Pap Ndiaye
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le bruit des images

Suivi par 88 abonnés

Billet de blog 18 oct. 2009

Irving Penn, 1917-2009

La plus belle exposition consacrée aux photographies d'Irving Penn eut lieu à la National Gallery de Washington en 2005 : elle permettait d'embrasser d'un coup l'œuvre de Penn, de 1946 aux années 1980, et d'en saisir la cohérence profonde.

Pap Ndiaye
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

La plus belle exposition consacrée aux photographies d'Irving Penn eut lieu à la National Gallery de Washington en 2005 : elle permettait d'embrasser d'un coup l'œuvre de Penn, de 1946 aux années 1980, et d'en saisir la cohérence profonde. On y voyait, sur ces fameux tirages au platine qu'il maîtrisait à la perfection, des portraits de mode, d'artistes et d'écrivains, et aussi des inconnus, les plus émouvants, saisis au cours des voyages du photographe en Nouvelle-Guinée, au Pérou, au Dahomey, en France et ailleurs.

Par exemple la photographie de deux enfants péruviens de Cuzco, capitale de l'empire inca, qui posent debouts, inouïs de dignité, comme des infants de Velasquez. Penn se déplaçait avec son studio, et plaçait celles et ceux qu'il photographiait devant une toile tendue, qui supprimait toute référence aux lieux. Il ne restait que les corps figés, souvent contraints par le photographe qui exigeait une pose particulière, simple en apparence. Par contraste avec Richard Avedon, dont l'art consistait à saisir le mouvement, à le geler un instant pour exprimer l'énergie des corps, Irving Penn proposait des corps calmes, immobiles. Des corps parés de robes de haute couture, de masques et d' habits de fête ou de travail, apprêtés pour les séances de photographies qui prenaient l'allure d'une cérémonie rituelle.

On voit bien que le photographe portait une attention méticuleuse, un peu folle, à tous les détails, même les plus invisibles, et on comprend aussi que certains modèles, des personnages connus qui ressentaient violemment à quel point le travail du photographe pouvait pénétrer l'intimité, sortaient mécontents de leur séance de pose. La tension entre eux et le photographe est palpable sur la photographie.

Il arrivait que le formalisme de Penn confinât au maniérisme, d'autant que les tirages au platine donnaient des tonalités précieuses, parfois surtravaillées, comme si les humains étaient transformés en nature morte du siècle classique ou en photographies post-mortem du 19e siècle. Du coup, on a envie de revenir aux photographies d'une Helen Levitt, par exemple, contemporaine de Penn et morte quelques mois avant lui, qui montrent les enfants frondeurs des quartiers populaires de New York, saisis sur le vif. Mais si les portraits de Penn attirent l'œil, irrésistiblement, c'est parce que leurs poses si atemporelles et si gracieuses, qu'un critique a qualifiées de "poésie de l'immobile", rendent les corps humains encore plus énigmatiques.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti