Billet de blog 18 mars 2010

Alsace: Philippe Richert gêné par les polémiques nationales

«Tout ceux qui veulent, par des critiques, affaiblir la majorité, commettent une faute contre cette majorité»: La déclaration de Francois Fillon, mardi soir, au siège national de l’UMP, semble gêner Philippe Richert autant que les «critiques» dont il est question.

Lisette Gries
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Tout ceux qui veulent, par des critiques, affaiblir la majorité, commettent une faute contre cette majorité»: La déclaration de Francois Fillon, mardi soir, au siège national de l’UMP, semble gêner Philippe Richert autant que les «critiques» dont il est question.

Philippe Richert le 3 mars dernier à Strasbourg. © Lisette Gries

«Il faut qu'on se focalise sur ce qui peut vraiment nous faire gagner: un projet clair. J'ai évacué les thèmes nationaux de ma campagne depuis le début. Je continue à me préoccuper d'abord de mon programme pour les Alsaciens», a affirmé mercredi le candidat de la droite aux élections régionales. Le sénateur UMP brigue une des seules régions qui pourraient être gagnées par la droite dimanche soir. «Le moment est mal choisi pour s'épancher sur des problèmes internes au parti.» Même son de cloche pour la sénatrice UMP du Bas-Rhin et ancienne maire de Strasbourg, Fabienne Keller: «Pour le moment, il faut rassembler les électeurs autour de nos valeurs.»

Intrusion

S’il concentre les espoirs de son camp, Philippe Richert se passerait bien de l’intrusion de polémiques nationales dans sa campagne. Au lendemain du premier tour, il ne niait pas le vote sanction: «Les Alsaciens sont mécontents de certaines mesures prises par le gouvernement, pour l’emploi, par exemple. Cela a joué contre nous.» Lui-même n’a jamais caché ses réserves envers une partie de l'action de Nicolas Sarkozy. «Quand un ministre de gauche est nommé, c'est un peu difficile à comprendre pour les Alsaciens», remarque le sénateur UMP, en faisant référence à Jean-Marie Bockel, ancien socialiste aujourd’hui secrétaire d’Etat à la Justice. «Aujourd’hui, il est bien intégré au gouvernement et il soutient notre action, mais les Alsaciens, qui ont vraiment adhéré au projet présidentiel, auraient mérité un ministre de la majorité.»
Celui qui «signe des deux mains à la plupart des réformes engagées par le président, comme le Grenelle de l’environnement» reconnaît toutefois que «cette période de mi-mandat n'est pas idéale pour une élection locale.»

«retour aux fondamentaux»

Cependant, selon Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, le candidat n'est pas visé par le rappel à l'ordre du Premier ministre. «François Fillon s'adressait à ceux qui s'engagent dans un travail de sape, qui critiquent la personnalité du président de la République, mais pas à ceux qui remplissent leur mission, comme Philippe Richert.»
Dès dimanche soir, Rachida Dati et Christine Boutin, deux anciennes ministres, ont prôné un «retour aux fondamentaux» de la droite. Alain Juppé, ancien Premier ministre, a pour sa part déclaré lundi sur son blog qu'une «réflexion s’imposait sur le rythme des réformes (...) et la concertation qui les accompagne». Bernard Debré, député parisien, a parlé de «tôle» au premier tour avant de critiquer le «déni de réalité» des dirigeants de l’UMP. L’Etat-major du parti, convoqué à l’Elysée dimanche soir, a appelé ses membres à nier toute idée d’échec, et à expliquer l’abstention massive comme un désaveu de la gestion socialiste des régions.
«Il faut vraiment être sourd» à l’UMP pour «seriner» qu’il n’y a pas eu de «vote sanction», s’est emporté Philippe Dallier, sénateur UMP.
Lisette Gries (Cuej)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato