Billet de blog 8 févr. 2010

En Alsace, le FN compte sur le «vote de ras-le-bol»

Le Front national a déposé, lundi 8 février, sa liste pour les régionales. La tête de liste Patrick Binder, conseiller régional et conseiller municipal à Mulhouse, a une grosse partie à jouer.

Anastasia Levy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Front national a déposé, lundi 8 février, sa liste pour les régionales. La tête de liste Patrick Binder, conseiller régional et conseiller municipal à Mulhouse, a une grosse partie à jouer.

En 2004, le Front national récoltait 18% des voix en Alsace au premier tour, et 22% au deuxième, soit 10 points de plus que la moyenne nationale.
Pour son premier jour sur le terrain, Patrick Binder a décidé de sillonner les routes dans une caravane qui le représente. Avec le logo du FN en tout petit sous son nom: «Je suis là pour défendre ma région, je joue sur mon nom, tout le monde sait que je suis le leader du FN en Alsace depuis dix ans, pas besoin d’en rajouter.» Ce jour-là, il est précédé d’un van qui ne laisse aucun doute sur son appartenance au parti qu’il a rejoint dès ses 18 ans.
L’homme de 41 ans veut donner une image plus jeune de son parti: «Quand les gens me voient, ils comprennent que je suis cool et jeune. La caravane, c’est sensass.» Mais le discours ne semble pas différer de celui que Jean-Marie Le Pen tient depuis des décennies: «Une société multiculturelle, ça ne fonctionne pas. Les Turcs, ils sont ce qu’ils sont, mais au moins ils travaillent. Ce sont les Maghrébins : chaque immigré qui vient de ces pays-là posera un problème
Pendant ses tours de camionnette, il espère marquer les esprits: «ça a un impact terrible cette caravane, après les gens qui recevront mon tract le liront plus attentivement».
Patrick Binder défend un programme pour l’identité culturelle alsacienne. Selon lui, «le racisme et la xénophobie ont été importé en France par le conflit israélo-palestinien, et pas par le FN». L’apprentissage de l’alsacien à l’école est primordial : le couple qu’il forme avec la conseillère régionale Martine Binder, FN également, applique le multilinguisme, chez lui, avec ses 6 enfants non scolarisés. «On leur parle en allemand, en français et en alsacien.» «Il faudrait que les langues prennent 10 heures par semaine dans les lycées.» Quand on lui demande au détriment de quelle matière, l’homme ne sait pas: «Je ne suis pas l’Education nationale!» Dans son «Livre noir des subventions de la région Alsace», il dénonce les aides accordées aux mosquées, ou la politique sociale de l’habitat.
En plus d’essayer de convaincre sur ses idées, le jeune leader sait qu’il doit compter sur le vote contestataire: «Si on capte ce vote de ras-le-bol, Patrick Binder gagnera en Alsace», lance-t-il. Patrick Binder ne veut pas jouer qu’un rôle d’arbitre entre le PS et l’UMP, qu’il appelle indistinctement «l'UMPS»: «Notre objectif, c’est de gagner, et on est capable demain de prendre en main les affaires de la région

Anastasia Lévy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony