Billet de blog 18 mars 2010

En Alsace, le PS et Europe écologie accordent leurs violons

Unis sur les grandes lignes de leur programme commun, socialistes et écolos mettent de côté leurs divergences politiques. En cas de victoire, ils devront marcher au consensus pour conserver une vraie majorité.

Anne Cagan
Etudiante en journalisme au CUEJ
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Unis sur les grandes lignes de leur programme commun, socialistes et écolos mettent de côté leurs divergences politiques. En cas de victoire, ils devront marcher au consensus pour conserver une vraie majorité.

© Eve Chalmandrier

Le QG d’Europe Ecologie (EE) fleure bon le café, les permanents s’activent sur la page Facebook de leur candidat. Les nouvelles affiches de campagne pour la liste de rassemblement PS/Europe Ecologie viennent d’arriver. «Elles sont pas mal, il y a de la couleur», déclare Jacques Fernique tout juste rentré du marché de Rosheim où il patrouillait avec son nouvel acolyte Jacques Bigot.
Le tract est coloré mais les deux programmes ont-ils supporté la fusion ? «On retrouve l’essentiel des propositions mais avec de la cohérence. Il était nécessaire de faire campagne chacun de son côté au premier tour pour donner du poids à nos idées et rassembler notre électorat.»
C’est désormais chose faite et les deux Jacques ont mitonné leur “profession de foi” qui donne effectivement les grandes lignes de leur programme commun. Pour les détails, «il faudra attendre le deuxième tour» explique Antoine Waechter, n°3 sur la liste du Haut-Rhin. «Les deux listes ont des projets compatibles pas identiques, il y aura donc matière à débat.»
Liste rose et verte
En effet, là où Europe Ecologie affichait sans ambages sa désapprobation quant aux subventions versées à certaines lignes de l’aéroport d’Entzheim «concurrentes des liaisons TGV», le programme commun reste discret sur l’affaire. De même, le très décrié “shunt” du TGV Rhin-Rhône — le projet de contournement de Mulhouse par la futur ligne Strasbourg Lyon — faisait l’unanimité contre lui chez les écolos. «Pourquoi devrait-on éviter la deuxième ville d’Alsace?», s’exclame Jean-Marie Brom, membre du rassemblement écologiste et animateur du réseau Sortir du nucléaire. Côté PS, on privilégie le débat dont les conclusions s’incarneraient dans un schéma régional de cohérence des transports.
«On avait un maximum de points d’accord», relativise Jean-Marie Brom «surtout en ce qui concerne la politique des transports.» La liste rose et verte affiche son volontarisme en matière de transport collectif (taxe poids lourd, covoiturage, transports inter-modalité).
Et tous prônent l’abandon du GCO (Grand contournement ouest de Strasbourg). De la maire du petit village, d’Handschuheim, Dominique Hoeffel, de tradition centriste — «installer une autoroute de 15 km de large en plein milieu du croissant vert du Kochersberg, c’est aberrant» — aux écolos qui réclament la fin de la voiture.
D’ailleurs pour Dominique Hoeffel, «les listes tombent d’accord sur la plupart des points : le bilinguisme, la décentralisation, l’inscription dans un espace rhénan. Sur le développement économique il y aura des compromis à faire mais tout le monde est conscient de l’impact de la crise.» En effet, le chapitre économie nouvelle version mélange subtilement les diverses propositions des deux listes. Et si, la reconversion écologique de l’industrie est toujours en bonne place, elle n’apparaît plus comme le seul vecteur de dynamisme économique. Europe Ecologie évoquait des contrats de reconversion entre la région et l’industrie automobile ou le secteur de la chimie, les nouvelles propositions sont plus générales.
« Nos priorités se rejoignent »
Et la philosophie n’est pas tout à fait la même. «Europe écologie promeut une économie solidaire, le PS une économie plus capitaliste», explique Jean-Marie Brom. Jacques Fernique reste confiant : «Le thème de l’économie solidaire on l’a porté, on a eu de vraie rencontres c’est devenu un vrai sujet de débat.» Le candidat rappelle que les discussions avec le PS sont engagées depuis longtemps. «Nos priorités se rejoignent : créer de l’emploi durable , reconvertir l’économie; axer sur la formation, accompagner l’agriculture, relever le défi de l’énergie en préparant la reconversion de Fessenheim par exemple.»
Et en bons démocrates, les candidats appellent au débat sur les questions sensibles. Si la liste passe, ils n’auront pas le choix. Le PS ne pouvant pas obtenir de majorité à la région, tous devront œuvrer au consensus. Pour Jacques Fernique, cela devrait se passer sans heurts: «On a construit un bon accord de gouvernance avec une vraie délégation de pouvoir aux vice-présidences.» La répartition des postes se fera à la proportionnelle.
Anne Cagan

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony