Billet de blog 23 févr. 2010

Yann Wehrling, la main verte du Modem alsacien

Tête de liste du Mouvement démocrate en Alsace, Yann Wehrling est aussi l’ancien secrétaire national des Verts. Le candidat a rejoint le parti de François Bayrou en novembre 2008 en espérant rassembler les écologistes de tous bords.

Anne Cagan
Etudiante en journalisme au CUEJ
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tête de liste du Mouvement démocrate en Alsace, Yann Wehrling est aussi l’ancien secrétaire national des Verts. Le candidat a rejoint le parti de François Bayrou en novembre 2008 en espérant rassembler les écologistes de tous bords.

Yann Wehrling © Anne Cagan

Echarpe orange et tract en poche, le militant Bernard Wittmann n’est pas avare de compliments dès qu’il s’agit de Yann Wehrling, son candidat tête de liste Modem en Alsace. « Yann Wehrling, il tranche dans le milieu politique, c’est un humaniste, pas un intrigant. » Il faut reconnaître que l’ancien porte-parole des Verts passé au Modem en 2008 est plutôt discret. Candidat aux cantonales en 1994, à toutes les municipales à Strasbourg depuis 1995 et aux européennes en 2004 et 2009, il n’a quasiment jamais été en position éligible. « Je n’aime pas me battre pour des places, admet-il, on me le reproche souvent, d’ailleurs. »

Troisième voie


Battant, peut-être pas, mais plutôt précoce, l’Alsacien s’encarte chez les Verts à 17 ans. Un an plus tard, il est secrétaire national d’Ecolo-J (les jeunes Verts européens) et de 2005 à 2008, il occupe le poste de secrétaire national des Verts. « Je voulais déscotcher les Verts du PS car, à mes yeux, l’écologie dépasse le clivage gauche/droite. Mais le parti n’a pas voulu incarner cette troisième voie. » Lorsqu’il invite Corinne Lepage et Nicolas Hulot aux journées d’été des Verts, les dents grincent. Il se fait tancer lorsqu’il complimente Jean-Louis Borloo, un « ministre de droite », pour le Grenelle de l’environnement.

Mais surtout, il échoue à rapprocher son parti du Modem, nouvellement créé, pour former cette grande coalition centriste et écologiste, qu’il appelle de ses voeux. En mars 2008, il se présente aux municipales sous bannière orange et est exclu des Verts le mois suivant.


Un choix qu’il ne regrette pas. « Je suis beaucoup plus en phase avec le Modem. Pour moi le développement durable doit s’appuyer sur l’économie, pas sur un mouvement de décroissance. » Solide sur ses dossiers, il se méfie des déclarations d’intentions : « Aujourd’hui, tout le monde est écolo mais personne n’est précis sur les actions à mener. » L’ancien porte-parole des Verts a rejoint le comité exécutif d’Ecologie et démocratie, le club fondé par Jean-Luc Bennahmias.

Modèle allemand

But affiché de la structure : préparer l’après-régionale et devenir la deuxième formation écolo nationale. « Nous devons travailler avec les décideurs, c’est pas avec 10 ou 20% qu’on va sauver la planète », affirme Wehrling qui prône des coalitions le temps d’une mandature, sur le modèle allemand. « On est prêt à discuter avec tout le monde mais à partir des programmes, sinon c’est de l’opportunisme. On se doit de pouvoir justifier une alliance. »
Yann Wehrling peste contre les sondages qui font et défont les élections. « Il y en a toujours qui volent au secours de la victoire. En 2007, des socialistes avaient voté Bayrou parce qu’il était donné gagnant. Je ne comprends pas cette schizophrénie. » La donne a changé depuis la présidentielle. En 2007, François Bayrou obtenait 21,4% des suffrages en Alsace, son meilleur score. En 2010, les 10% sont loin d’être assurés pour la liste Modem. « Les Alsaciens aspirent au centrisme, à cette économie sociale rhénane que nous proposons. Mais le Modem est une formation très neuve. Pour eux nous n’incarnons pas encore suffisamment ce modèle. Cela viendra », affirme le candidat centriste, l'air résolu.

Anne Cagan

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale