Les indigènes libèrent l'entrée du site mais ils continuent d'occuper le chantier.

indigène Tupinambá indigène Tupinambá
Les portails ont été libérés, mais les indigènes continuent d'occuper le chantier. Les forces de police restent sur le site de Belo Monte.

Après 4 jours de paralysie, le travail a repris ce vendredi 31 mai 2013 dans un des chantiers de l'Usine Hydroélectrique de Belo Monte, à Vitória do Xingu, sud-est du Pará. Les ouvriers ont été appelés à retourner sur les lieux du chantier de construction de l'usine, après un accord signé entre les indigènes et le représentant du gouvernement fédéral, qui s'est rendu sur le site vendredi pour négocier avec les manifestants.

Lors de la rencontre, a été décidé pour le 4 juin une réunion à Brasília avec le ministre Gilberto Carvalho, du Secrétariat Général de la Présidence de la République. C'était la condition sur laquelle les indigènes ont accepté de libérer l'accès au site, qui était bloqué depuis lundi dernier (27 mai) quand a commencé l'occupation des lieux. (...)

Les indigènes continuent à occuper le chantier. Selon le Consortium Constructeur de Belo Monte (CCBM), les indigènes ont été logés dans deux blocs des bureaux du site, où ils doivent rester jusqu'au 4 juin, jour où ils se rendront à Brasília pour participer à une réunion avec le ministre Gilberto Carvalho.

Les indigènes ont accepté de voyager à la condition que tous les manfestant.e.s, incluant les enfants, les femmes et personnes âgées, puissent y participer. "Si  le gouvernement n'accepte pas nos revendications, nous allons retourner camper, parce que nous voulons écouter le gouvernement." garanti le leader indigène Kandiru Aru.

Vendredi dernier (30 mai), Nilton Tubino, représentant du ministre Gilberto Carvalho, du Secrétariat Général de la Présidence de la République, était avec les indigènes pour négocier la désoccupation du chantier. Le gouvernement a cédé aux manifestants.

"Je pense que cela a été productif. Ce processus de négociation est généralement long. Cela a été positif, car en ce moment, nous n'avons pas besoin de faire respecter la décision judiciaire, qui serait l'usage de la force, alors qu'ils ont refusé de sortir pacifiquement hier. Ce n'était absolument pas l'intention du gouvernement d'utiliser la force. Le dialogue a servi l'objectif de rencontrer une porte de sortie", clarifie Tubino.

Des hommes de la Force Nationale, de la Polícia Rodoviária Federal (police routière), et de la Rotam (PSIG) restent assurer la sécurité (sic) du site. Selon le CCBM, l'ordre de justice est toujours la restitution des biens. "la décision de justice est de restitution des biens. Mais comme les indiens, pour la deuxième journée consécutive, désobéissent à l'ordre d'expulsion, les forces de police resteront jusqu'à ce que les manifestants quittent le chantier", informe Fernando Santana.

Selon le Xingu Vivo, l'avocat de la défense des leaders indigènes, Adelar Cupsinski, il se réunira ce vendredi 31 mai avec le juge fédéral Sérgio Wolney de Oliveira Guedes, qui a déterminé l'expulsion du site de Belo Monte, afin que soit révisée la décision de suspendre l'ordre de restitution des biens, afin que les forces de police puissent quitter les lieux.

Toutefois, selon la Justice Fédérale d'Altamira, aucun nouveau recours n'est arrivé et l'ordre de restitution continue.

Le juge fédéral a déterminé dans sa décision, que les indigènes quittent le site avant 17 heures, le 28 mai. Comme la décision n'a pas été appliquée, le juge a autorisé qu'un ordre d'expulsion soit envoyé et qu'un officier de justice prenne les mesures nécessaires afin que la zone soit restituée à l'entreprise, utilisant, si nécessaire, l'usage de la force. Le décision prévoit en outre une amende journalière de 50 mille R$ à être acquittée par les participant.e.s de l'occupation et par la Funai, en cas de non-respect de ladite décision.

Source : leur presse – Globo G1 – le 31 mai 2013

http://g1.globo.com/pa/para/noticia/2013/05/indios-liberam-entrada-de-sitio-e-trabalho-e-retomado-em-belo-monte.html

Traduction : collectif anarchiste du Haut Fay – le 01/06/3013 – hautfay@riseup.net

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.