Des pêcheurs et riverains bloquent la route Trans Amazonienne et tentent d'envahir le chantier de Belo Monte

Les portiques des péages ont été saccagés et un bus incendiés. Les indigènes, riverain-e-s et pêcheurs veulent être indemnisé-e-s par Norte Energia, entreprise publique responsable du chantier (sic), du désastre social et écologique provoqué par son méga barrage de merde.

Environ 1200 personnes de la ville d'Altamira, de Vitória do Xingu, Senador José Porfírio et Porto de Moz, dans le sud-est de l'état du Para, Amazonie, Brésil, bloquent depuis deux jours la route Trans Amazonienne à deux endroits qui donnent accès au méga chantier du barrage hydro-mortifère de Belo Monte (Consortium Constructeur Belo Monte - CCBM).

Les manifestant-e-s exigent le paiement rapide des indemnisations dues aux riverains et aux pêcheurs et la construction de logements adéquats et descents (voir précédent article sur les logements lamentables) pour les indigènes impacté-e-s par le méga-projet.

L’entreprise contactée par des journalistes a confirmé la tentative d'invasion du chantier mais refuse de s'exprimer sur les événements en cours. L'armée et la police sont sur les lieux pour, une fois de plus, aider les grandes entreprises contre les populations et tenter de débloquer l'accès au chantier comme à la route Trans Amazonienne.

Ce mardi 13, la sécurité a été renforcée par des hommes de la police militaire. Des représentant-e-s des manifestant-e-s, de Norte Energia et de la police routière fédérale se réunissent sur le site de Belo Monte pour tenter de négocier.

Source presse bourgeoise :

http://g1.globo.com/pa/para/noticia/2014/05/manifestantes-bloqueiam-rodovia-e-tentam-invadir-canteiro-de-belo-monte.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.