Billet de blog 11 janv. 2021

Mediapart refait son application mobile

Certains d’entre vous ont déjà la nouvelle application mobile de Mediapart entre les mains, les autres ne devraient plus tarder à en bénéficier. Nous l’avons entièrement refaite en associant des lecteurs et lectrices pour la tester et nous aider à l’améliorer.

L'équipe technique de Mediapart
Salarié·e Mediapart

« Basique » était le qualificatif qui revenait souvent lors des discussions avec les lecteurs et lectrices à propos de l’ancienne application mobile. Ce terme était utilisé de manière positive pour décrire une certaine simplicité mais exprimait aussi une frustration, comme si l’application mobile existante était incomplète, insuffisante. 

Par ailleurs, la part des abonné·es utilisant l’application était assez faible : on s’est alors dit qu’elle n’était peut-être pas à la hauteur, trop buguée ou pas assez attrayante, ne répondant sans doute pas bien aux besoins de nos abonné·es ? 

Des problèmes à résoudre

Sur la partie bugs d’abord : la technologie utilisée pour faire fonctionner l’application mobile ne nous permettait pas de corriger facilement les dysfonctionnements ou de la faire évoluer. L’application était fragile et compliquée à maintenir sur pied. 

Nous avons donc décidé de réécrire son code entièrement, en utilisant le framework  React Native, une technologie plus récente et robuste que celle utilisée précédemment. Nous reviendrons plus en détails sur ce chantier technique dans un prochain billet. 

Illustration de Miguel Porlan © Miguel Porlan

Sur la partie fonctionnelle, nous avons commencé par discuter avec des lecteurs et lectrices, et tester avec eux l’ancienne application pour comprendre leurs usages et affiner notre diagnostic. Cela nous a permis d’identifier un certain nombre de problèmes à résoudre, en voici quelques exemples : 

  • la taille des caractères proposée par défaut était assez petite et serrée. Et l’option pour modifier cette taille, cachée dans les réglages de l’application, peu connue. Il y avait donc un problème de lisibilité pour une partie du lectorat. 
  • Sur la Une du Journal, une dizaine d’articles sur le même sujet, les uns à la suite des autres, venait parfois encombrer l’écran : l’application ne gérait pas bien les regroupements thématiques de contenus mis en scène par la rédaction pour un événement. 
  • Sur la Une aussi, certains lecteurs regrettaient de ne pas avoir les chapôs complets des articles ou le nom des auteur·es pour guider leur choix de lecture. 
  • L’onglet Club était non seulement peu visité mais surtout très mal compris : les testeurs ne savaient pas nous dire s’il s’agissait d’une rubrique du journal dans laquelle étaient regroupés des articles de la rédaction ou bien des tribunes d’invité·es, ou encore - ce qui est plus proche de la réalité - des billets de blog de nos abonné–es. Et certain·es des abonné·es que nous avons alors rencontré·es n’étaient alors pas sûr·es d’avoir le droit de s’y exprimer. 
  • Le fil d’actualités, affichant une trentaine de dépêches Reuters par jour était utilisé mais assez critiqué aussi (pourquoi ces sujets ? ) et mal compris (qui écrit ces brèves ?).
  • L’onglet Studio était très peu visité, mal compris et ne reflétait pas bien la nouvelle production vidéo - désormais quotidienne - de Mediapart.
  • La possibilité de mettre un article en favoris était peu connue, confondue avec la fonctionnalité de recommandation et la liste des contenus favorisés pas évidente à trouver.
  • Par ailleurs, certains lecteurs se plaignaient de manquer de temps… Que pourrions- nous faire dans l’application pour les aider ? 

C’est à partir de ces indices que nous avons commencé à imaginer la nouvelle interface. Avec plusieurs principes en tête : 

  • ne rien ajouter sans raison, ne pas encombrer l’interface inutilement
  • introduire les évolutions progressivement pour en mesurer les effets, les défauts et ajuster au fil de l’eau si besoin
  • tester les évolutions auprès d’une petite partie des lecteurs pour s’assurer que tout va bien avant de déployer la nouvelle version à tous.

L’objectif : une application plus attrayante, accessible et confortable, plus complète et utile pour nos lecteurs et lectrices, abonné–es ou non.  

Le lancement d’un chantier graphique plus large que l’application mobile

Côté design nous avons profité de cette refonte de l’application pour remettre à plat certains choix graphiques qui s’étaient empilés au fil des ans sur l’ensemble de nos productions numériques. Nous avons lancé un chantier (encore en cours) d’harmonisation graphique sur les différents supports. Dans ce cadre, nous avons choisi de renforcer l’identité graphique de Mediapart en adoptant deux nouvelles typographies : la Pensum Pro pour la partie Journal et l’Atlas pour la partie Club. 

Des typographies lisibles et élégantes, qui ont du caractère et une grande variété de graisses pour distinguer des formats de contenus ou des niveaux de hiérarchie éditoriale. Nous reviendrons plus en détail sur ces aspects graphiques dans un billet particulier. 

Tester, apprendre, recommencer

Nous avons commencé par tester des maquettes et des prototypes auprès de petits groupes de lecteurs : 5 ou 6 personnes, à qui nous proposons de découvrir la nouvelle interface et de l’utiliser sous nos yeux. On regarde comment ils l’utilisent, on écoute ce qu’ils en disent, ce qu’ils ne comprennent pas. Une utilisatrice qui ne voit pas la nouvelle navigation, un autre qui ne comprend pas ce que signifie « note de veille », une troisième qui apprécie de pouvoir enfin mettre des articles de côté depuis la Une…  Autant de retours en direct qui nous ont permis de corriger le tir et, nous l’espérons, d’améliorer notre copie. 

Ces tests nous ont permis de vérifier qu’il n’y avait pas de problème majeur d’ergonomie de l’interface et que la proposition globale était comprise et appréciée. Mais ces tests ne garantissent pas que les changements introduits par la nouvelle application seront approuvés par tous. 

Déploiement progressif

Une fois ces premiers tests passés nous avons élargi notre base de testeurs, en mettant la nouvelle interface entre les mains de 5% des utilisateurs Android, tirés au sort lors de l’ouverture de l’application sur leur smartphone. 

L’objectif : voir ce qu’ils en pensent (via un questionnaire leur demandant leur avis) et observer les statistiques d’audience pour savoir notamment si les changements ont un impact sur l’usage et les abonnements. 

Bilan de ce premier test en avril : tout va bien, sauf l’indicateur d’abonnement. Et en parallèle, certains lecteurs se plaignent alors du manque de couleurs sur la nouvelle interface.

Nous avons donc fait appel à l’illustrateur Miguel Porlan pour faire la promotion de l’abonnement au sein de l’application de manière plus graphique et esthétique. Une manière aussi d’incarner le journal avec des dessins colorés, d’apporter un peu de lumière dans la nouvelle interface, jusqu’ici très sobre.

Illustration de Miguel Porlan © Illustration de Miguel Porlan

Nous avons aussi revu la place de certains boutons d’abonnement, pour les afficher là où ils sont les plus utiles à celui qui souhaite s’abonner (notamment sur l'article auquel il n'a que partiellement accès) plutôt que de les multiplier et encombrer les écrans.

Soulagement quelques mois plus tard : le taux d’abonnement est remonté à son niveau habituel.

Nous avons donc déployé la nouvelle interface plus largement : 10% des utilisateurs iOS et Android en juillet, 20% en novembre. Nous approchons doucement du but… Si tout se passe bien, nous espérons pouvoir ouvrir les portes en grand dans les prochaines semaines.

Ça ne fait que commencer

La nouvelle application que vous avez découvert ou allez découvrir bientôt n’est pas un produit fini. Nous avons livré une application que l’on va continuer à faire évoluer – si les lecteurs nous font part d’un bug ou d’un défaut, d’un manque, d’un besoin ; si la rédaction souhaite proposer un nouveau type de contenu, ou couvrir un événement différemment. 

On a déjà une belle petite listes d’idées pour les prochains mois : 

- faciliter l’accès aux grandes enquêtes, aux sujets du moment, 
- améliorer la lecture des podcasts, et notamment la lecture audio des contenus. 
- proposer un mode nuit (que vous êtes nombreux-ses à demander :-)
- ajouter la possibilité de zoomer sur des images ou des graphiques
- faciliter sur mobile l’ouverture des liens web dans l’application.
- ...

Mais nous découvrirons peut-être, en ouvrant les portes de la nouvelle application à 100% de son audience, qu’il y a un problème bien plus urgent à régler pour nos lecteurs et lectrices, et qui viendra dans ce cas s'incruster en première place de la liste des choses à faire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin