Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Les Cercles Condorcet

Suivi par 33 abonnés

Billet de blog 25 nov. 2020

L'affaire Jules Durand. Quand l'erreur judiciaire devient crime

Il y a très exactement 110 ans, Jules Durand, un syndicaliste révolutionnaire, secrétaire du syndicat des charbonniers, est injustement condamné. C’est l’affaire Dreyfus du monde ouvrier. Trop oubliée…

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marc Hédrich a consacré un bel ouvrage à cette terrible histoire « L'affaire Jules Durand. Quand l'erreur judiciaire devient crime ». Il est préfacé par Henri Leclerc. Un site particulièrement riche accompagne le livre. Il présente Jules Durand, le livre de Marc Hédrich, le film que Sylvestre Meinzer en a tiré « Mémoires d’un condamné » et une série de documents d’époque. En 2016 un square du 14° arrondissement de Paris a été rebaptisé « Square Jules Durand ». Sous le titre L’erreur judiciaire, l’un des premiers articles de Jean Jaurès consacrés à l’Affaire Durand est paru dans l’Humanité du 10 décembre 1910.

Ella Micheletti, journaliste, férue de littérature et de sujets de société, anime le site « Voix de l’hexagone ». Parmi ses nombreux articles, un des plus remarquables est : « La figure du vagabond en littérature ».  Ella Micheletti nous fait l’amitié de nous offrir ci-dessous un bref récit de la vie dramatique de Jules Durand :

Ce 25 novembre, j'aimerais vous parler d'une ignoble histoire oubliée de nos jours, celle de Jules Durand, un syndicaliste révolutionnaire, secrétaire du syndicat des charbonniers. Le 25 novembre 1910, il est condamné à mort. C'est l’affaire Dreyfus du monde ouvrier. Il faut commencer par le début. Jules Durand a travaillé tôt pour gagner sa croûte. D'abord docker, il est ensuite devenu charbonnier au port du Havre. En parallèle, il s'initie à Louise Michel, Emile Pouget (syndicaliste révolutionnaire fondateur du journal La Sociale) Durand a "le cœur bon et blanc" (Un de Baumugnes, Giono). Il est outré par les conditions de vie des charbonniers. Secrétaire du syndicat des ouvriers charbonniers du Havre, il participe activement à une grève illimitée en août 1910. On demande une hausse des salaires, des heures supp' payées, la fin de l'extension du machinisme. Bien sûr, Durand gêne les compagnies maritimes, dont la Compagnie générale transatlantique. Ces dernières ont trop à perdre avec des ouvriers en grève. Elles vont tout faire pour briser le mouvement. La Compagne embauche de nouveaux ouvriers - non-grévistes - en les payant plus cher, pour s'assurer de leur loyauté. Parfait exemple du "diviser (les ouvriers) pour mieux régner".

Ella Micheletti

Le destin de Durand, lui, bascule le 9 septembre 1910 : une rixe dégénère sur le port du Havre. Une bagarre éclate entre des charbonniers grévistes et Louis Dongé, un contremaître non gréviste. Ce dernier finit tabassé et meurt le lendemain. L'alcool était aussi de la partie. Durand, dans le viseur des forces de l'ordre à cause de ses idées, est arrêté le 11 septembre. Il est accusé d'être celui qui a poussé à la violence, au meurtre de Dongé, l'instigateur. Il est l'homme à abattre, aux yeux du patronat. Et c'est ce qui se va se produire. Après une enquête bâclée de deux mois, Durand est condamné à mort le 25 novembre. Bien que défendu par René Coty (motivé mais inexpérimenté), les témoignages de non-grévistes contre lui ont pesé. On sait maintenant qu'ils ont été soudoyés par la Compagnie transatlantique. Cette sentence déclenche un raz-de-marée de colère, manifs, campagnes de presse… Durand reçoit de nombreux soutiens dont notamment celui de Jean Jaurès et Anatole France. On œuvre pour la révision du procès et en effet, sous la pression de la rue, sa peine va finalement être commuée en prison. Problème : Durand, brisé par ce procès, est devenu fou. A la suite d'une nouvelle demande de grâce, Durand a pu être libéré en février 1911. Mais il ne sera totalement innocenté qu'en 1918. Or, il ne jouira jamais de sa liberté car, dès mars 1911, il est interné dans un asile où il mourra en 1926.Outre l'absence de preuves, Durand a vu son dossier médical et judiciaire disparaître mystérieusement. L'Affaire Dreyfus du pauvre est emblématique de la persécution politique répandue à l'époque contre les idées "agitatrices" dans le monde ouvrier. Cette destinée brisée marqua l'histoire ouvrière. "Je n’ai jamais dit de tuer Dongé, vous condamnez un innocent !", s'était écrié Durand, dont la voix a été étouffée. Mais la mémoire ouvrière n'a jamais oublié cet innocent qui vouait sa vie à la défense des plus humbles.

Ella Micheletti.

Vidéo extraie du site https://www.affairejulesdurand.fr/ :

JULES DURAND L'erreur judiciaire du XXe siècle © Pierre Hédrich

______________________________________________________________________________________________

Les Cercles Condorcet sont affiliés à la Ligue de l'enseignement, mouvement d'éducation populaire et mouvement d'idées. La Ligue de l'enseignement anime une autre édition sur Médiapart: "Laïcité". Fondée en 2009 cette édition propose plus de 400 articles. Elle assure le suivi des événements, initiatives et publications liées à la laïcité au sens le plus large. Ne manquez pas de la visiter !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN