Bigot et Aubry face à la sinistrose de l'industrie alsacienne

Martine Aubry, Première secrétaire du PS, était mardi à Colmar pour soutenir le candidat socialiste Jacques Bigot dans sa campagne pour les élections régionales en Alsace. Ils ont placé l'emploi et la politique industrielle comme priorités pour la région.

 

 

Jacques Bigot a mis la question de l'emploi en Alsace au centre de sa campagne pour les régionales. Le chef de file de la liste socialiste en Alsace a organisé mardi une table ronde avec des représentants syndicaux de grandes entreprises alsaciennes qui connaissent ou vont connaître des licenciements.


Martine Aubry, Jacques Bigot et huit de ses colistiers ont écouté durant plus d'une heure les doléances d'un monde industriel alsacien sinistré. Visages fermés et concentrés. Leurs regards souvent compatissants répondaient à l'inquiétude et au découragement des salariés.
«En un an, l'Alsace a perdu 18 000 emplois, autant dans le tertiaire que dans le secteur industriel, la situation est catastrophique», résumait un délégué CGT du Haut-Rhin. Les salariés des entreprises Hymer (sous-traitant dans l'automobile), Timken (automobile), Braun (imprimerie), Continental Biscuit (agroalimentaire), Clariant (chimie) ont lancé un cri d'alarme unanime. «La casse est grande dans l'industrie, au secours le PS.»

Pack autonomie et contrats d'accompagnement

«Je ne prétends pas apporter de solutions miracles. Je ne veux pas faire de fausses promesses. Il faut être clair, il n'y aura pas de changement radical après le 22 mars si nous sommes élus à la tête de la région. Néanmoins des choses sont possibles», a déclaré à deux reprises Jacques Bigot.
«Nous mettrons en place des "packs autonomie" comprenant des aides pour le permis de conduire pour faciliter l'accès des jeunes à l'emploi, a détaillé le leader PS d'Alsace. Nous instaurerons aussi des contrats d'accompagnement pour les salariés licenciés afin de favoriser leur formation et leur reconversion.»
Martine Aubry a soutenu ces initiatives en rappelant que ce dispositif de sécurisation du parcours professionnel existe dans quatre régions: dans le Nord-Pas-de-Calais, en Franche Comté, en Ile-de-France, et dans le Centre. «Quand la gauche gagnera, elle va étendre à toutes les régions la sécurisation du parcours professionnel», a-t-elle promis.
«Il n'y a pas eu de politique industrielle en Alsace», a accusé la maire de Lille. «Le Conseil régional a laissé faire, il n'a pas accompagné les PME et les salariés.» L'Alsace est l'un des deux régions françaises dirigées par l'UMP.

En écho, le chef de file de la liste socialiste en Alsace a proposé une feuille de route pour une nouvelle politique industrielle. «Nous devons sauvegarder le secteur clé de l'agroalimentaire, développer les biotechnologies même si nous savons que ces entreprises-là créent au final peu d'emplois, et aider la métallurgie dont l'évolution n'a pas du tout été anticipé.»

 

Elodie Berthaud et Eva Simonnot (CUEJ)

 

Chuchotements
Mardi matin, Martine Aubry est venue soutenir Jacques Bigot le candidat socialiste aux élections régionales en Alsace... Mais également, et c'est plus surprenant, les Verts. Le sondage publié mercredi et qui donne Europe Ecologie gagnant face à l'UMP au second tour, en cas de triangulaire avec le FN, n'inquiète pas la Première secrétaire du PS.

 


montageITVAubry
envoyé par cuej0810. - Anniversaire, mariage, premiers pas en vidéo. © Elodie Berthaud et Eva Simonnot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.