Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 21 juin 2010

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Il y a 50 ans, 10.813.697 signataires refusent la loi Debré

Du 13 février au 29 mai 1960, le Comité national d'action laïque (Cnal) lançait, à travers toute la France, du plus petit village aux quartiers des grandes villes, une pétition contre le financement public des écoles privées.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du 13 février au 29 mai 1960, le Comité national d'action laïque (Cnal) lançait, à travers toute la France, du plus petit village aux quartiers des grandes villes, une pétition contre le financement public des écoles privées.


Un article de Pierre Tournemire, vice-président de la Ligue de l'enseignement
Dès l'adoption, le 31 décembre 1959, de la loi Debré accordant aux écoles privées des fonds publics, le Comité national d'action laïque (Cnal) prend l'initiative d'une pétition nationale. Dans un contexte très difficile marqué par la division des organisations progressistes après les événements de 1958, l'effondrement de la IVe République et le retour au pouvoir du Général de Gaulle, le Cnal réussit un très large rassemblement de tous les partis de gauche, des confédérations syndicales ouvrières, des mouvements philosophiques et des associations laïques autour de son texte (lire encadré ci-contre). Retardée en raison des émeutes d'Alger et de « l'affaire des barricades » où, fin janvier 1960, les partisans de l'Algérie française font peser de graves menaces sur le régime républicain en métropole, le lancement de la pétition a finalement lieu le 13 février 1960. Elle va se dérouler jusqu'au 29 mai. Face à l'hostilité de la hiérarchie catholique qui interdit de signer la pétition et au dénigrement des pouvoirs publics qui contestent par avance les résultats, les modalités de la pétition s'annoncent très contraignantes pour écarter toute possibilité de doubles signatures et ainsi rendre les résultats indiscutables. Comme l'écrit Clément Durand, secrétaire général du Cnal de cette époque, dans son livre Du Ciel sur la Terre : « À la signature collective sur le lieu de travail ou dans la rue, le Cnal fait accepter le principe d'engagements personnels, ce qui impose des signatures individuelles données uniquement sur le plan de la commune de résidence. » En lieu et place des habituelles feuilles volantes, des cahiers de pétition sont remis aux collecteurs avec des pages numérotées où sont indiqués le numéro d'ordre, le nom, le prénom, l'âge, la profession, l'adresse et la signature. Une mobilisation qui a fait date Par la mobilisation qu'elle a entraînée, par l'engagement qu'elle a suscité chez des dizaines et des dizaines de milliers de militants, par l'ampleur des résultats obtenus : près de 11 millions de signatures, soit plus de la moitié des votants aux élections législatives de 1958, la pétition est un événement considérable qui confortera les militants laïques dans la justesse de leur volonté de voir abroger cette loi. La proclamation des résultats sera l'occasion, par sa gravité, son ampleur et sa solennité, d'un grand moment d'émotion pour tous les participants qui en garderont un profond souvenir. Elle a lieu le 19 juin 1960 à Paris au cours d'une double manifestation. Le matin, 25 000 délégués venus de tous les départements apportent au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, les cahiers où sont déposées les signatures. L'une après l'autre, les députations de chaque département gravissent les degrés du podium, remettent sur le bureau de la présidence le procès-verbal départemental de clôture et se dirigent vers le micro pour donner le résultat chiffré de leurs efforts. L'après-midi, c'est une manifestation réunissant 400 000 personnes au bois de Vincennes où le président de la Ligue de l'enseignement, Henri Fauré, lit « le serment laïque » qui restera gravé dans les mémoires sous le nom de « Serment de Vincennes » (lire encadré ci-dessous). Robert Dader, secrétaire général, peut, à juste titre, déclarer dans son rapport moral, quelques jours après, lors du congrès de la Ligue de l'enseignement de Rennes : « Le 19 juin a sonné le réveil de l'opinion, des syndicats ouvriers, des partis politiques de gauche, des élus. Le 19 juin nous a montré que nous sommes des millions à mener la lutte. Le 19 juin marque par son sommet, le début d'une nouvelle conquête de la République. » Pour tous les militants laïques, ce puissant réflexe de défense républicaine devait inexorablement entraîner l'abrogation de la loi dès le retour d'une majorité de parlementaires laïques. Aussi, l'espoir fut grand en 1981 avec l'arrivée au pouvoir de l'Union de la gauche et la déception a été profonde en 1984 quand, devant la mobilisation des partisans de l'enseignement privé, le président de la République, François Mitterrand, décide de retirer le projet de loi d'un « Service public, unifié et laïque ». Rénover le service public Aujourd'hui, le « serment laïque » semble d'autant plus oublié des responsables politiques qu'ils ont le sentiment que la loi Debré est désormais admise par l'opinion qui estime qu'elle offre une possibilité de recours en cas de difficultés scolaires. Il faut dire que l'affrontement idéologique a largement laissé la place au consumérisme scolaire. Pour autant, le dualisme scolaire reste source de ségrégation sociale et d'injustice. Au début du XXe siècle, Ferdinand Buisson disait : « En instituant l'École laïque, la République n'a pas fait œuvre de parti, elle a fait acte de Nation. » Aujourd'hui, dans une société en crise, où le lien social se délite de plus en plus, une rénovation profonde du « service public » est plus que jamais nécessaire. Si nous voulons rester fidèles au « Serment de Vincennes », il ne sert à rien de s'enfermer dans des formules incantatoires. Il convient, au contraire, de réfléchir aux conditions réelles de l'ouverture d'un service public d'éducation pour tous les élèves, à la prise en compte du pluralisme de la société, à l'association de tous les intéressés au fonctionnement de l'institution scolaire, dans le respect de la diversité de leurs opinions et aux conditions d'un enseignement et d'un fonctionnement scolaire s'appuyant sur les singularités de chaque élève, pour développer l'apprentissage de l'intérêt général.
Pierre Tournemire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier