« L’Obsession identitaire », par Philippe Forget.

Philippe Forget, docteur en philosophie morale et politique, vient de consacrer un ouvrage bref mais incisif à l’obsession identitaire…

Philippe Forget est docteur en philosophie morale et politique, ancien chercheur en science politique à l’Institut universitaire européen de Florence. Il a publié de nombreuses études d’anthropologie philosophique ou stratégique. En collaboration avec Gilles Polycarpe, il a publié « L’Homme machinal » (Paris, Syros, 1990) et « Le Réseau et l’infini » (Economica, 1997). Fondateur et directeur de la revue « L’Art du comprendre », il est l’auteur de plusieurs entrées dans le « Dictionnaire de stratégie » (PUF, « Quadrige », 2006). Théoricien de la laïcité, il a publié en 2013 « Du citoyen et des religions. Liberté, souveraineté et laïcité (Editions Berg International). Son nouvel ouvrage « L’obsession identitaire », paraît également chez Berg international.

L’obsession identitaire : le thème est au cœur des démêlés politico-médiatiques actuels. Mais il est en général fort mal traité. Devant l’utilisation tout azimut du terme « identité », Philippe Forget se veut rigoureux. Il rappelle d’abord que l’identité est fondée par la reconnaissance de soi et d’autrui. Nul être humain, nul groupe humain, ne peut échapper à ce double regard. Par cela même les tenants de « l’identité immatriculaire et sécuritaire » sont dans la fiction. Il faut saisir l’identité humaine « dans son procès de formation et d’identification ».  Nul ne s’en étonnera, il rejoint l’incontournable Paul Ricoeur qui, dans « Soi-même comme un autre » parle d’ « identité narrative ».

L’identité est une réalité « Qu’il soit individuel ou collectif, le sujet arbore une identité à la fois par ses traits distinctifs et par son dire singulier ». Philippe Forget affirme « L’identité narrative procède d’un rapport langagier de soi à soi, d’une narration compréhensive de soi et des autres, liée à celle de soi par les autres ». En quelques lignes tout est dit. Il souligne que « l’essentialisme identitaire n’est rien d’autre qu’un fétichisme du passé, révélateur pour sa part, d’une impuissance à affronter le devenir et à ouvrir un monde ».

Si l’identité, ou plutôt les identités sont bien sûr des réalités, il est aberrant d’en faire des fétiches. Laisser de côté les conceptions essentialistes n’est pas se renier. C’est s’inscrire dans le monde réel. C’est avoir une véritable conscience de sa propre personnalité dans une situation où les personnalités sont multiples. Pour Philippe Forget « L’identité narrative forme le plus solide socle identitaire du sujet ». Il ajoute « Les traits physiques apparaissent eux-mêmes comme toujours travaillés par leur interprétation symbolique ».

L’auteur met en avant l’originalité plutôt que l’originel. C’est par la créativité qu’on se construit. Pour Philippe Forget « Au fil des générations, un peuple cultive ses formes plastiques et culturelles : autant de peuples, autant de configurations du monde ». Cette identité populaire suppose effectivement la tradition d’une culture. Mais « cette tradition consiste moins dans la réception passive de formes héritées, dont le sens peut être épuisé, que dans le trajet créateur qui soit les vivifie soit les dépasse ». « Ainsi la culture répond à la productivité de la vie dont la flèche anticipatrice désigne l’innovation, non la tradition ».

L’auteur écrit clairement « L’idéologie identitaire est apparue corrélativement à la perception dramatique d’un envahissement migratoire ainsi que d’une islamisation progressive de la société ». Il souligne « L’absolutisation  de l’identité menace de mort la liberté ». On appréciera également tout au long ce livre la réaffirmation du refus de toute tutelle cléricale directe ou sournoise. Ce travail de réflexion philosophique pourra peut-être paraître abstrait. Mais ce sujet est pourtant aujourd’hui au cœur des débats politiques. Bien le penser, l’exprimer avec rigueur, est indispensable. Cet ouvrage concis et profond peut nous y aider considérablement.

 

 L'Obsession identitaire. Philippe Forget Editions Berg International 6 €

Entretien avec l'auteur sur France culture reproduit sur le site de la Libre Pensée

forget-obsession

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.