Le candidat du Modem en quête de notoriété

Arnaud Lafon est la tête de liste du Modem pour la région Midi-Pyrénées. Encore jeune en politique, il s’attaque à la forteresse Martin Malvy, l’actuel président de région. Mais qui connaît Monsieur Lafon ?

Arnaud Lafon est la tête de liste du Modem pour la région Midi-Pyrénées. Encore jeune en politique, il s’attaque à la forteresse Martin Malvy, l’actuel président de région. Mais qui connaît Monsieur Lafon ?

lafon_21.JPGlafon_21.JPGLe candidat du Modem a commencé très jeune en politique. A 25 ans, il était déjà maire d’une commune de plus de 10 000 habitants, Castanet-Tolosan. Aujourd’hui, Arnaud Lafon est, à 34 ans, tête de liste du parti centriste pour les régionales en mars. Pourtant né à Antibes, le candidat Modem revendique son attachement à la région Midi-Pyrénées. Son porte-clefs en forme de ballon de rugby peut en témoigner. La langue régionale occitane ? Il ne la parle pas mais il entend bien, s’il est élu, en soutenir la diffusion. Ce qui ne l’empêche pas de se moquer de la voix du métro toulousain en Occitan : « La signalétique et les annonces en occitan, tout ça, c’est du gadget. En plus, celle qui fait les annonces vient du Nord (ndlr : elle est Bretonne). Elle parle l’Occitan sans rouler les r. »

Centriste de droite, l’ancien adhérant du Parti républicain gagne en 2001 la mairie de Castanet-Tolosan contre le socialiste Louis Bardou, conseiller général de Haute-Garonne. C’est une victoire auquel il ne s’attend pas. A l’époque, il termine à peine ses études de droit à la Faculté de Toulouse. Aux élections régionales de 2004, il intègre la liste de Jacques Godfrain, ancien ministre du gouvernement Juppé. Paradoxalement, il ne choisit pas de rejoindre la liste concurrente menée par l’UDF Michel Valdiguié. Arnaud Lafon ne participera pas à la fusion des deux listes au second tour qui soutenait le gouvernement de droite.

"J'ai une totale aversion pour Nicolas Sarkozy"

À la suite de l’élection présidentielle de 2007, il rejoint le Modem. C’est sous cette étiquette qu’il se fait réélire dans sa commune en 2008. Un proche de François Bayrou ? « C’est un gars vrai que je ne connais pas plus que ça », raconte Arnaud Lafon. « Il peut arriver qu’on ne soit pas d’accord sur tout, le plus important c’est qu’on soit d’accord sur la méthode. » Au passage, le candidat Modem n’hésite pas à tacler le président de la République : « J’ai une totale aversion pour Nicolas Sarkozy. » Il avoue même songer sérieusement à voter à gauche pour empêcher une réélection de Nicolas Sarkozy en 2012.Si sa jeunesse est un sérieux atout dans cette campagne, son manque de notoriété peut lui aussi être un handicap. Antoine Mouteau et Hugues-Olivier Dumez
Vous pouvez retrouver cet article sur http://www.actutoulouse.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.