UNEF: pour un débat libre et exigeant

Communiqué de la Ligue de l'enseignement

La dissolution de l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) est demandée par des parlementaires soutenus par plusieurs éditorialistes. Le motif ? L’organisation de réunions non mixtes ou entre personnes « racisées » (non « blanches »).  Il convient ici de rappeler que, pour les organisateurs, lesdites réunions ne sont destinées qu’à permettre aux personnes touchées par le racisme ou la discrimination de s’exprimer sur leur vécu.

La Ligue de l’enseignement a un désaccord profond avec l’UNEF sur ces pratiques. L’ensemble de notre mouvement d’éducation populaire laïque est investi depuis plus d’un siècle et demi sur l’inclusion, le partage, l’action commune pour résoudre les problèmes de discriminations et de racismes. C’est une grave erreur politique, philosophique, voire tout simplement humaine, que de séparer les personnes selon la couleur de leur peau.

Mais « Brûler n’est pas répondre » disait Camille Desmoulins à Maximilien Robespierre. L’UNEF est un grand syndicat étudiant dont l’action pour la défense de l’Université gêne ceux qui ne font pas grand-chose pour répondre à la détresse des étudiants aujourd’hui et pour contrecarrer le séparatisme social à l’œuvre dans notre système éducatif. La demande de dissolution de l’UNEF est une diversion grossière que la Ligue de l’enseignement condamne fermement.

Face aux confusions actuelles, l’instauration d’un débat public et rationnel est la vraie urgence. Un mouvement laïque comme la Ligue de l’enseignement, investi dans l’éducation populaire, prend toute sa responsabilité dans ce débat libre et exigeant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.