Des arbres de la laïcité coupés dans l'Essonne

La Ligue de l'enseignement et bien d'autres organisations, dont des obédiences maçonniques, incitent à la plantation publique d'arbres de la laïcité. Certains font l'objet d'actions malveillantes. Jérôme Lemonnier, journaliste à Essonne Info, relate les faits.

La Ligue de l'enseignement et bien d'autres organisations, dont des obédiences maçonniques, incitent à la plantation publique d'arbres de la laïcité. Certains font l'objet d'actions malveillantes. Jérôme Lemonnier, journaliste à Essonne Info, relate les faits.

Jérôme Lemonnier nous a aimablement autorisé à reproduire son article "La franc-maçonnerie visée par la dégradation d’arbres de la laïcité" paru dans Essonne Info du 23 janvier 2014.

Dans la nuit de dimanche 19 au lundi 20 janvier, les communes de Boussy-Saint-Antoine et d’Epinay-sous-Sénart ont vu leurs arbres de la laïcité être sciés par un mouvement qui se bat contre la franc-maçonnerie et une partie de la classe politique française. Des faits que condamnent certains élus locaux.



0176.jpg

Boussy-Saint-Antoine et d’Epinay-sous-Sénart se sont réveillées toutes deux amputées d’un arbre ce lundi 20 janvier. Mais pas n’importe lesquels, puisqu’il s’agit des arbres de la laïcité.
Ces arbres sont plantés dans de nombreuses communes de France pour commémorer la loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État en France. Depuis 2011, le Sénat a choisi de célébrer la création de cette loi en instituant la Journée de la Laïcité chaque 9 décembre. Depuis cette date, des arbres sont introduits dans les espaces publics français chaque année pour commémorer cet aspect fondateur de notre société. C’est dans cette optique que les communes de Boussy-Saint-Antoine et d’Epinay-sous-Sénart ont donc procédé à la plantation de ces arbres symboliques, respectivement en 2011 et 2012.
Seulement, ces arbres ont été retrouvés sciés le week-end dernier. Un acte revendiqué le 21 janvier par des personnes agissant pour le compte du mouvement « Combattre la Franc-Maçonnerie ». Expliquant les raisons de cet acte, le groupe évoque sa vision négative d’une partie de la classe politique, des loges maçonniques et des médias.
• A lire sur le même sujet dans Essonne info: La Laïcité mise à l’honneur à Saintry-sur-Seine

La laïcité en question
C’est donc après une action nationale de grande ampleur que ce mouvement s’est fait connaître. Les arbres essonniens ne sont pas les seuls à avoir été écimés ces derniers temps. Angers, Bordeaux, la région normande ou encore le Jura ont été touchés par les agissements des individus révoltés de ce groupe qui expliquent rejeter les « classes politiques et médiatiques » françaises. Premier élément de réponse concernant ces actes, le mouvement Combattre la Franc-Maçonnerie s’interroge sur les intentions des élus qui participent à la plantation de tels arbres. Quand « un maire plante un arbre de la laïcité, nous doutons de ses intentions, […] nos élites brandissent à tout va la laïcité sans raison compréhensible, elles ne font que stimuler les crispations des communautés religieuses et affaiblir le droit commun », garantit le mouvement dans un communiqué.
De son côté, Romain Colas (PS), conseiller général de l’Essonne et maire de Boussy-Saint-Antoine, s’oppose totalement à ce courant de pensée. « Parler de la laïcité, c’est avant tout exprimer la neutralité pour exercer ou non un culte, et non pas de les mener les uns contre les autres. Ce qui est avancé par ces délinquants est totalement faux ».

Un combat contre les « élus francs-maçons »

Outre ce combat sur la place que tient la laïcité dans le discours des élus, le mouvement « Combattre la Franc-Maçonnerie » déplore la place des loges maçonniques dans la société et le fait que le Grand Orient de France organise conjointement des plantations avec des mairies essonniennes depuis maintenant trois ans. « Quand on s’aperçoit que ces plantations d’arbres de la laïcité sont presque toutes organisées par le Grand Orient de France, une des principales obédiences maçonniques françaises […] nous voyons la mainmise de clans maçonniques au sein [des dirigeants politiques], réfugiés derrière l’opacité qui protège leurs ambitions personnelles et derrière l’utilisation trompeuse d’une laïcité dévoyée ». Ainsi, ce mouvement met dans le même sac les francs-maçons et les élus qui plantent ces fameux arbres de la laïcité. Une thèse que rejette une fois de plus Romain Colas. « La laïcité est une valeur fondatrice de la République. La cérémonie que nous avons menée dans notre commune était parfaitement publique. Je rejette totalement la théorie parano-complotiste de ce groupuscule de délinquants ».
Selon le mouvement, ces « élus francs-maçons » devraient quitter la politique. L’édile buxacien regrette ainsi la tournure des événements. « Si ces gens en appellent à la condamnation des élus, ils doivent le faire par le biais des élections, mais pas d’une manière lâche comme ils l’ont fait dernièrement ».
La commune de Boussy-Saint-Antoine a finalement porté plainte pour dégradation de biens publics. Le maire assure qu’il replantera un arbre de la laïcité « avec ou sans les acteurs » qui avaient participé à la première plantation en 2011, afin que « la République et ses valeurs puissent l’emporter
http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/54035/la-franc-maconnerie-visee-par-la-degradation-darbre-de-la-laicite/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.