Appuis total à l'occupation légitime de Belo Monte par les peuples indigènes.

 

Kayapó © sociobiodiversidade kayapo Kayapó © sociobiodiversidade kayapo
La Liga Operária (ligue ouvrière) manifeste son appuis intégral aux peuples Munduruku, Xipaya, Kayapó, Arara et Tupinambá qui occupent à nouveau le chantier de l'usine de Belo Monte. Nous manifestons notre solidarité à tous les peuples indigènes de la région des fleuves Xingu, Teles Pires, Tapajós, Madeira et des autres zones qui sont en train d'être cruellement affectées par la destruction de leurs terres, de leurs eaux, de leurs forêts.

Nous rejetons ces chantiers arbitraires qui sont le théâtre de destruction sociale, environnementale, la prison des ouvriers, le théâtre d’oppressions, d'humiliations, de tous les types de violations des droits du travail, de mutilations et de morts par accidents du travail et par la violence policière.

Dans ces chantiers, des nuées de travailleurs, attirés vers des régions pauvres et distantes, sont largués, sous la pression du gouvernement et des entreprises du bâtiment, pour construire des projets inutiles pour le peuple brésilien et pour les peuples premiers. Projets qui ne servent que les intérêts des grands groupes économiques et des entreprises du bâtiment qui les planifient pour permettre les conditions qui perpétuent le pillage des richesses du pays (il y a de grandes quantités de gisements d'or, de diamants et d'autres minerais rares, etc.).

Nous rejetons ce gouvernement au service de l'impérialisme, de la grande bourgeoisie et des grands propriétaires terriens. Gouvernement qui continue à mettre en œuvre une politique de massacre des peuples indigènes et des travailleurs. Nous rejetons la politique du gouvernement, sourd aux justes revendications des peuples indigènes, de ne pas négocier et d'envoyer la police fédérale, la force nationale, de l' Abin (DCRI brésilienne), et autres appareils répressifs contre les légitimes propriétaires de la terre de la région, pour réprimer les grèves justes des ouvriers. Nous répudions les coupures d'eau et d'énergie électrique dans les installations ou les indigènes sont logés ainsi que les provocations de la Force Nationale et autres troupes répressives du gouvernement.

Nous faisons appel aux ouvriers des chantiers de Belo Monte, dont tant de luttes et de paralysies ont œuvré contre les déplorables conditions de travail et de salaire, à se solidariser avec nos frères Munduruku, Xipaya, Kayapó, Arara et Tupinambá, à se rajouter à l’exigence du respect de leurs revendications de paralysie totale de Belo Monte et à exécuter des projets qui répondent réellement aux intérêts des peuples du Brésil.

Nous exigeons la fin de la répression et que le commissaire Antônio Carlos Moriel Sanches et les autres policiers fédéraux coupables de la mort lâche de l'indigène Adenilson Munduruku, dans le village de Teles Pires, soient sanctionnés. Nous exigeons qu'au lieu de réprimer et assassiner pour imposer la construction de barrages hydroélectriques, le gouvernement protège les droits des peuples indigènes à l'éducation et à la santé, entre autres besoins.

Nous exigeons que la présidente Dilma Rousseff dialogue avec les peuples indigènes et que s'arrête immédiatement le projet inutile de l'usine de Belo Monte et des usines des fleuves de Teles Pires et de Tapajós. La destruction environnementale et sociale gérée par les chantiers des usines du Rio Madeira (Jirau/GDF Suez et Santo Antônio/Norte Energia) sont des exemples du degré de destruction provoqué par ces projets industriels mal planifiés, néfastes et inutiles. Les milliards dépensées à Belo Monte et dans d'autres chantiers du PAC (Programme d'Accélération de Croissance), doivent être appliqués dans les branches prioritaires de la santé,de l'éducation, du logement, des transports et infrastructures pour le peuple et non pour répondre aux intérêts des grands groupes économiques.

São Paulo, le 28 mai 2013 par ocupacaobm

Source : http://ocupacaobelomonte.wordpress.com/2013/05/28/todo-apoio-a-justa-ocupacao-de-belo-monte-pelos-povos-indigenas/

Traduction : collectif anarchiste du Haut Fay – hautfay@riseup.net

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.