ne citer que quelques exemples : en Irlande, Dieu est mentionné dans la Constitution ; en Italie, et dans onze pays européens, la séparation des religions et de l’Etat n’empêche pas d’avoir un concordat avec le Vatican ; le Danemark et Malte ont une religion d’Etat, le Royaume-Uni a une religion instituée. En Europe, l’article 17 du traité de Lisbonne prévoit d’ailleurs que les instances dirigeantes de l’Union assurent un dialogue régulier avec les organisations religieuses et non confessionnelles.

Faut-il alors préférer un autre terme que celui de laïcité et promouvoir le concept d’interconvictionnalité, s’interroge la revue, pour associer libertés de croire et de ne pas croire ? Faut-il parler de « laïcité plurielle » pour mieux souligner « la volonté d’agir contre toutes les prétentions cléricales, dogmatiques ou uniformisantes » ? On se rappelle les débats, houleux, liés à cette laïcité plurielle qui semblait trop aménagée et éloignée des fondamentaux de la loi de 1905. Pourtant, la loi de 1905 ne mentionne pas la notion de laïcité. Il faut attendre le préambule de 1946 pour que le mot apparaisse, repris à l’identique dans l’article premier de la Constitution de 1958. D’ailleurs, en 2010, le texte « Faire société » de la Ligue refaisait plus explicitement lien avec la République « indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Texte qui fait lui-même immanquablement écho à l’appel lancé par Jean Macé, en 1866, lors de la création de la Ligue, et à la pétition de 1871 « pour une instruction publique, gratuite, obligatoire et laïque ».

En France, la solution des « accommodements raisonnables » n’a semble-t-il pas pris. On peut saluer les initiatives de chartes d’entreprises qui ont à cœur de défendre la laïcité dans l’univers privé. Avec ses 3750 salariés (« de 52 appartenances ethniques » différentes), Paprec vient d’innover, en adoptant une charte qui bannit tout signe de particularisme religieux au sein de l’entreprise. Preuve que la laïcité n’a pas dit encore son dernier mot.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro