Billet de blog 15 févr. 2010

En Alsace, une liste centriste sort du chapeau

Dix minutes avant la clôture officielle du dépôt des listes en préfecture, lundi 15 février, il n’y avait encore que dix listes en lice pour les élections régionales en Alsace. Une liste de centre-droit est venue s'y ajouter au dernier moment.

Elodie Auffray
Etudiante en école de journalisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dix minutes avant la clôture officielle du dépôt des listes en préfecture, lundi 15 février, il n’y avait encore que dix listes en lice pour les élections régionales en Alsace. Une liste de centre-droit est venue s'y ajouter au dernier moment.

Patrick Striby sera à la tête de cette ultime liste, intitulée « le centre-droit, la vraie alternative ». Une liste constituée en catimini, et qui a créé la surprise. S’il avait fait part de ses intentions d’être candidat en septembre 2009, Patrick Striby était absent des débats ces dernières semaines. « J’ai fait le mort pendant un mois et demi, mais on a parcouru l’Alsace pour constituer une liste, bouclée samedi soir ». Une façon d’attirer l’attention ? Patrick Striby botte en touche, préférant expliquer que son « courant de pensée n’est pas représenté. Notre électorat ne va certainement pas se retrouver dans la liste Modem, de centre-gauche, ou de Richert », le candidat UMP.

Candidat UDF aux élections législatives de 2007, où il avait recueilli près de 10% des voix, Patrick Striby a quitté le Modem peu après. Sa liste, qui n’est soutenue par aucun parti, rassemble, selon lui, « la famille UDF ». Il espère récolter 7% des voix au premier tour, et annonce d’ores et déjà que, le cas échéant, il n’y aura pas de fusion pour le second tour.

Présentée comme une terre centriste, l’Alsace est surtout devenue un exemple de son éparpillement. Le décès, en août 2009, d’Adrien Zeller, président du Conseil régional depuis 1999, a précipité les divisions. Bernard Stoessel, premier vice-président, a quitté la majorité après que la présidence de la collectivité lui a été refusée par l’UMP. Parti du Modem début 2009, il a finalement renoncé à présenter une liste pour son courant, Force centriste. Odile Uhlrich-Mallet, conseillère régionale, a créé un groupe Modem dans l’assemblée régionale, après la mort de Zeller. Elle candidate aujourd’hui sous ces couleurs. Enfin, les listes UMP, Europe écologie et PS, ont intégré en bonne place des figures centristes.

Si Patrick Striby a finalement déposé une liste, le collectif de professionnels des nouvelles technologies, Geek 10, a renoncé. « Ce n’était pas notre objectif, explique Jean-Georges Perrin, initiateur de Geek 10. Nous voulions interpeller les politiques sur le rôle que peut jouer l’économique numérique ». Il affirme toutefois avoir été contacté « par l’une des principales listes », pour réfléchir à intégrer certaines des propositions émises par Geek 10. « Nous resterons apolitiques, explique Jean-Georges Perrin. Nous avons invité les candidats à faire du copier-coller de nos propositions. Geek 10 sera désormais un outil de veille pour surveiller les intentions de nos ex-concurrents en matière d’économie numérique. »

Elodie Auffray

*Lutte ouvrière (Julien Wostyn), Front national (Patrick Binder), NPA (Yvan Zimmerman), Modem (Yann Wehrling), Europe Ecologie (Jacques Fernique), PS (Jacques Bigot), Majorité alsacienne UMP-Gauche moderne-Nouveau centre (Philippe Richert), Ecologie sociale, solidaire et décroissante (Manuel Santiago), Front de gauche (Jean-Yves Causer), Alsace d’abord (Jacques Cordonnier), Centre-droit (Patrick Striby)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005