Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Les Cercles Condorcet

Suivi par 33 abonnés

Billet de blog 24 juin 2020

Notre histoire… avec Gérard Noiriel

Les membres des Cercles Condorcet connaissent bien les travaux de Gérard Noiriel pour les suivre depuis de nombreuses années. Ceux-ci sont couronnés par une œuvre de référence pour tous les militants de l’éducation populaire : « Une histoire populaire de la France ». Notre histoire…

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est le moment de faire le point. Pourquoi combattons-nous ? Telle est la question qui se pose au moment où les Cercles Condorcet reprennent leurs activités. Qui sommes-nous ? Au-delà même de notre histoire proche, celle de cercles culturels fondés par Claude Julien en 1987 au sein de la Ligue de l’enseignement. Comment nous inscrivons-nous dans l’histoire du peuple français ? Quel est notre rôle au sein des mouvements d’éducation populaire ? Ces questions sont travaillées depuis plus de trente ans. Prennent-elles aujourd’hui un sens nouveau ?

Deux mois avant le début du mouvement des Gilets Jaunes paraît « Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent ans à nos jours » aux Editions Agone. Gérard Noiriel a consacré dix ans à l’écriture de cette œuvre de 830 pages. C’est dans ces pages que nous pouvons trouver de quoi alimenter nos réflexions renouvelées. Cette formidable synthèse de multiples travaux se caractérise autant par sa précision que par sa clarté. L’empathie manifeste de l’auteur pour son sujet n’entame jamais la rigueur de l’exposé des faits et de leur analyse. Très lu, régulièrement invité dans nos conférences-débats, Gérard Noiriel est un militant de l’éducation populaire.  Auteur de conférences gesticulées, il est investi dans une association « Les petits ruisseaux » et anime un blog « Le populaire dans tous ses états ».

 « Fils du peuple » : c’est ainsi que le magazine L’Histoire le présente dans un portrait concis mais fidèle. Issu d’une famille populaire, instituteur, puis agrégé, professeur d’histoire, directeur d’études à l’EHESS, internationalement reconnu par ses pairs, Gérard Noiriel se définit comme un « transfuge social ». Sa thèse est restée dans les mémoires grâce au livre qu’il en a tiré : « Longwy : prolétaires et immigrés 1880-1980 » (Editions PUF, puis Agone). « Au début des années 1950, quelque chose change à Longwy. Pour la première fois les divisions ethniques ne jouent pas. Français et Italiens luttent côte à côte… ». Suivent une trentaine de livres et plus de 120 articles scientifiques. Son œuvre s’inscrit dans, et illustre, l’histoire sociale.

Le peuple français dont l’histoire est racontée par le menu est défini comme « l’ensemble des individus qui ont été liés entre eux parce qu’ils ont été placés sous la dépendance de ce pouvoir souverain [l’Etat], d’abord comme sujets puis comme citoyens ». Elle débute avec l’épopée de Jeanne d’Arc, une manière de clin d’œil à Jules Michelet, qui montre comment le peuple est impitoyablement éliminé lorsqu’il devient acteur politique. Tout en précisant « qu’un commencement n’est pas une origine », l’auteur ne traite pas des longs siècles gaulois et gallo-romains, et évoque rapidement le premier Moyen-Age. Ce sera le seul regret pour le lecteur.

L’œuvre s’inscrit donc dans l’histoire sociale qui compte moult contributions livresques. Et plus immédiatement à la suite de la traduction française de « Une histoire populaire des États-Unis » de Howard Zinn en 2002. L'éditeur, Agone, propose à Gérard Noiriel de faire le même travail pour la France. Les histoires populaires se sont multipliées, du football , de la Bretagne et de Nantes , des luttes et des rêves et même, beaucoup plus modestement, de l’Eure-et-Loir sur le blog du Cercle Condorcet-Viollette.

Dans toutes ces œuvres le peuple est à la fois le sujet traité, l’auteur par ses origines et le lecteur auquel il est destiné. Gérard Noiriel reprend tous les épisodes de notre histoire de ce point de vue en seize grands chapitres. Chaque chapitre se lit indépendamment ou peut être approfondi grâce à des listes d’ouvrages donnés en fin de volume. Les migrations successives sont intégrées dans cette histoire sociale. Gérard Noiriel relève que « le déclin des luttes ouvrières a incité un grand nombre d’entre eux [les intellectuels] à se désintéresser des questions économiques et sociales pour privilégier les causes identitaires ». On le suivra sans réserve sur la nécessité de replacer la question sociale au centre du débat public. 

______________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________

Les Cercles Condorcet sont affiliés à la Ligue de l'enseignement, mouvement d'éducation populaire et mouvement d'idées. La Ligue de l'enseignement anime une autre édition sur Médiapart: "Laïcité". Fondée en 2009 cette édition propose plus de 400 articles. Elle assure le suivi des événements, initiatives et publications liées à la laïcité au sens le plus large. Ne manquez pas de la visiter !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli