Billet de blog 1 mars 2010

« Bigot ne peut pas crier trop fort qu'il est socialiste »

 Richard Kleinschmager est professeur à l'institut d'études politiques de Strasbourg. Il analyse les issues possibles du scrutin en Alsace.

Lisette Gries
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Richard Kleinschmager est professeur à l'institut d'études politiques de Strasbourg. Il analyse les issues possibles du scrutin en Alsace.

A deux semaines du scrutin, la campagne électorale semble ne pas avoir démarré et les électeurs ne pas s'y intéresser. Pourquoi?

Les difficultés économiques et l’emploi sont les préoccupations majeures des Alsaciens en ce moment. L'Alsace a longtemps eu une économie relativement performante, très appuyée sur les investissements étrangers, qui font maintenant défaut. Or, la Région n’a que peu de possibilités d'apporter une réponse à cette nouvelle donne. Le désintérêt est certainement aussi lié au fait qu'il s'agit d'une élection intermédiaire. Ici comme ailleurs, les esprits sont déjà tournés vers l'élection présidentielle de 2012. Enfin, nous ne sommes pas en région Centre, constitué d'un agglomérat de départements. L'identité historique de l'Alsace n'est pas mise en cause : ça n'encourage pas les électeurs à s'intéresser au scrutin.

Adrien Zeller, le président de la Région décédé en août, était apprécié des Alsaciens. N'est-ce pas de nature à favoriser le candidat UMP Philippe Richert?

En réalité, cette disparition nuit à Philippe Richert, sénateur du Bas-Rhin, qui n'est pas conseiller régional sortant. Il doit porter le bilan d'une équipe dont il ne faisait pas partie. On voit bien qu'il est embarrassé. Il est obligé de parler du « bilan de l'équipe sortante ». Même verbalement, il doit se mettre en retrait. Je continue de penser qu'il y a un problème de leadership dans la Majorité alsacienne.

Pourrait-il tout de même l'emporter?

Je pense qu'au premier tour, Philippe Richert réalisera, comme Adrien Zeller en 2004, environ 34% des voix. Pour la victoire au second tour, le maintien du Front national et l'attitude de son électorat potentiel aux deux tours seront déterminants. Le FN a réalisé en Alsace 25% des voix en 1995, mais beaucoup de ses électeurs ont rallié Nicolas Sarkozy en 2007. La question cruciale est de savoir si ces électeurs vont revenir au FN, voter pour l'UMP ou se réfugier dans l'abstention. Je fais l'hypothèse qu'un grand nombre d'entre eux vont s'abstenir, et que le reste va revenir au FN. Je doute qu'ils revotent Nicolas Sarkozy à travers l'UMP en Alsace.

Selon deux sondages, Jacques Fernique, le candidat Europe-Ecologie, pourrait, fait inédit, faire basculer l'Alsace à gauche. Comment analyser ce succès?

Ce n'est pas le succès d'un homme. Jacques Fernique n'est pas un leader emblématique. En fait, cela s'explique par la sensibilité forte à l'écologie en Alsace depuis toujours. Le premier candidat aux présidentielles qui se réclame de l'écologie politique est René Dumont, en 1974, mais à cette époque, l'Alsacien Antoine Waechter entre en écologie politique et fonde « Ecologie et survie ». La proximité de l’Allemagne contribue aussi à cette sensibilité. Un premier député au Bundestag écologiste est élu dès 1983. Cela donne dans la région un rapport à l'écologie, et aussi à l'écologie politique beaucoup plus fort.

Le parti socialiste et Europe Ecologie ont donc des raisons d'y croire?

Oui, mais seulement si Europe-Ecologie et le PS de Jacques Bigot s'entendent pour partager le pouvoir, en reformant une liste commune au second tour. Il s'agirait d'un basculement non pas de la droite vers la gauche, mais de la droite vers une alliance gauche-Verts, ce qui est différent. La droite a toujours été majoritaire dans la région. La seule élection où la gauche a été majoritaire, c'était dans un seul département, le Haut-Rhin, au second tour de l'élection présidentielle de 1988. La gauche-gauche ne peut pas l'emporter dans la région. C'est pour ça que Jacques Bigot a du mal à trop crier sur les toits qu'il est socialiste.

Propos recueillis par Léa Giret et Lisette Gries

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77