Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 263 abonnés

Billet de blog 30 sept. 2019

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Peut-on parler des religions à l’école ? Un livre d’Isabelle Saint-Martin.

Est-il nécessaire d’aborder le fait religieux au sein de l’école laïque et Républicaine ? La question est souvent posée. Isabelle Saint-Martin, impliquée dès 2002, directrice de l’Institut européen en Sciences des Religions de 2011 à 2018, y répond dans un ouvrage clair et détaillé.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question est ancienne. Voire très ancienne. Jean Jaurès comme Ferdinand Buisson étaient en accord avec la toute jeune Ligue de l’enseignement : la laïcité implique la connaissance objective de l’histoire des religions. Isabelle saint Martin nous le rappelle et retrace l’évolution qui conduira de la suggestion d’un simple enseignement à l’approche laïque des faits religieux actuelle. Un débat de qualité s’est déroulé dans les années 1990. Dès 1982 la Ligue propose d’introduire une « étude des textes et des mythes fondateurs des grandes religions, leur histoire, leurs contributions négatives ou positives au développement des civilisations ». Guy Gauthier, responsable du secteur culture, coordonne un des premiers numéros d’une revue qui a secoué le cocotier intellectuel en son temps : « Panoramiques ». Intitulé « Les religions au lycée : le loup dans la bergerie ? », paru en 1991, ce numéro réunissait tous les contributeurs à un débat qui était encore confus. La Ligue joue un rôle dans un colloque de même nature « Enseigner l’histoire des religions dans un démarche laïque » qui s’est également déroulé en 1991, à Besançon.

Isabelle Saint Martin, dans "Peut-on parler des religions à l'école ?",  évoque les principaux arguments et épisodes, dont le rapport précurseur du recteur Philippe Joutard. C’est finalement le rapport rendu en 2002 par Régis Debray qui permettra de passer aux actes. L’ombre des attentats-suicides du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis l’avait rendu évidement nécessaire. Régis Debray répond avec précision et clarté à toutes les questions et propositions. Pas de cours spécifique. Pas d’intervention cléricale. Mais une intégration des faits religieux comme des faits culturels, sociaux, politiques, économiques… Ceci intégrant non seulement la critique des religions par les divers hérétiques, païens et libres penseurs, mais aussi la présentation des formes intellectuelles et artistique d’un humanisme dépourvu de référence au surnaturel. Avec de grands épisodes tels que l’Antiquité gréco-romaine, la Renaissance, les Lumières…  Bref, décrire la réalité d’un monde dont les convictions religieuses ou non sont des composantes. La distinction opérée entre « laïcité d’incompétence » et « laïcité d’intelligence » étant fort pertinente. Dans la foulée l’Institut Européen en Sciences des Religions (IESR) est créé. Isabelle Saint Martin, historienne de l’art, y sera chargée de mission avant d’en devenir la directrice.

Elle effectue dans son livre un état des lieux. Aussi bien sur les méthodes que sur les contenus. La méthode est bien sûr celle des sciences humaines en général. Car la géopolitique est aussi importante que l’histoire. Pour mémoire ce sont les républicains qui ont en 1886 lancé une V° section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes dédiée aux sciences religieuses. L’IESR reste d’ailleurs liée à l’EPHE qu’elle accompagne dans son installation actuelle au Campus Condorcet. Les contenus sont détaillés sur une dizaine de pages commentées. Les questions sur la mise en œuvre sont situées, notamment à propos de la place respective du judaïsme et de l’islam. Une des principales consignes étant d’éviter toute assignation identitaire aux élèves.

Une moitié du livre est consacrée au bon usage des œuvres d’art. C’est un apport spécifique qui distingue l’ouvrage de publications antérieures. Isabelle Saint Martin nous apprend que le célèbre essayiste Erwin Panofsky présentait l’histoire de l’art comme une « discipline humaniste ». L’art peut ainsi être un chemin séduisant pour conduire à la connaissance des faits religieux en tant que faits humains. Tout en étant conscient que les œuvres d’art à motif religieux ne sont pas seulement des œuvres d’art appréciées par les esthètes mais aussi, d’abord, des œuvres religieuses. C’est le « double temps de l’art » évoqué par André Malraux. Il faut savoir en tenir compte. Isabelle Saint Martin va plus loin. Un chapitre final traite de la question de l’image en tant que telle. Intitulé « Voir au-delà des illustrations », il approfondit une question qui fut et qui reste cruciale pour les religions monothéistes. Elle fut débattue, y compris violemment, au sein du christianisme. Elle existe toujours dans le judaïsme même si la présence d’artistes juifs dans l’expressionisme abstrait ne s’y réduit pas. Dans l’islam il existe au-delà d’une frange radicale va jusqu’au crime contre les caricaturistes de Charlie, des conceptions plus diverses qu’on ne le croit.

Isabelle Saint Martin conclu son ouvrage avec pertinence « L’enseignement des faits religieux n’est pas d’abord une réponse à la diversité des élèves dans les classes mais à la diversité du monde. S’il peut contribuer à résoudre le premier défi, s’il ouvre à la tolérance, ou plutôt au respect mutuel, c’est en pariant sur l’intelligence et sur la culture ». On ne saurait mieux dire…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda