Billet de blog 29 janv. 2012

La Tunisie que j'ai rencontrée

sarahorchani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Salle archi comble au théâtre municipal de Tunis pour écouter un Bourguiba confiant son vécu à sa fille et au garde chargée de sa résidence surveillée. "Bourguiba, sa dernière prison" de Raja Farhat nous livre le témoignage d'un destin historique. Au moment où le personnage de Bourguiba évoque le livre de Tahar Haddad sur les droits des femmes écrits dans les années 30; applaudissement du public.
La Tunisie que j'ai rencontrée est attachée à son Histoire. La pays d'Ibn Khaldoun, père de la sociologie, ne veut pas se faire imposer une culture avec des références étrangères à sa tradition réformiste progressiste.
C'est lundi soir, un jour avant le dernier jour de Hannouka.  A l'entrée du restaurant Mamie Lili au coeur de la Goulette, un sapin de Noël et un chandelier de Hannouka illuminent l'entrée du restaurant Mamie Lili.  Beignet saupoudré au sucre glace, tarte au pomme vous sont servis. Têtes couvert d'un foulard ou d'une kippa ou non-couvert se côtoient dans une ambiance joyeuse et chaleureuse et fêtent ensemble la mise en ligne du site internet Dar El Khekra dédié à l'Histoire des Juifs de Tunisie. (http://www.dar-eldhekra.com/) La Tunisie que j'ai rencontrée est attachée à sa diversité culturelle, transforme les différences en richesses à partager. Ce mercredi matin , à la veille de mon départ, je rejoins les étudiants et professeurs qui sont allés scander sous les fenêtres du ministère de l'enseignement supérieur leur refus de voir les salafistes imposer leurs lois à l'université. A ce moment là, les salafistes occupent la Faculté de la Manouba pour imposer l'inscription des femmes en niqab et des cours non-mixtes.  "Le savoir passe par le regard". En réponse à l'obscurantisme, des pancartes louaient le savoir et l'éducation. Beaucoup de ces porteurs de pancartes sont des femmes, conscientes du rôle central de l'éducation dans l'émancipation des esprits et dans le développement du pays. La Tunisie que j'ai rencontrée a un amour pour le savoir et pour l'éducation. Elle sait qu'elle doit son présent à la priorité donnée à l'éducation juste après l'indépendance.  Dans les rues, les magasins, la politique est dans toute la discussion. Une vendeuse d'habit au fil d'un échange avec moi affirme que jamais elle portera le voile.  A l'heure de la réécriture de la Constitution, toute la société tunisienne est en mouvement: professeurs, journalistes, artistes,policiers,syndicalistes, ouvriers ect.  Il existe une crainte de voir s'échapper les libertés si chèrement conquises. Certains relèvent dans le discours d'Ennahdha le leitmotiv "Pour le moment".  Ma belle Tunisie, quelle belle leçon de citoyenneté donnes-tu..Je n'ai jamais vu la combativité de la société civile tunisienne baisser les bras. Toujours en mode de vigilance. A chaque acte obscurantiste, à chaque mot de travers, il n'y a jamais eu de silence. Et tous ces gens qui consacrent leur temps à reconstruire une Tunisie libre et juste. Quand ils ne travaillent pas, ils manifestent, quand ils ne manifestent pas, ils lancent des manifestations, quand ils ne lancent pas de manifestations, ils écrivent des articles pour dénoncer les comportements dangereux et liberticides en appellant à une Tunisie progressiste. Une conscience citoyenne lumineuse qui fait battre le coeur à tous les épris de la liberté et de la justice sociale, la vie de la cité prise en main par le peuple, c'est ce qui s'appelle la démocratie..
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr