Facebook me fait penser à ça

 Sur sa page Facebook publique, on glisse des infos, des photos, des blagues, le portrait de soi au fil du temps... pour être vu par des visiteurs de son entourage libres d'en penser ce que bon leur semble. Suffit qu'ils aient droit d'accès. Dans le cas contraire, ils ont là de précieuses indications sur la personne qu'ils visitent incognito et nul ne peut le leur reprocher.

Darry COWL - Par le trou © Baby Jane Hudson

 Sur sa page Facebook publique, on glisse des infos, des photos, des blagues, le portrait de soi au fil du temps... pour être vu par des visiteurs de son entourage libres d'en penser ce que bon leur semble. Suffit qu'ils aient droit d'accès. Dans le cas contraire, ils ont là de précieuses indications sur la personne qu'ils visitent incognito et nul ne peut le leur reprocher.

Dès lors qu'on fait partie des familiers, cela devrait générer des propos libres puisque c'est un lieu d'échanges ! Bien entendu, pour les questions intimes, le réflexe est de passer par la rubrique "messages privés". Mais pas pour donner son avis sur une vidéo ou rebondir sur un commentaire !

Or, sauf esprits d'une ouverture exceptionnelle, malheur à qui ose émettre autre chose que des approbations ou des éloges ! Il est tacitement recommandé de se taire si on n'aime pas, ou alors frictions ou interdiction d'accès, non mais...

C'est vrai quoi, quelle curiosité malsaine si c'est pour critiquer.

Aucune place pour la discussion, il est de bon ton d'approuver ou alors ouste !

Pour ma part, j'ai beau dire "j'assume" et "j'attends des réactions pour rebondir, qu'il y ait débat (comme sur Médiapart ou sur les sites de cinéma par exemple), car ainsi c'est intéressant", hors de question.

Etrange fonctionnement, d'un narcissisme exacerbé, déformation de la personnalité, reflet de notre époque dictatoriale !

Facebook pour ne pas l'écrire de l'autre façon, plus triviale, serait donc avant tout l'album photos de famille nouvelle formule.

On est prié de ne pas rire !

 

 

 

.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.