Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 249 abonnés

Billet de blog 23 avr. 2021

Censure & Cinéma en France

Les Editions LettMotif publient la revue « Darkness » consacrée à la censure des films. Son dernier numéro a pour titre « Censure & Cinéma en France ». Il réunit avec impartialité une série d’articles qui font le tour du sujet.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La censure au cinéma n’est plus institutionnelle, assurément. Dorénavant elle est communautariste, offerte à tous via les réseaux sociaux. Les appels au boycott et les pétitions peuvent en un instant influencer des milliers de spectateurs, les investisseurs et les diffuseurs… Peu importe sa forme et ses modes d’action, car les objectifs de la censure sont toujours les mêmes : modifier, réviser, déboulonner, empêcher, effacer ». Ce constat peut étonner, tant la censure des films fut l’apanage des Etats. Il émane d’un des meilleurs experts, Christophe Triollet, auteur de « Le contrôle cinématographique en France » Editions L’Harmattan.  

Depuis plus de trente ans, Christophe Triollet se bat pour la liberté cinématographique. Son fanzine « Darkness » est cultissime chez les cinéphiles. Depuis 2012 un blog aux publications précises et régulières l’accompagne. On en trouve l’écho sur un compte Twitter. En 2018, Jean-François Jeunet accueille « Darkness » en tant que collection  dans sa maison d’édition LettMotif. Elle se présente sous la forme d’une élégante revue thématique de 450 pages.  Sont parus les numéros consacrés à « Gore & violence » ; « Sexe et déviances » ; Politique et religion » ; « Vidéos nasties » ; « Homosexualité ». Le sixième numéro étant « Censure & Cinéma en France ».

La censure cinématographique est placée sous la haute main de l’Etat. Présentant la trentaine de contributions au numéro, Christophe Triollet rappelle son histoire et donne une chronologie des textes et de la jurisprudence. C’est Clémenceau qui ouvre le bal avec l’interdiction de la diffusion de séquences d’exécution de condamnés à mort en 1909 pour éviter la compassion éventuelle. Les actualités resteront longtemps sous surveillance. Un texte sur les révisions de ses propres contenus par Netflix clôt, pour l’instant, cet inventaire, assorti de 50 pages de « brèves censoriales » qui détaillent par le menu tentatives, succès et échecs des censeurs.  

Nymphomaniac Interdit aux moins de 18 ans

C’est la question du visa d’exploitation en salle qui est au cœur du numéro. Elle est minutieusement décryptée du point de vue historique et juridique. Elle a connu bien des péripéties relatées en détail. Aujourd’hui, c’est une commission spécifique composite (administration, professionnels, experts…)  qui recommande la classification d’un film pour tous publics (90 % des films) ou assorti d'une interdiction aux mineurs de 12 ans, de 16 ans ou de 18 ans. Cette commission peut proposer un « classement X » (terme non juridique) pour les films à caractère pornographique ou d'incitation à la violence. Et même interdire totalement un film. Ce qui n’est pas arrivé depuis 1980.  C’est le ministre de la culture qui tranche en dernière instance. Et le visa est délivré par le Centre national du cinéma et de l’image animée. Cette classification restreignant le public potentiel a bien sûr des effets économiques importants.

« Darkness » se veut impartiale. Quatre anciens présidents, et la présidente actuelle de la commission de classification, Françoise Tomé, donnent leurs points de vue. De même que le président de l’association « Promouvoir » qui a remporté des succès avec des recours contre les films « Baise-moi », « Ken Park », « Quand l’embryon part braconner », « Saw3D », et même de ceux d’un auteur comme Lars von Trier, « Nymphomaniac » et  « Antichrist »… La plupart des contributions plaident pour la liberté d’expression. Le contrôle cinématographique semble anachronique alors que tous les autres médias sont libres.

Le Fonds du 11 janvier a été créé après l'assassinat des caricaturistes de Charlie Hebdo

Jean-François Théry, auteur de « Pour en finir une bonne fois pour toute avec la censures », fut membre de la commission durant 20 ans dont 13 ans président. Il analyse finement cette longue histoire. Notamment la mutation technologique qui a deux caractéristiques. D'une part les images fixes ou mobiles sont désormais disponibles partout et pas seulement en salle. D'autre part les professionnels n’ont plus le monopole de leur production. Le système de classification est devenu inefficace. Jean-François Théry conclut: « Il faut renoncer à la méthode du permis/défendu et mettre en œuvre les ressources du droit souple et des bonnes pratiques ». Nous dirons : éduquer à l’image comme le fait la Ligue de l’enseignement.

Une toute autre voie est suivie aux USA. Le 8 septembre 2020 l’Académie des Oscars a modifié les règles de sélection permettant de concourir dans la catégorie du meilleur film. Introduisant en particulier des quotas ethniques pour les choix des professionnels, acteurs, directeurs artistiques, équipes de marketing, de publicité et/ou de distribution et régentant l’histoire, le thème ou le récit principal du film. Cette stratégie d'une institution vitrine du marché du cinéma américain laisse dubitatives celles et ceux qui sont engagés de longue date dans la lutte contre les discriminations et les racismes. D'autant plus que les mises en scène pittoresques organisées en France lors des Césars laissent supposer un certain suivisme. Ce n’est plus seulement une censure, contre la liberté d’expression. C’est la liberté de création qui est remise en cause. Nous sommes à l’heure du choix…

Une autre édition de la Ligue de l'enseignement sur Médiapart:

Les Cercles Condorcet accompagnent la vie intellectuelle et militante des fédérations départementales de la Ligue de l'enseignement, grand mouvement d'éducation populaire laïque. Une cinquante de Cercles rassemblent environ 2.000 personnes. 
Ils animent une édition sur Médiapart Ne manquez pas de la consulter !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.