Au Souk du moins disant social.

Le summum de l'indécence dans l'humiliation d'être chômeur-euses, longue durée, dans une société ou l'emploi n'est plus que le centime d'une monnaie, dont l'activité économique du moins disant social et de la suppression de sa rémunération est un idéal absolu, l'ultime trophée, vient de franchir des sommets d'ineptie morale. Cela vient d'un nouveau programme du parti "tory", l'un des partis très droitisé de Grande Bretagne, s'attaquant maintenant avec un piolet bien tranchant à la notion "d’assistanat" . "Le projet s'inscrit dans le cadre d'une réforme générale de l'Etat-providence britannique entreprise par le gouvernement de David Cameron depuis trois ans."

Ce nouveau "contra social" veut contraindre désormais tous les chômeurs-euses longue durée à la reprise d'une activité économique - en se substituant à certains emplois de l'ancienne fonction publique donc - en conditionnant une protection sociale à un "travail d'intérêt général" qui ne manque pas de rappeler une triste époque de l'humanité..., ou la vie humaine n'avait plus aucun prix. Pour seulement 2,83 euros par heure..., pour 30 heures obligatoires hebdomadaires, soit 85 euros/30 heures par semaines, soit encore une aide "sociale" sous le seuil de pauvreté, sur une période ou contrôles et risques de radiation vont s'alterner et obliger aussi le chômeur à sortir de ce système de misère légalisée en trouvant n'importe quel emploi..., soit sous payé, précarisé par définition, car dans ce pays comme dans d'autres, les salaires minimum sont à la baisses..., ce gouvernement et sa politique a-sociale prétend résoudre le problème du chômage. Bref c'est en cassant la notion même de la définition de ce qu'est le chômage et justifie une gestion sociale humaine..., et les gens y étant enfermé dans des cases du même coup/coût..., que la solution leur est venue...!


Mais la gouvernance Française n'est pas en reste dans ce genre de projet, de rêve d'ascension d'un PIB, d'une croissance sur les comptes frauduleux de baisse de statistiques et autres chiffres émanent de Pôle Emploi...! Concurrence au moins disant social et fiscal "oblige", nos dirigeants-es présentent sous une empathie de façade envers les jeunes de 18 25 ans..., un nouveau dispositif appelé "RSA pour les jeunes". Ce dispositif pourrait paraître enfin être ce "filet de sécurité" que tant d'association, de collectif, de mouvement de chômeurs et précaires réclamaient depuis des lustres déjà. Sauf que l'ambition du projet est tout autre. Alors que certains-es ont revendiqué - avec une propagande médiatique comme jamais vue -  leur seule et unique "liberté" minoritaire  de vouloir travailler le dimanche (pour seulement 25% de majoration de salaire) ce dispositif conditionne cette prestation sociale, cette protection sociale issue d'un droit fondamental, à l'acceptation inconditionnelle d'une formation (pour faire quoi, dans quel avenir à long terme que cet État ne dédaigne même pas déboucher...?) et d'une rémunération de moins de la moitié du seuil de pauvreté...! Ce droit inaliénable devenant une piteuse "générosité" à qui l'on devrait peut être baiser les pieds (?) s'inscrit elle aussi dans l'entretien d'une forme de stigmatisation, par la considération de ses besoins..., laissée dans la misère..., elle même en concurrence avec d'autres... Cette population dont la pauvreté est ce signe distinctif qui reste indélébile, vous colle à la peau, sous une gouvernance se revendiquant "socialiste", ne doit rien attendre de plus...!

Et quand on la compare, cette "générosité" à toutes ces aides publiques aux entreprises (100 milliards d'euros minimum annuels + les exonérations des cotisations sociales patronales), à ces plans économiques successifs dits de "l'offre" accordés qu'aux "grandes" entreprises..., dont l'absence de contre parti n'en souligne que plus leur inefficacité dans la lutte contre le chômage de masse, la pauvreté, la précarité..., et qu'on met cette comparaison à coté du montant des fraudes, des évasions, des optimisations fiscales (40 à 60 voir 80 milliards d'euros annuels), au regard des déficits cumulés (conjoncturels donc et non structurels), on ne peut qu'être consterner que cette stigmatisation des victimes d'une "crise" économique (démarrée en 2007/8 à la suite de crise financières et des dettes publiques, etc)..., perdure soit ouvertement par les insultes à peine cachée de certains-es politiques et patrons-es sous le discours et la terminologie "d’assistanat" (et qui est plus assisté donc...?) ou dans celle d'une compassion d’apparat..., quand les actes sont là..., dans la continuité, voir pire.

Notons que notre droite tout aussi droitisé et avec en prime plusieurs têtes..., qu'est-ce qu'on est gâté...(?), est tellement subjuguée par cette idée qu'elle a voulu elle aussi mettre en place pendant son mandat..., que son discours sur l'assistanat  (M. Estrosi ce matin dans le face à face sur itélé) à un peu moins de mal à marquer les débats et les esprits, sauf dans le domaine du sécuritaire qu'elle cherche à mettre au premier plan de nos préoccupations... Pour cause elle doit se remettre de ce revirement d'une pseudo "gauche" qui vire plus à droite qu'elle en matière économique et sociale...!

Et pendant ce temps..., alors que des grands patrons du luxe Français (dans l'émission "La nouvelle édition" à 14 minutes 55 secondes).., de cette soit-disant vitrine intouchable et inébranlable d'un "roman national"..., qui se sentaient et encore peut être (?) si mal aimés..., expliquer une partie des raisons - non pas morale bien sûr mais technocratique - de leur fuite de productivité sur notre sol, vers la Chine, et dans d'autres pays à bas coût..., pendant ce temps qui est fait de révoltes ouvrières Chinoises, indiennes, etc..., pour revendiquer de meilleurs salaire, des protections sociales, etc..., ces même entreprises reviendraient sur le sol Européen. Elles ne peuvent plus..., les "pauvres"..., faire assez de profit privé (optimisé ou fraudé fiscalement...?) sur la vente de produits affichés à des prix exorbitant, déconnectés de fait de la réalité de cette productivité..., sur l'exploitation de la pauvreté, sur l'esclavagisme d'être humain dans d'autres pays du tiers et du quart monde...! Cela va même jusqu'à surprendre certains-es sans préciser ce qui l'est d'ailleurs.

Et c'est en Espagne par exemple et ailleurs dans d'autres pays du sud de l'Europe..., qu’après que les plans d'austérité ai détruit et le tissu social et les protections sociales, ai massacré et les droits du travail et les salaires de base..., sans parler de l'état démocratique et politique de ce pays et de sa population..., c'est donc en Espagne que des "grandes marques" comme la branche maroquinerie de Chanel et autres, opèrent une relocalisation de leur production..!? Cette dernière "marque" de produits de luxe est d'autant plus ravie que des médias bien allégeant diffusent des images et commentaires de citoyens-es disant qu'après tant de temps de chômage sans revenu ils-elles seraient prêts-es à travailler pour la moitié de leur salaire antérieur...! Sans blague...? Et cette pub gratuite sur un médias à large Audimat, à l'heure de grande écouté..., sera-t-elle défiscalisée en plus...?

Cherchez donc l'erreur...!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.