Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 264 abonnés

Billet de blog 20 sept. 2022

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Les Kalash, une minorité au cœur du monde musulman

Les Kalash ? Une population de 4000 personnes, isolées dans les vallées himalayennes du Nord Pakistan. Yves le Sidaner, président de la Ligue de l’enseignement de Bretagne, a vécu 18 mois dans ces hautes vallées et rédigé une thèse. Depuis, il suit l’évolution du peuple Kalash.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Yves Le Sidaner

Yves le Sidaner est militant de l’éducation populaire, notamment au sein de l’Amicale laïque de Saint Brieuc, qu’il a présidé durant dix ans. Il est aujourd’hui président de la Ligue de l’enseignement des Côtes d'Armor et président de la Ligue de Bretagne. Il a vécu 18 mois dans les hautes vallées du Pakistan, de 1973 à 1975, dans le pays Kalash, et a rédigé, à la suite de ce séjour, une thèse de Doctorat, soutenue à l’Université de Tours sous la direction de Jean Duvignaud : « Les relations sociales chez les Kafirs Kalash du Nord Pakistan ». Elle porte sur une approche ethnographique de la réalité Kalash, sur ses racines, mais aussi sur les forces qui entraînent changements et évolutions dans une société traditionnelle. Depuis près de 50 ans, il suit l’évolution de la société Kalash. Il vient de rédiger une étude dressant un bilan du combat des Kalash pour préserver leur culture en l’adaptant au monde moderne :

LES KALASH, UNE MINORITE AU SEIN DU MONDE MUSULMAN. (pdf, 784.7 kB)
DR Photo Yves Le Sidaner

Les Kalash ? Une population de 4000 personnes, isolées dans les vallées himalayennes du Nord Pakistan, district de Chitral, le long de la frontière afghane. Les « kafirs» Kalash, disent les musulmans, car sont kafirs ceux qui ne pratiquent pas les préceptes de l’Islam. Au Pakistan, pays de 220 millions d’habitants, république islamique, fondée en 1947 pour accueillir les musulmans vivants dans l’empire britannique des Indes, quel peut être le destin d’une si petite population, qui se distingue par ses particularités culturelles, linguistique et religieuse ?

Dans son étude Yves Le Sidaner  retrace l’histoire des Kalash, dans leurs trois vallées, les situe dans l’Etat pakistanais « le pays des purs », détaille leurs activités d’éleveurs cultivateurs, la place des femmes dans leur société, décrit les premiers changements dans cette société et les années noires qui les ont suivi pour terminer sur le sursaut culturel actuel. Il signale une victoire. Sous la pression de Kalash éduqués, en collaboration avec des juristes, un rapport est rédigé en 2012 par la commission nationale des droits humains, qui reconnaît la culture Kalash et recommande des  mesures de protection, ce qui s'ajoute aux décisions prises par le tribunal de Peshawar. A la suite de ces initiatives, le gouvernement rédige un dossier de candidature à l'UNESCO pour faire reconnaître la culture Kalash au rang de patrimoine mondial de l'Humanité.

Yves Le Sidaner  s’interroge sur les trois destins possibles du peuple Kalash : la disparition totale de la culture Kalash, absorbée par les mondes environnants, une sorte  d’intégration progressive ou non à l’ensemble Pakistanais et Musulman ; une « folklorisation» qui consisterait à ne garder que la surface des choses, les danses, les  costumes, mais sans les fondements culturels de cette société et enfin un dynamisme sociétal basé sur un attachement aux racines de la tradition, qui reste  fidèle aux principes, tout en arrivant à intégrer les évolutions imposées par le monde contemporain.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre