Cédric Lépine
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le monde de la BD

Suivi par 110 abonnés

Billet de blog 8 oct. 2021

"Le Droit du sol. Journal d'un vertige" d’Étienne Davodeau

L’auteur et illustrateur de BD Étienne Davodeau initie une longue marche à pied, du mammouth dessiné à Pech Merle au lieu d’enfouissement nucléaire à Bure dans la Meuse, pour tenter de comprendre la compromission des générations futures en raison des choix des sapiens contemporains.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du roman graphique Le Droit du sol d’Étienne Davodeau

En s’engageant sur la route dans un long pèlerinage, Étienne Davodeau impulse un autre rapport au temps, celui de la réflexion pour bien mesurer ce qui se joue dans l’urgence inconsciente de cette fuite en avant du progrès vécu comme un jeu d’enfant sans conséquence. Qu’est-ce que cela signifie d’enfouir sous le village de Bure les déchets hautement radioactifs des sites de production électrique des centrales nucléaires ?

Au cours de sa marche qui permet de découvrir la réalité des différents paysages d’une partie de la France en passant par le Massif Central, Étienne Davodeau invite de manière fictive ou réelle des scientifiques et connaisseurs de la question de la gestion du nucléaire en France pour en comprendre les divers enjeux. Les déchets nucléaires du Cigéo est bel et bien une catastrophe complète où les décisions se font en huis clos au mépris le plus total de l’exercice démocratique de l’implication citoyenne. L’aventure d’une longue marche pédestre, dans la logique péripatéticienne socratique de la réflexion en mouvement, s’avère perspicace pour laisser germer la réflexion de l’auteur ainsi que du lecteur dans ce road movie à la découverte des enjeux peu démocratiques de la Ve République entachée entre autres choses par les décisions peu recommandables autour du nucléaire.

Étienne Davodeau signe là une nouvelle fois un roman graphique documentaire en prise directe avec les enjeux contemporains, d’autant plus qu’en septembre 2021 ont été jugés des manifestants pacifistes contre le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure sous le chef d’inculpation d’association de malfaiteurs avec des moyens d’investigations dignes du grand-bandistisme. La démarche de ce récit documentaire a l’avantage de transmettre le maximum d’informations sur le sujet en question au citoyen-lecteur pour une réflexion philosophique sur le devenir de l’humanité à partir de choix politiques français.

Le Droit du sol. Journal d’un vertige
d’Étienne Davodeau

Nombre de pages : 216
Date de sortie (France) : 6 octobre 2021
Éditeur : Futuropolis
Collection : Albums

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières