Billet de blog 10 févr. 2010

Alsace: Geek 10, la liste virtuelle

Eve Chalmandrier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La liste Geek 10, composée de passionnés de nouvelles technologies de l’information, a lancé sa campagne mardi 9 février. Si l’initiateur du projet affiche sa détermination à aller jusqu’au bout, ses colistiers, eux, sont plus sceptiques.

Jean Jacques Perrin lance la campagne de Geek 10, mardi 9 © Eve Chalmandrier

Geek 10 sème le doute. Liste officielle pour les Régionales alsaciennes ou coup de bluff pour faire parler de soi ? Mardi soir, Jean-Georges Perrin, tête de cette liste atypique, composée de chefs d'entreprise des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC), a lancé sa campagne à la Maison de l'entreprise de Schiltigheim, à côté de Strasbourg. Dans la salle, environ 200 personnes étaient présentes. Mais pas vraiment pour le lancement de la campagne. «Ah bon, ils présentent une liste aux régionales ?» s’étonne un spectateur. Le public est surtout venu assister au second “Ignite” de Strasbourg. Le concept: une douzaine d’intervenants ont cinq minutes et 20 diapos pour présenter oralement leurs projets de nouvelle technologie ou leur société. Une série de petits one-man show de l’innovation, organisée par le même Jean-Georges Perrin.


«Non, ce n’est pas du tout une blague !», sourit l’initiateur de Geek 10, également directeur d’une société de création de sites internet. S’il s’est lancé dans les Régionales, c’est pour «sensibiliser les politiques à tout ce qui est économie du numérique, à tout ce qui est informatique et TIC en Alsace». Si le discours de la tête de liste est rodé, Geek 10 n’atteint pas pour l’instant les 47 membres légaux et manque cruellement de candidates pour être conforme à la loi sur la parité.


«De la politique 2.0»
Lors de sa présentation, cinq minutes chrono à l’image des autres présentations de l’Ignite, Jean-Georges Perrin a rappelé que les TIC représentaient 10 000 emplois en Alsace et 1700 entreprises. Parmi ses propositions, certaines sont sérieuses: renforcer le crédit impôt recherche (CIR) ou doter les écoles maternelles d’ordinateurs. D’autres, plus farfelues comme la transformation de la ligne Maginot en centre de traitement de données (data center) hyper sécurisé. Un programme encore incomplet car le leader de Geek 10 compte sur la participation de ses 257 fans facebook pour l’étoffer. «De la politique 2.0», avance-t-il.
Si la tête de liste affirme qu’il est prêt à aller «jusqu’au bout», du côté des colistiers et des sympathisants, il s’agit plutôt de faire le buzz. «J’ai signé un papier mais je ne sais pas vraiment ce que c’est que cette liste, ironise Gilles Auberger, membre de la liste Geek 10 dans le Bas-Rhin. Il ne s’agit ni de secouer ni de se moquer des politiques, mais de compléter leur travail d’écoute et de synthèse. Geek 10, au pire, c’est un gros buzz, au mieux, une vraie liste.» S’il est prêt à sensibiliser les électeurs, il ne compte pas s’investir outre mesure en politique : «Ce n’est pas mon travail.»
Même son de cloche du côté de ce sympathisant, secrétaire général d’une société de service informatique. «L’idée n’est pas d’être élu, d’après ce que j’en ai compris. Le challenge est de faire bouger les choses. Les internautes alsaciens sont parmi les plus actifs mais les entreprises sont un peu à la traîne dans les TIC.»
C’est le 15 février, date de clôture du dépôt des listes, que Geek 10 deviendra soit une véritable liste, soit le simple souvenir d’un buzz électoral.

Eve Chalmandrier (CUEJ)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart