Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 249 abonnés

Billet de blog 30 oct. 2021

Samain, Toussaint, Halloween: les métamorphoses de la fête des morts

L'intérêt des militants laïques pour les fêtes et les cérémonies civiles est peu connu. Les avatars de la traditionnelle fête des morts nous replongent dans cette histoire.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marcel Sembat, intellectuel socialiste très investi sur les cérémonies civiles.

La dimension culturelle du mouvement laïque est souvent oubliée, même chez ceux qui s’en réclament. Les héritiers des grandes fêtes de la Révolution Française furent nombreux à s’intéresser aux fêtes civiles de façon approfondie. Au début du siècle, une excellente revue en avait fait un objet d’études et de militantisme : les "Annales des Fêtes et Cérémonies Civiles". Marcel Sembat, Gabriel Séailles, Paul Grunebaum-Ballin (collaborateur d’Aristide Briand), Jules Renard…y collaborèrent ; la Libre Pensée comme la Ligue de l’enseignement y étaient représentées… ; Zola, Hugo, Rousseau y furent publiés… ; l’anthropologie, les arts, les lois, l’histoire y firent l’objet d’articles…

Le premier novembre nous fournit l’occasion de se pencher à nouveau sur ces thèmes. La mouvance laïque multipliait les initiatives. Un des exemple les plus marquant fut celui de l’Union démocratique de propagande anticléricale, dont le président d’honneur était Victor Hugo, qui a organisé le 1° novembre 1881 au Trocadéro à Paris un « hommage aux morts illustres de la libre pensée». En 1912, les "Annales" proposaient un article démontrant que le « culte des morts est indépendant de la tradition chrétienne…Le meilleur et le plus noble des traditions anciennes demeure parfaitement vivant ». Aujourd’hui Halloween concurrence la Toussaint qui avait elle-même supplanté la fête celtique de Samain. Cette histoire de la Fête des morts est de mieux en mieux connue. Pour mémoire, en voici les principaux épisodes.

Samain

Calendrier dit de Coligny Incluant le mois gaulois Samios.

Le calendrier celte était rythmé par quatre grandes fêtes : Imbolc avait lieu début février, Beltaine début mai, Lugnasad début août et Samain début novembre (pour se repérer par rapport au calendrier actuel). Samain était la fête principale. Elle marquait le début de l’année. Selon Guy Deleury, Samain « était une fête de nouvel an, de renouvellement du cosmos, la fête pendant laquelle chaque nation celte réaffirmait sa cohésion et son identité ». Samain rassemblait les femmes et les hommes libres autour de grands brasiers au sommet de tertres. Tournois, courses de chevaux, banquets et sacrifices se succédaient. Samain était une fête joyeuse, grandiose et fantastique : les ancêtres morts étaient censés se mêler aux vivants pour participer à cette nuit de festivité (fest noz en breton). Pour retrouver l’ambiance, on se rendra aux actuels Festivals de Lorient et de Quimper. Et on ne manquera pas de noter le banquet nocturne qui clos chaque aventure d’Astérix et Obélix.

Toussaint

Toussaint: receuillement et mémoire

Lors de la christianisation de l’Europe, les fêtes païennes sont à la fois réprimées et récupérées. La Toussaint est instituée au VII° siècle. Le premier novembre devient la date de la fête de tous les saints (au nombre de 40.000). Philippe Walter explique d’où viennent les premiers d’entre eux « L’Eglise a détourné d’anciennes croyances à son profit. Elle a pour cela inventé des figures de saints ou de saintes qui possédaient des attributs mythiques comparables à ceux de leurs modèles païens et les christianisait ». A l'origine, on trouve une ancienne fête romaine, la dédicace annuelle du Panthéon. Ce temple païen fut transformé en église, dédiée à Marie et à tous les martyrs, par le pape Boniface VII en 607. Et c'est le pape Grégoire IV qui fit célébrer la Toussaint à cette date à partir de 835. Le premier novembre, la Toussaint, est une des quatre fêtes religieuses chômées en France depuis 1801 (époque du Concordat). 

Le 2 novembre,qui est le Jour des morts proprement dit, a été institué au XI° siècle. La confusion entre les fêtes catholiques du 1° et du 2 novembre a fini par se faire. La réflexion sur la mort a donné lieu de remarquables developpements théologiques, dont le plus célèbre est le Sermon sur la mort de Bossuet. Ce jour de souvenir a fini par prendre un caractère solennel, un recueillement consacré à la mémoire familiale. La mode des chrysanthèmes remonte à la fin du siècle dernier.

Halloween

La fête des morts est rebaptisée Halloween (contraction de "All Hallow Even" , la veille –Even- de la fête de tous les saints –all hallows) outre Manche. Le célèbre poète écossais Robert Burns consacre un poème à Halloween. C’est la nuit du 31 octobre au 1° novembre. Elle intègre des éléments aussi divers que la citrouille, les sorcières, Jack O’Lantern, « Trick-or-Treat » (Donnes-moi quelque chose ou je te jette un sort)… Comme chacun sait, les Irlandais partis aux Etats-Unis ont  emmené Halloween avec eux. La fête est devenue principalement enfantine et ne résiste pas si mal aux nombreuses tentatives d’appropriations marchandes. Les cadeaux se limitent en général à des bonbons. Halloween a aussi inspiré un grand nombre de films. Ils sont plus nuls les uns que les autres. Par nature bon enfant, Halloween est toutefois dépourvu de l’expression culturelle enracinée de Samain et de la profondeur affective et théologique de la Toussaint.

Une affiche évangélique

Halloween s’est répandu dans notre pays à partir de 1996. Avec un succès croissant qui a inquiété l’Eglise catholique. En 1999 le porte parole de la Conférence des évêques de France et de nombreuses publications confessionnelles appellent à réaffirmer le caractère religieux de la Toussaint. Plus tard un « Comité protestant évangélique pour la dignité humaine » s’insurge contre cette « véritable résurgence de croyances druidiques ». En 2007 l’Eglise catholique se fait plus ambitieuse, voire prosélyte avec le « Congrès International pour la Nouvelle Evangélisation » qui se tient à Paris du 23 octobre au 1° novembre. Avec plus de 500 initiatives différentes, dont « Holy Wins » (en anglais : « la sainteté gagne »), ensemble de concerts de rock et de reggae chrétiens. Ces critiques semblent s'estomper...

Et les laïques ? Beaucoup plus modestes, la plupart se cantonnent dans une position individualiste. On pense aux défunts proches, sans se sentir obligé de le faire à une date fixe.De manière générale, le refus, l’occultation de la mort caractérisent notre époque. Mais le souvenir des disparus, le droit de mourir dans la dignité, la fonction sociale des cérémonies, la préparation à sa propre mort…restent incontournables. La réflexion sur les cérémonies comme marques de mémoire collective refait surface, en particulier lors des enterrements et des crémations, de plus en plus fréquentes. C'est aussi une façon d'assumer son humanité...

Bibliographie

Fleurs, fêtes et saisons, Jean-Marie Pelt. Editions Fayard, 1988.Tout au long de l’année, une mine d’information et un chef d’œuvre de poésie.

Les Fêtes celtiques, Christian Guyonvarc’h et Françoise Le Roux. Editions Ouest-France, Rennes, 1995 L’ouvrage de référence, complet, érudit et fort agréable à lire.

Halloween, histoire et traditions, Jean Markale Editions Imago, 2000. Sur Samain et ses métamorphoses jusqu’à nos jours. Par un auteur sensible à la dimension fantastique.

Mythologie chrétienne. Fêtes, rites et mythes du Moyen Age, Philippe Walter Editions Imago L’analyse ethnologique du passage et de la survivance des mythes païens dans le christianisme.

Les Fêtes de Dieu. La foi, l’histoire, les mythes, Guy Deleury Editions Philippe Lebaud, 1994 Un auteur théologien, ouvert sur les sciences humaines.

Sermon sur la mort et brièveté de la vie, Bossuet, Flammarion, collection " GF ", 1996. "Me sera-t-il permis aujourd'hui d'ouvrir un tombeau devant la Cour... " La célèbre prédication faite au Louvre en 1662.

Secrets et mystères d’Halloween, Philippe Cahen Editions Jacques Grancher, 1999.

Halloween, Le guide des idées, des recettes, des déguisements, Philippe Cahen Editions LPM (Les presses du management), 2000. Deux livres d’un sympathique passionné d’Halloween

Les Rites de l’au-delà, Jean-Pierre Mohen Editions Odile Jacob, 1995 Un vaste panorama anthropologique par le directeur du Laboratoire de recherche des Musées de France.

Le Chevalier joue aux échecs avec la Mort. Scène de "Le Septième Sceau" d'Ingmar Bergman

Une autre édition de la Ligue de l'enseignement sur Médiapart:

Les Cercles Condorcet accompagnent la vie intellectuelle et militante des fédérations départementales de la Ligue de l'enseignement, grand mouvement d'éducation populaire laïque. Une cinquante de Cercles rassemblent environ 2.000 personnes. 
Ils animent une édition sur Médiapart Ne manquez pas de la consulter !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c