Rêve d'éléphants ...

... ou l'art et la manière d'exposer les mécanismes de la manipulation. 

... ou l'art et la manière d'exposer les mécanismes de la manipulation.

 

Elephants Dream est en quelque sorte le premier film d'animation libre. Par libre, il faut entendre ici fait avec des logiciels libre, autorisant la reproduction ou la réutilisation, et proposants de partager les fichiers qui ont permis de le créer ( selon les termes choisit d'une licence créative commons ).

Sortie il y a deux ans, en avril 2006, la petite disaine de minute qu'il présente est disponible un peut partout. En télécharchement ( ici ), en directe ( par youtube ou dailymotion ), et bien entendu sur les réseau peer to peer (par emule ou les autres).

 

Si l'actualité renvoie plutôt a son petit frère (qui vas bientot sortir par ) il reste amblématique de ce contre quoi lutte les mouvements du libre : l'enfermement en créant des peurs par le virtuel.

Après un visionnage distrait et de mauvaise qualité à l'époque de sa sortie j'y suis revenu en le citant ( pas loin d'ici ; ), et j'ai découvert un petit coup de génie a coté duquel j'étais passé sans le voir.

Il faut dire qu'il est plutôt indigeste au premier abord ce film, puisque on y a aucun repère. Le virtuel est partout, et on a du mal a trouver des marques, même les raports tactils son mis a mal.
Mais c'est un rêve, une méthaphore, un clin d'oeil émotionnel qui se joue de la raison, bref, de l'art.

 

Si on y perd a tenter d'expliquer ce genre de chose, j'aimerais quant même vous faire partager les ficelles qui m'ont permis d'apprécier ce film, car elles servent de repère pour éviter l'éceurement.

Dans ce monde, un personnage nomé proog guide un autre nomé emo pour le protéger des dangers. Il lui apprend a ne pas communiquer avec l'exterieur, a aimer les macenismes du monde dans lequel ils sont; il lui montre qu'il n'y rien d'autre et il crée à l'intérieur un espace clos, synonyme de protection.

On voit bien que pourtant c'est ce même personnage, proog, qui tire les ficelles de ce monde et qui crée l'illution du danger, mais aussi celle du mystère de son fonctionnement. En fait, emo peut tout aussi bien utiliser les "cables" qui permettent d'en prendre le contrôle, mais ça proog ne peut le permettre.

Les ficèles? C'est que chacune de ces données sont des traductions simplistes, mais savoureuses, de ce que les protagonistes du libre dénoncent.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.