Billet de blog 12 mars 2010

Vincent Novès, "ne pas se laisser dicter le vote par les sondages"

Arnaud Souque
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A 48 heures du premier tour des élections régionales, l’Ecole de Journalisme de Toulouse recevait ce vendredi midi Vincent Novès. Sans détour, le jeune numéro deux de la liste UMP « Osons Midi-Pyrénées » et Conseiller Municipal de la ville de Balma a livré ses impressions sur la campagne, le bilan du président sortant Martin Malvy et les projets à venir.

EJT : À deux jours du premier tour, quelle autocritique pouvez-vous faire sur la campagne de l’UMP en Midi-Pyrénées ?
Vincent Novès : Je ne me livrerais pas spécialement à une autocritique sur notre campagne. Mais plutôt à une réflexion visant à savoir comment toucher les citoyens sur des sujets dont ils ne savent pas forcément qu’ils relèvent de la compétence régionale. Il est très compliqué d’aller voir les électeurs sur le terrain dans une région. Sur une commune comme Balma dont je suis conseiller municipal c’est facile car il y a un nombre d’électeurs assez faible, mais pour une campagne régionale il y a beaucoup plus d’électeurs sur une zone géographique très étendue.
D’autre part, il est très délicat de trouver un relais médiatique pour une campagne comme celle-ci même par les médias régionaux. Ceci peut être dû à un manque d’intérêt de la part des Midi pyrénéens pour ce scrutin régional.
EJT : Est-ce un avantage de faire partie d’une liste de la majorité présidentielle pour mener campagne dans ces régionales ?
V.N : Ma réponse est simple. C’est très délicat aujourd’hui car on représente majorité présidentielle et il y a parfois une certaine collusion. De plus pour une élection locale on est obligé de composer avec des réalités géographiques et donc avec différentes sensibilités politiques. Dès le premier tour, il y a ainsi dans notre liste des Villieristes, des candidats de la majorité et même certains représentant la gauche moderne. Cela dit Brigitte Barèges n’a jamais caché ses valeurs et son appartenance à l’UMP, même si elle s’est avant tout attachée à travailler sa notoriété plus que d’entretenir le lustre de son parti.
Quant a ce qui est de notre politique, on ne pourra de toute manière pas aller à contre courrant de la politique nationale et on sera même un appui à celle ci. Malgré tout les régionales auront avant tout des conséquences régionales.
EJT : Quel regard portez-vous aujourd’hui sur le bilan du candidat socialiste sortant, Martin Malvy ?
V.N : Je voudrais tout d’abord poser une question. Les midis pyrénéens sont ils capables de citer un grand projet du PS depuis 12 ans ? Je ne le pense pas.
Sur le projet du TGV, Malvy perd beaucoup de temps. La région a besoin de régler les dossiers efficacement. Toujours en ce qui concerne les transports, un train sur quatre est en retard sur ces 6 derniers années en Midi-Pyrénées. Ce n’est pas normal. C’est même très problématique pour l’économie car cela empêche parfois les actifs de se rendre sur leur lieu de travail à l’heure. Madame Barèges est déterminée à agir pour améliorer tout cela.
D’autre part, la région est compétente en matière de formation professionnelle, elle a les budgets, les compétences. Aujourd’hui la part du budget qui y est consacrée est de 3,6%. C’est très peu, et on propose plus car l’emploi est une donnée qui se situe au cœur de l’économie.
EJT : Vous êtes kinésithérapeute et créateur d’entreprise, y a t-il des difficultés pour les entreprises dans la région, et comment penseriez vous pouvoir y remédier?
V.N : On veut mettre fin en matière d’aide aux entreprises à une multitude d’interlocuteurs, des agences satellites très couteuses et dont le rendement n’est pas assez efficace (Midi-Pyrénées innovation, Midi-Pyrénées expansion, etc.) Les chefs d’entreprise ne savent pas vers qui se tourner. L’un de nos projets est de créer un guichet unique afin de faciliter ces aides aux entreprises.
D’autre part, le plan de sauvetage consiste à investir l’argent des contribuables de Midi-Pyrénées dans l’emploi. Les Entreprises ont des commandes mais pas de trésoreries. C’est un véritable problème et il faut soutenir ces entreprises.
EJT : La liste UMP est créditée de 20% d’intentions de vote loin derrière la liste PS de Martin Malvy qui recueillerait 40% des voix. Malgré ces chiffres, y croyez vous encore ?
V.N : Oui, car les sondages n’ont jamais fait les élections. Les électeurs n’ont pas à se laisser dicter le vote par les journaux et les sondages. Brigitte Barèges avait plusieurs fois été donnée perdante par les sondages à la mairie de Montauban ou lors des législatives dans le Tarn et Garonne. À chaque fois elle a pourtant gagné. De ce fait on ne fait pas trop attention aux sondages. Quant à l’abstention, on ne peut pas dire qu’elle nous fera défaut. Il y a des abstentionnistes dans les deux camps, au final l’abstention ne nous sera pas plus préjudiciable qu’à la gauche.
EJT : Vous dites vouloir prendre en charge le dossier du prolongement de la Ligne B. Ce chantier fait-il vraiment partie des compétences régionales ?
V.N : Bien sûr. Les transports sont un des sujets majeurs des régions même dans les villes. La région doit participer au transport. A ce titre elle nous ferons tout pour que la ligne B du métro soit prolongée le plus rapidement possible jusqu’à Labège-Innopole (ndlr, Labège-Innopole est l’une des principales zones commerciales de la couronne toulousaine avec Portet et Blagnac) car Tisséo semble avoir des difficultés pour s’en charger entièrement seul.
EJT : Et que comptez vous faire pour les agriculteurs après la grogne de ces derniers mois ?
V.N : La région doit avoir un rôle majeur pour l’agriculture. Midi-Pyrénées est une formidable terre de ressources, on a de l’eau, du vent, etc. Nous proposons par exemple de créer un fonds de soutien pour permettre aux agriculteurs de céder leurs terrains à des générations plus jeunes. Sur le problème de l’irrigation nous envisageons de créer des réserves d’eau, et pour cela d’aménager entre autres les bords de la Garonne.

Propos recueillis par Arnaud Souque

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre