Billet de blog 30 avr. 2015

«Ma thèse en 180 secondes»: une innovation symbole d’une déliquescence ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous reproduisons ici, avec l'accord de l'auteur, un article paru dans Le canard de l'Education le 30 avril 2015 (lien ici)

Ce n’est que la deuxième édition de « Ma Thèse en 180 secondes », et il semble déjà inutile de présenter le projet. La communication fut telle autour de cette initiative qu’elle paraît déjà entrée complètement dans les mœurs de l’univers de l’enseignement supérieur universitaire. Petite synthèse tout de même : le CNRS et le Conférence des présidents d’université (CPU) organisent cette année la deuxième édition de « MT180 », un concours regroupant des doctorants volontaires souhaitant, en trois minutes donc, présenter leur travaux de recherche devant un public de profanes, et ce à la manière du stand-up. Il y a des présélections locales, puis nationales, et enfin le concours international (comprenant, concernant les participants français, des pays uniquement francophones).

A Lyon, mercredi 29 avril, se tenait la finale locale, au sein de laquelle participaient 14 candidats de la COMUE Université de Lyon (il n’y eut que 60 candidatures abouties sur près de 5400 doctorants). Se sont ainsi succédé des présentations de thèses sur des thèmes aussi différents et passionnants que la justice sociale au Brésil après l’organisation de la Coupe du Monde de football, le cancer du sein, l’étude des mouvements des téléphériques ou encore les différences entre les salariés d’une SCOP et de ceux d’une entreprise classique. La gagnante* se rendra à Nancy le 3 juin pour la finale nationale.

« MT180 » reçoit un succès certain auprès du public qui assiste à ces « one-man shows ». Le projet part d’ailleurs d’une intention séduisante : vulgariser et, ainsi, démocratiser ces recherches parfois extrêmement compliquées pour mieux comprendre leur utilité et également mieux connaître les chercheurs, travailleurs de l’ombre à l’image parfois maussade. Mais ce concours n’est-il pas également la partie visible d’un changement de philosophie plus global et plus profond concernant la recherche doctorale ?

Le 24 avril, deux doctorants de l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne s’inquiétaient dans une tribune au Monde de la réforme en préparation sur les doctorants. Celle-ci, repartie en négociations devant le tollé qu’elle a suscité alors qu’elle devait initialement entrer en vigueur cette année, devait notamment limiter à trois ans maximum la durée d’une thèse (entre bien d’autres mesures, concernant notamment les financements et les modalités des thèses). Selon eux, elle entraînerait « une standardisation des objets et des méthodes de la recherche, prenant modèle sur des pratiques déjà diffusées dans les sciences de la nature. On observe depuis quelques années une priorité donnée à des sujets de recherche répondant directement à des commandes des institutions chargées de leur financement. Cette primauté donnée à la construction a priori de sujets finançables et réalisables en un cours laps de temps, mais aussi valorisables directement auprès du monde économique constitue de fait une limite à la créativité, à l’inventivité, à l’émergence d’objets comme de résultats inattendus, bref à l’« innovation » pourtant défendue par le ministère.»

Alors, une recherche, pour survivre voire simplement débuter, devra-t-elle justifier d’une future rentabilité financière ? L’on voit bien le lien ici avec MT180 : la prime va à la recherche qui trouve son public, défini par son portefeuille ou par sa force à l’applaudimètre. Ce n’est pas tant la recherche même qui importe, mais les bénéfices qui peuvent en être tirés. Survivent les chercheurs qui savent vendre – dans les deux sens du terme – leur travaux, malheur aux autres. En gros, on va se contenter de rechercher ce que l’on veut trouver. Et l’on veut rarement trouver quelque chose qui contrarie ses intérêts.

par Erwin Canard,  

Journaliste indépendant, spécialisé sur les questions d'éducation et d'enseignement supérieur.

* Laurie-Anne Sapey-Triomphe (!) pour la présentation de sa thèse intitulée « Inférence et apprentissage perceptifs dans l’autisme : une approche neurophysiologique et comportementale »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel