Billet de blog 21 mars 2010

L’Union Démocratique Bretonne, pour une région plus forte

Romain Lepetit
étudiant à l'Ecole de Journalisme de Toulouse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'Union Démocratique Bretonne (UDB), composante d'Europe Ecologie en Bretagne est toujours présente au second tour. Arnaud Thominiaux, 16e sur la liste en Côtes d'Armor, explique ce que représentent ces élections pour des partisans de l'autonomie d'une région.

Arnaud Thominiaux, employé aux espaces verts sur la commune de Bourseul, dans les Côtes d'Armor, n'est sûrement pas dans ses Pensées en ce dimanche électoral. L'accord que le parti socialiste et Europe Ecologie n'ont pas su trouver laisse la liste de l'UDB (autonomiste de gauche) sur laquelle il figure dans la course au second tour. « La décision de Jean-Yves Le Drian est décevante », martèle Arnaud. Pour rappel, le président sortant a obtenu 37,19% des voix au premier tour. Assuré de sa réélection, il ne souhaitait accorder que dix sièges à « Europe Ecologie Breizh » qui en revendiquait quatorze avec la règle de la proportionnelle. Les discussions ont donc avorté et la Bretagne fait figure d'exception nationale. « Lorsque Le Drian n'a pas besoin de nos voix, il ne nous respecte pas. »

Qu'à cela ne tienne, pour Arnaud et ses compagnons de route, l'objectif est de faire aussi bien qu'en 2004 où l'UDB avait obtenu trois élus dont une vice-présidence de région. De quoi continuer à peser et militer jusque dans les instances régionales pour une culture et un idéal politique. « Nous voulons plus de pouvoir pour la région comme c'est le cas en Allemagne pour les Landers, précise le militant de 25 ans. La France pourrait être une république fédérale démocratique. »

« Vivre, travailler et décider au pays »

En somme, Arnaud Thominiaux rêve d'un pays fait de régions plus fortes, en mesure de préserver des patrimoines qui tendent à disparaître. En Bretagne, d'après les dernières estimations, il ne resterait plus que 206.000 locuteurs bretons, soit 5% de la population de la région. Mais environ 60% d'entre eux ont plus de 60 ans. La langue perd ainsi 10.000 locuteurs chaque année. Elle est aujourd'hui menacée d'extinction, tout comme le gallo, autre langue parlée à l'est de la Bretagne. « Nous voulons une région fière de son identité qui disposerait de trois langues enseignées dans les écoles. Le breton, le gallo et le français. » Ces élections régionales sont donc l'occasion de mettre en relief des valeurs et une histoire régionale puisque l'UDB est également partisan du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Mais les autonomistes se veulent également écolos. « Nous travaillons pour une agriculture durable et pour créer des emplois. Vivre, travailler et décider au pays, c'est ce que nous défendons. » Arnaud Thominiaux n'est pas en position éligible mais pendant plusieurs semaines il aura prêté main forte à l'Union Démocratique Bretonne. Demain, il retrouvera son emploi tout en restant militant. A tout point de vue, « il faudra se remettre au travail ».

Romain LEPETIT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel