Billet de blog 13 mars 2010

NPA en Midi-Pyrénées : « Le capitalisme c’est le passé, l’avenir est à nous »

Pas de bilan à défendre pour les candidats du Nouveau Parti Anticapitaliste en Midi-Pyrénées. C’est sur le terrain qu’ils ont mené campagne. Tout l’enjeu de ce meeting est de faire connaître leurs idées.

Johanna Sabys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas de bilan à défendre pour les candidats du Nouveau Parti Anticapitaliste en Midi-Pyrénées. C’est sur le terrain qu’ils ont mené campagne. Tout l’enjeu de ce meeting est de faire connaître leurs idées. Ils espèrent bien obtenir quelques élus pour les promouvoir.
Le rendez-vous était fixé à 20h30, salle Mermoz, ce mercredi 10 mars à Toulouse. Le perron à peine franchi mais plusieurs tracts déjà en main. A l’intérieur, différents stands et une assemblée de militants pour accueil. Au fond de la salle, la scène. Sur un grand fond rouge, un écran passe les vidéos de NPA-TV. Son but : relayer les actions coup de poing du parti et les manifestations auxquelles il a participé. Peu de personnes ont pris place sur les sièges. Une voix féminine invite l’assistance, restée autour des stands, à s’approcher. Une chanson espagnole aux accents rap retentit, « Anticapitalista ». Le ton est donné.

Maxime Gaillac est le premier à prendre la parole. La tête de liste de l’Aveyron est là pour parler des hôpitaux et de la « bactérie Roseline ». L’aide-soignant ne mâche pas ses mots pour critiquer le gouvernement, qui désire un système de santé rentable. Il évoque un service supprimé du jour au lendemain. Et la victoire de 200 manifestants qui ont obtenu son maintien pour deux ans supplémentaires. Il explique les transferts de services décidés par le PS, pour appliquer avant l’heure la loi Bachelot. Le jeune homme termine avec panache : « Nous n’avons pas gagné la guerre mais nous allons continuer le combat. Notre santé n’est pas une marchandise. »

« Sarkozy et ses amis font payer la crise aux travailleurs »

La deuxième intervenante, Neva Bekhtari, est la plus jeune de la soirée. Cette étudiante vient parler de ce qu’elle connaît. Les classes surchargées, les non remplacements de professeurs et la suppression des postes. Depuis cinq ans, on dénombre 80 000 postes en moins dans l’Hexagone. Et 16 000 autres disparitions sont à venir. Le NPA réclame leur arrêt immédiat. La benjamine dénonce la casse de l’éducation publique et le financement du privé par la région. Elle rappelle la mesure phare du parti, l’allocation d’autonomie. Pour permettre aux 16-25 ans de mener à bien leurs études.

Vient le tour de l’ex-employé Molex, Alexis Antoine. Il revient sur les nombreux licenciements du site toulousain. Seulement 25 emplois ont été sauvegardés par HIG capital, le fond d’investissement à risque qui a repris l’usine. Pour lui, le constat est très simple : « Sarkozy et ses amis font payer la crise aux travailleurs ». Gauche ou droite, c’est bonnet blanc et blanc bonnet « Le PS et l’UMP sont adversaires pour la lutte des places seulement ».

Le Mouvement des Objecteurs de Croissance fait liste commune avec la parti d’Olivier Besancenot. Leurs programmes se rejoignent sur de nombreux points. Christian Sunt, paysan en Cévennes, est l’un de ses représentants. Il dénonce le désastre écologique et social. L’agriculteur voit la région comme un terrain de luttes et souhaite la fin de l’expansion urbaine. Le Cévenol met en garde le public : « Dans 100 ans il n’y aura plus de terres agricoles en France. »

« Le conseil régional est une pompe à fric »

Le meeting prend une dimension internationale lorsque Helmut Manz entre en scène. L’homme politique allemand, membre du parti Die Linke, partage les idées du NPA : « Nous faisons un rêve commun. » Le candidat aux élections locales de mai en Nord-Rhénanie-Westphalie interroge la foule : « Qui doit payer pour la crise ? » Mais sans attendre de réponse, scande : « Les responsables ». « Le capitalisme c’est le passé, l’avenir est à nous. Vive l’anticapitalisme », conclut-il ovationné par le public.

C’est à la tête de liste de clore la soirée. Myriam Martin commence par évoquer le licenciement par le rectorat d’un enseignant, tête de liste NPA dans le Loiret. Remercié à cause de son engagement politique, « une honte dans le pays des droits de l’homme ». Elle critique la gauche qui mène « la même politique que la majorité présidentielle ». La candidate pointe du doigt Martin Malvy, le président sortant, qui n’a rien fait pour protéger l’emploi. « Le conseil régional est une pompe à fric », les entreprises viennent sans cesse taper à sa porte. La chef de file n’y va pas de main morte : « C’est Tartuffe qui finance la région ». Bien consciente que ces élections régionales ne vont pas tout changer, elle espère avoir des élus. « Ce vote ne suffira pas mais il faut donner sa chance au parti pour qu’il puisse prouver qu’un autre monde est possible », clame-t-elle.

Helmut Manz revient à la tribune pour conclure : « Le Français n’est pas ma langue maternelle mais c’est la langue maternelle de la révolution. » Il invite la salle à entonner l’Internationale, le poing levé. Une seule certitude, dimanche, le plus grand adversaire des révolutionnaires sera l’abstention.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart