Billet de blog 16 mars 2010

Modem alsacien : une claque mais pas de clash

La défaite est sévère pour le Modem, qui ne remporte que 4,4% des voix en Alsace. En ne dépassant pas les 5%, le parti évite toutefois d’étaler à nouveau ses divisions sur les stratégies d’alliances avec d’autres partis.

Elodie Auffray
Etudiante en école de journalisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La défaite est sévère pour le Modem, qui ne remporte que 4,4% des voix en Alsace. En ne dépassant pas les 5%, le parti évite toutefois d’étaler à nouveau ses divisions sur les stratégies d’alliances avec d’autres partis.

Yann Wehrling, la tête de liste Modem, au restaurant le Singe bleu, QG des militants au soir du premier tour. © Elodie Auffray/CUEJ

« Si nous avions fait plus de 5%, ça aurait été la foire d'empoigne ici », confiait dimanche soir Frédéric Le Jéhan, 11e sur la liste Modem du Bas-Rhin. Après l'annonce des résultats du premier tour, la foire d'empoigne n'a pas eu lieu : avec 4,4%, le Modem alsacien n'atteint pas le seuil des 5%, requis pour prétendre à une fusion avec d'autres listes. « Le point négatif, c'est que nos frais de campagne ne seront pas remboursés par l'Etat. Le point d’espoir, c'est que nous n'avons pas à nous positionner. Nous restons unis dans la déception et la défaite ! », poursuit le colistier. Pratique pour un parti qui a rassemblé, sous l’idée de porter une « troisième voix », des déçus du socialisme, du sarkozysime et écologistes, aux côtés des centristes traditionnels.
Volonté d’indépendance
« C'est difficile pour le Modem, il faut maintenir une cohésion entre ces gens », analyse Frédéric Le Jéhan. « A partir du moment où nous ne sommes pas qualifiés pour intégrer une équipe, notre indépendance, nous la gardons, même si beaucoup de choses sont à reconstruire », renchérit Yann Wehrling.
En Alsace comme partout en France, la volonté d’indépendance du Modem ne sera donc pas mise à mal par les alliances électorales : en dehors de Jean Lassalle en Aquitaine, qui dépasse les 10% nécessaires pour se maintenir au second tour, seules trois listes ont engrangé plus de 5%, en Bretagne, Basse-Normandie et Centre. Bruno Joncour, tête de liste bretonne, a déjà annoncé qu’il se retirait de la course.
Peser sur le second tour
A défaut d'alliance, le Modem n'a plus que la consigne de vote pour tenter de peser sur le second tour. « C’est une position délicate : si vous ne dites rien, vous n’existez pas. Si vous prenez position, c’est au risque de l’incompatibilité avec notre projet », résume Frédéric Le Jéhan. Une décision doit être prise mardi soir, au niveau national. En région, les discussions ont déjà lieu ; le Modem alsacien se dirige vers une non-consigne de vote.
De son côté, la fédération du Haut-Rhin prendra une position officielle mardi soir. D'après Yves Baumuller, le soutien penche plutôt vers la gauche : « A partir du moment où nous avons fait campagne sur une région plus forte, je vois mal comment nous pouvons apporter notre soutien à l'UMP, qui veut réduire le rôle du président de région avec la réforme des collectivités territoriales ».
Tête de liste dans le Haut-Rhin, Odile Uhlrich-Mallet défend une ligne indépendante. « La maison Modem est très partagée, c'est une raison de plus pour ne pas se prononcer », argumente la conseillère régionale sortante, qui veut encore peser sur le second tour. « Nous avons mis en avant un certain nombre de points dans le programme, sur la centrale de Fessenheim, sur les transports, le bilinguisme,... Nous martèlerons encore nos idées cette semaine, à charge pour les listes qui restent dans le jeu de mettre en avant ces idées pour essayer de grappiller nos voix. »
« Réconcilier toutes les tendances »
Après une campagne marquée par les tensions en interne, les mois à venir seront encore difficiles pour le parti. La constitution des listes a créé de forts mécontentements et certains militants alsaciens ont failli rejoindre la liste centriste de Bernard Stoessel, qui n’a finalement pas abouti. « Ces gens-là peuvent-ils rester ? Il y aura des comptes à régler », prévient Frédéric Le Jéhan.
« La période à venir sera un peu dure. Nous allons devoir travailler et surtout rester positifs. Je souhaite réconcilier toutes les tendances au Modem. Ne donner aucune consigne de vote en fait partie », ajoute Odile Uhlrich-Mallet.
Une réconciliation nécessaire, pour préparer les prochaines élections présidentielles de 2012. « Le Modem est dans une phase de construction et de discussions. Mon sentiment est que le parti s'est construit un peu à l'envers, avec un leader que beaucoup nous envient mais en oubliant ce qui fait la vie d'un parti : les élus locaux. Il faut repartir de la base », appuie la tête de liste haut-rhinoise. Repartir vite.
Après quatre échecs électoraux successifs, la présidentielle sera l’échéance couperet pour le Modem.
Elodie Auffray (CUEJ)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles